Un jour, on arrive au sommet

Le paysage diversifié des fondations s’implique en faveur de l’environnement

Qu’elles s’inscrivent dans un mouve­ment inter­na­tio­nal ou dans une tradi­tion d’engagement suisse, les fonda­ti­ons font évoluer la dura­bi­lité et s’engagent en faveur de l’environnement.

Un objec­tif ambi­tieux: plan­ter 1000 milli­ards d’arbres dans le monde entier. «Si nous réus­sis­sons, envi­ron 350 milli­ons de person­nes auront du travail dans le monde, notam­ment dans les pays en déve­lo­p­pe­ment», affirme Mari­anne Jung. Elle a créé la fonda­tion Plant-for-the-Planet Schweiz avec Pirmin Jung en 2016. «Les arbres rendront les sols de nouveau ferti­les, provo­que­r­ont le retour de la biodi­ver­sité et influe­r­ont posi­ti­ve­ment sur le climat local. Ils stockent beau­coup de CO2 et nous donnent un délai de 15 ans pour atteindre l’objectif de limi­ta­tion du réchauf­fement clima­tique à 2 degrés», expli­que son cofon­da­teur.
La pater­nité de l’idée de la fonda­tion revi­ent à l’Allemand Felix Fink­bei­ner. En 2007, à l’âge de 9 ans, il a appelé tous les enfants à plan­ter un million d’arbres.

La pater­nité de l’idée de la fonda­tion revi­ent à l’Allemand Felix Fink­bei­ner. En 2007, à l’âge de 9 ans, il a appelé tous les enfants à plan­ter un million d’arbres. D’après le mouve­ment inter­na­tio­nal Plant for the Planet, cet objec­tif a été atteint en 2010. En 2011, la campa­gne «1000 milli­ards d’arbres» a pris la suite. Une étude du Crow­ther Lab de l’ETH Zurich de 2019 est elle aussi parve­nue à la conclu­sion que le reboi­se­ment était une option valable pour sauver le climat. Néan­moins, le temps presse, car cela prend des années avant que les forêts aient suffi­sam­ment poussé et qu’elles puis­sent agir comme réser­voirs de CO2.

Une forêt protec­trice indispensable

Les arbres domi­nent nos paysa­ges, nos villes, nos champs et nos monta­gnes. Dans les années 1980, ils sont deve­nus le point de mire des questi­ons envi­ron­ne­men­ta­les à travers le dépé­ris­se­ment des forêts. «Cela a été le déclen­cheur», raconte Dunja L. Meyer, respons­able des rela­ti­ons publi­ques sur la créa­tion de la fonda­tion Forêt de monta­gne en 1987. «À l’époque, tout le monde parlait du dépé­ris­se­ment des forêts.» Un petit groupe s’est alors consti­tué. Il voulait mettre la main à la pâte au lieu de s’en tenir à des discus­sions et est parti travail­ler en forêt. Voilà comment le projet Forêt de monta­gne a vu le jour. La fonda­tion s’engage pour asso­cier l’idée de protec­tion de la nature et l’être humain. «Il n’existe sans doute pas de protec­tion de la nature réel­lement désin­téres­sée», estime Dunja L. Meyer. La forêt de monta­gne a en effet de nombreu­ses fonc­tions dont les êtres humains béné­fi­ci­ent: c’est une forêt qui protège la zone monta­gneuse et agit jusqu’en plaine par la régu­la­tion des crues, qui fixe le CO2 et four­nit du bois de construction. 

Le paysage diver­si­fié des fonda­ti­ons s’implique en faveur de l’environnement

Elle abrite égale­ment une faune et d’une flore riches. Et Dunja L. Meyer d’ajouter: «La biodi­ver­sité est elle aussi un service de la nature envers l’être humain.» Les person­nes intéres­sées par ces connais­san­ces sont de plus en plus nombreu­ses. C’est percep­ti­ble pour le projet Forêt de monta­gne. Il vit en effet du béné­vo­lat. Dunja L. Meyer constate que de plus en plus de person­nes se mani­fe­stent actu­el­lement parce qu’elles veulent s’impliquer en faveur de l’environnement. La crise du coro­na­vi­rus a encore renforcé cette évolu­tion. Nombreux sont ceux qui restent en Suisse. En l’espace d’une semaine, ce projet. permet aux béné­vo­les d’acquérir des connais­san­ces concrè­tes sur la forêt de montage. De telles semai­nes de projet font souvent vivre aux élèves des expé­ri­en­ces clés qui sont impos­si­bles à trans­mettre de la même manière dans une classe. «Quand on se trouve dans une forêt de monta­gne aux pentes escar­pées et qu’on voit tout en bas dans la vallée un village protégé par la forêt, on comprend d’emblée qu’il n’est pas possi­ble de vivre en Suisse sans forêts protec­tri­ces», raconte-t-elle. Mais la fonda­tion ne vit pas unique­ment du béné­vo­lat. Elle a besoin de dons pour pouvoir réali­ser ces missi­ons. Une semaine de projet a en effet un coût élevé: accom­pa­gne­ment profes­si­on­nel, héber­ge­ment et repas, trans­ports et outils doiv­ent être finan­cés. Elle a donc besoin de dona­teurs petits et grands et de person­nes venant travail­ler bénévolement. 

Il n’y a ni «trop» ni «trop peu»

Le Parc natio­nal suisse est lui aussi situé en monta­gne. L’ensemble de la réserve natu­relle est en point de mire. «Nous ne proté­ge­ons pas unique­ment les animaux, les plan­tes et les habi­tats, mais tous les proces­sus natu­rels, l’écosystème dans son ensem­ble», affirme Hans Lozza, respons­able de la commu­ni­ca­tion du parc natio­nal. Il peut arri­ver que certai­nes espè­ces dispa­rais­sent suite à une avalan­che, mais d’autres y trou­vent un nouvel habi­tat. «Nous ne portons pas de juge­ment de valeur. Une espèce n’est pas ‹trop› ou ‹trop peu› présente. Le nombre d’individus est une expres­sion du rapport de forces régnant.» Le parc a évolué sur cette base depuis sa créa­tion en 1914. «C’était une époque d’essor écono­mi­que et de boom touri­stique. De nombreu­ses ressour­ces comme les forêts ou les animaux sauva­ges ont été surex­plo­itées et de gran­des parties de la monta­gne utili­sées à des fins de pâturage», raconte le respons­able de la communication. 

La région de Zernez a été marquée par des acti­vi­tés miniè­res inten­si­ves, des coupes à blanc, des fours à chaux et des pâturages. Un groupe de person­nali­tés issues des cercles bour­geois urbains de Bâle, notam­ment des scien­ti­fi­ques, a reconnu la néces­sité d’agir. Il voulait reti­rer «pour toujours» à l’utilisation humaine un coin de nature et le préser­ver pour qu’il se déve­lo­ppe natu­rel­lement. Depuis, les prio­ri­tés ont en partie changé. «La pres­sion sur les ressour­ces natu­rel­les demeure élevée», souli­gne Hans Lozza. «De nouvel­les menaces sont appa­rues, comme la surex­plo­ita­tion touri­stique de la région des Alpes par exemple. Il n’existe quasi­ment plus de refu­ges pour les animaux, ni en été, ni en hiver.» La Station orni­tho­lo­gi­que suisse de Sempach observe elle aussi la modi­fi­ca­tion des paysa­ges et son impact sur les animaux. 

Le fait que tout le monde en Suisse pense immé­dia­te­ment à Sempach quand on parle d’oiseaux ne doit rien au fait que cette région serait excep­ti­on­nelle pour les orni­tho­lo­gues. «Le nom a des raisons histo­ri­ques», précise Livio Rey. Son fonda­teur, Alfred Schif­f­erle, vivait à Sempach. En 1924, la Station orni­tho­lo­gi­que suisse de Sempach a été fondée pour étudier la migra­tion des oise­aux dans la région des Alpes. 30 ans plus tard, elle a été trans­for­mée en fonda­tion. Son travail est toujours d’actualité. Livio Rey, biolo­gi­ste et porte-parole, expli­que: «Des espè­ces autre­fois répan­dues ont prati­que­ment disparu en raison de l’intensification de l’agriculture.»

Une crise importante

Livio Rey constate en revan­che la présence de «nouvel­les» espè­ces dans les zones habi­tées. De nombreu­ses espè­ces vivant en réalité en forêt ont «immi­gré». Il cite le merle noir, le pinson et la mésange char­bon­nière en exemp­les. La végé­ta­tion d’un parc leur suffit. Il ne veut néan­moins juger de manière trop posi­tive cette évolu­tion. «Bien que les surfaces construi­tes aient augmenté, le nombre d’oiseaux n’a pas augmenté dans les mêmes propor­ti­ons», remar­que-t-il. De nombreux jardins arti­fi­ciels trop souvent tondus ou consti­tués unique­ment de caill­oux sont parfai­te­ment inuti­les pour la nature. Il arrive aussi que leurs proprié­taires plan­tent des espè­ces exogè­nes. Livio Rey dresse le bilan: «Les zones habi­tées s’étendent, mais les oise­aux n’en béné­fi­ci­ent pas.» Il est logi­que que l’extension des zones habi­tées foca­lise l’attention sur le déve­lo­p­pe­ment dura­ble et sur les questi­ons écologiques. 

La Fonda­tion Sophie et Karl Binding a redé­fini ses acti­vi­tés de finan­ce­ment dans le domaine envi­ron­ne­men­tal en mettant l’accent sur la biodi­ver­sité dans les zones habi­tées. «En 2018, le conseil de fonda­tion a décidé de se concen­trer sur la biodi­ver­sité via un nouveau grand projet opéra­ti­on­nel», raconte Jan Schu­del, chef des domai­nes Envi­ron­ne­ment et Social. Il y voit une urgence certaine: un tiers des espè­ces végé­ta­les et anima­les de Suisse est menacé. Les pâturages secs et les prai­ries sont parti­cu­liè­re­ment touchés. Depuis 1900, leur super­fi­cie a dimi­nué de 95%, comme l’a constaté l’Office fédé­ral de l’environnement. «Ces pertes se produi­sent de manière insi­dieuse», précise Jan Schu­del. «Souvent, cela se produit loin de l’attention des médias, bien qu’il s’agisse d’une crise importante.» En axant son action sur la biodi­ver­sité, la fonda­tion veut désor­mais se cons­ac­rer à ce thème et sensi­bi­li­ser la popu­la­tion à cette question. «Il en va de la diver­sité de la nature devant nos portes, y compris celles des déci­deurs», ajoute Jan Schu­del. «Nous voulons y parve­nir. Notre objec­tif est de mettre en valeur la diver­sité dans les zones urbai­nes denses.»

«Souvent, cela se produit loin de l’attention des médias, bien qu’il s’agisse d’une crise importante.» En axant son action sur la biodi­ver­sité, la fonda­tion veut désor­mais se cons­ac­rer à ce thème et sensi­bi­li­ser la popu­la­tion à cette question. «Il en va de la diver­sité de la nature devant nos portes, y compris celles des déci­deurs», ajoute Jan Schu­del. «Nous voulons y parve­nir. Notre objec­tif est de mettre en valeur la diver­sité dans les zones urbai­nes denses.»

Deux gigaoc­tets de données

La Fonda­tion Binding veut sensi­bi­li­ser à ce thème via un prix. En 2021, elle décer­nera pour la première fois, le prix Binding pour la biodi­ver­sité doté de 100 000 francs (après clôture de la rédac­tion). Les person­nes intéres­sées pouvai­ent soumettre leur projet jusqu’au 31 janvier. Cette initia­tive a eu un impact important. «Nous avons reçu deux gigaoc­tets de données», précise Jan Schu­del. «Les projets soumis déno­tent un enga­ge­ment très fort. Des clas­ses ont parti­cipé, des services admi­ni­stra­tifs entiers ont colla­boré. Nous avons reçu d’excellentes vidéos. Une belle expé­ri­ence!» Plant-for-the-Planet veut égale­ment faire bouger les lignes. «1000 milli­ards d’arbres, cela corre­spond à 150 arbres par habi­tant de la planète», expli­que Mari­anne Jung. «Ça peut paraître beau­coup au premier abord. C’est un travail de titan.» Mais quand des entre­pri­ses parti­ci­pent et plan­tent par exemple une forêt pour deve­nir neutres en CO2, cela repré­sente beau­coup d’arbres. Plant-for-the-Planet ne veut toute­fois pas plan­ter tous ces arbres elle-même. Pirmin Jung nous l’explique: «Outre nos prop­res plan­ta­ti­ons, nous voulons coor­don­ner tous les autres projets de reboi­se­ment dans les différents pays et régi­ons et faci­li­ter l’accès à ces projets des dona­teurs privés et insti­tu­ti­on­nels intéres­sés via l’application Plant-for-the-Planet.» Le fait que le couple de fonda­teurs s’engage en faveur de ce thème est lié à leur profes­sion. Ingé­nieurs civils, ils utili­sent le bois. «C’est là tout l’aspect posi­tif: chaque arbre planté vieil­lit. Si on ne le coupait pas, il tombe­rait de lui-même ou pourr­i­rait avec le temps, et le CO2 stocké dans le bois retour­ne­rait dans l’atmosphère», dit-il. «Pour nous, il est clair que nous devons d’un côté préser­ver les forêts tropi­ca­les et les forêts vier­ges sans faire aucun compro­mis. Mais il faut que les autres forêts soient gérées acti­ve­ment et surtout dura­ble­ment afin de fixer à long terme le plus de CO2 possi­ble dans des produits et des bâti­ments.» On favo­rise pour ce faire des forêts mixtes adap­tées à la situa­tion locale. Certains troncs doiv­ent être coupés de temps en temps et de jeunes arbres plantés.

Les oise­aux, ces animaux populaires

S’engager au sein de la fonda­tion a aussi été une voca­tion pour Livio Rey. «J’ai toujours voulu m’impliquer en faveur de la nature, faire de la sensi­bi­li­sa­tion et susci­ter la compré­hen­sion.» D’après lui, il est par exemple important de montrer que les corn­eil­les sont des animaux très intel­li­gents et soci­aux. Il veut promou­voir la compré­hen­sion vis-à-vis des animaux. Par chance, les oise­aux sont des animaux popu­lai­res. Les gens sentent qu’ils ont un lien avec eux. Pendant le premier confi­ne­ment, la Station orni­tho­lo­gi­que suisse de Sempach a reçu un nombre excep­ti­on­nel­lement élevé de deman­des. «Les oise­aux ont été perçus par les gens. Ils nous ont demandé quels oise­aux ils avai­ent vus, comment instal­ler un nichoir ou aména­ger leur jardin de manière natu­relle.» Il constate la présence d’un lien affec­tif. Mais sur le plan des argu­ments, ce sont les faits qui compt­ent pour lui. Et ceux-ci sont peu réjouis­sants. «Les espè­ces rares se raré­fient encore plus», regrette Livio Rey. L’évolution consta­tée dans les zones agri­co­les et humi­des aggrave la situa­tion. De nombreu­ses espè­ces menacées vivent dans ces paysa­ges. Et, bien sûr, le chan­ge­ment clima­tique est une source d’inquiétude majeure. «Cela peut deve­nir critique pour les oise­aux vivant en monta­gne. La Suisse a une grande responsa­bi­lité, en parti­cu­lier envers les oise­aux de monta­gne», estime Livio Rey. Si la tempé­ra­ture augmente, les oise­aux vivant dans des zones plus fraîches sont obli­gés de partir vivre dans des régi­ons plus en alti­tude. «Mais un jour, on a atteint le sommet de la monta­gne», dit-il. Il y a cepen­dant des raisons de se réjouir: là où d’importants efforts sont déployés, on constate des amélio­ra­ti­ons. Livio Rey cite le vanneau. «Il était menacé d’extinction, mais aujourd’hui, il va mieux grâce à des mesu­res de protec­tion.» De nombreu­ses espè­ces ne sont néan­moins pas si faci­les à préser­ver. Par chance, le déve­lo­p­pe­ment dura­ble, la nature et l’environnement gagn­ent en import­ance. «Les oise­aux ne sont pas indé­pen­dants du thème du climat. Ils sont tout autant affec­tés par le chan­ge­ment clima­tique que nous, les humains», dit-il.

Le dépé­ris­se­ment des forêts s’appelle aujourd’hui «chan­ge­ment climatique»

Le chan­ge­ment clima­tique solli­cite aussi les forêts de monta­gne. «Le dépé­ris­se­ment des forêts s’appelle aujourd’hui ‹chan­ge­ment clima­tique›», déclare Dunja L. Meyer. Celui-ci fait gran­de­ment souf­frir les forêts de monta­gne. Tous les arbres ne suppor­tent pas de la même manière la sécher­esse et la cani­cule. Le défi majeur consi­ste à prépa­rer les forêts de monta­gne, en parti­cu­lier les forêts protec­tri­ces, à un avenir que personne ne connaît. La recher­che est en quête d’arbres supportant bien la sécher­esse et la cani­cule. L’état des connais­san­ces actu­el­les le montre: «L’épicéa, qui a été beau­coup planté dans le passé, n’est malheu­re­u­se­ment pas très rési­stant à la sécher­esse, car il a des raci­nes plates.» Il est bon que cette cause mobi­lise un nombre crois­sant de person­nes. De plus en plus d’organisations s’intéressent à l’environnement. C’est posi­tif. Il y a selon elle de plus en plus de travail, et elle ne parle pas de concur­r­ents, mais de parten­aires défen­dant la même cause. Mari­anne Jung va dans le même sens: «Toutes les acti­vi­tés qui contri­buent à ce que la terre ne se réchauffe pas de plus de deux degrés sont posi­ti­ves. Nous ne considé­rons personne comme un concur­rent, mais travail­lons ensem­ble. Les acti­vi­tés du mouve­ment en faveur du climat sensi­bi­li­sent les gens, et cela nous aide direc­te­ment.» Plant-for-the-Planet veut aussi toucher les enfants et les jeunes sur le thème du chan­ge­ment clima­tique à travers son enga­ge­ment. Ce mouve­ment inter­na­tio­nal a à ce jour formé 90 000 jeunes et enfants dans 75 pays, faisant d’eux des ambass­ad­ri­ces et des ambassa­deurs de la justice clima­tique. Ils appren­nent ce que sont la crise et la justice clima­ti­ques, comment le reboi­se­ment peut influer sur la biodi­ver­sité, la ferti­lité des sols et le climat local et comment s’impliquer eux-mêmes.

La forêt amazo­ni­enne n’est pas la seule

La Fonda­tion Sophie et Karl Binding a échangé avec des exper­tes et des experts essen­ti­el­lement issus de la pratique et de la science axée sur la pratique ainsi qu’avec des orga­ni­sa­ti­ons telles que le Forum Biodi­ver­sité et Pro Natura afin d’avoir une action la plus effi­cace possi­ble à travers sa nouvelle orien­ta­tion dans le domaine de l’environnement. La fonda­tion a ainsi déve­lo­ppé le champ d’action biodi­ver­sité et valo­ri­sa­tion de paysa­ges de grande qualité. Sa mise en œuvre se fait en concer­ta­tion avec les deux autres domai­nes d’encouragement, Social et Culture. «Nous veil­lons à ce qu’il n’y ait pas de contra­dic­tions, y compris à l’intérieur d’un même domaine», expli­que Jan Schu­del, donnant comme exemple que la remise en état d’un mur en pier­res sèches ne doit pas se faire en utili­sant un héli­co­p­tère pour des motifs rele­vant de la protec­tion du climat. De nombreux projets sont réali­sés en coopé­ra­tion avec d’autres fonda­ti­ons et orga­ni­sa­ti­ons. Seul, il est diffi­cile de chan­ger la donne. Il faut utili­ser les ressour­ces à bon esci­ent et avoir un impact, y compris vis-à-vis du public. C’est là que le nouveau prix doit bril­ler. Le Prix pour la forêt, décerné par la fonda­tion 30 ans durant jusqu’en 2016, y est parvenu. Cela doit désor­mais être le cas pour la biodi­ver­sité, car c’est une néces­sité urgente. «Pour certai­nes espè­ces en voie d’extinction figu­rant sur la liste rouge, l’évolution est drama­tique», déclare Jan Schu­del. «Mais on observe égale­ment un fort déclin chez des espè­ces plus répan­dues.» Chez nous, la société est trop peu sensi­bi­li­sée à ce problème. Il est donc important de commu­ni­quer. Il y a en effet une diffé­rence entre les connais­san­ces scien­ti­fi­ques et la percep­tion publi­que. «La forêt amazo­ni­enne n’est pas la seule à être menacée», dit-il, «chez nous aussi, certai­nes espè­ces sont en voie d’extinction ou en danger». 

Un projet à long terme exceptionnel

L’importance de la commu­ni­ca­tion figure déjà dans la descrip­tion des missi­ons princi­pa­les du Parc natio­nal suisse. Les rela­ti­ons publi­ques en font partie au même titre que la protec­tion de la nature et la recher­che. Le respons­able de la commu­ni­ca­tion précise: «Les trois missi­ons sont import­an­tes. La protec­tion de la nature crée le cadre de cette expé­ri­men­ta­tion à long terme. La recher­che montre comment la nature évolue quand l’homme n’intervient pas pendant tout ce temps. Enfin, les rela­ti­ons publi­ques permet­tent aux person­nes d’accéder à la nature sauvage et susci­tent l’adhésion envers ce projet de longue haleine excep­ti­on­nel.» Les dispo­si­ti­ons de protec­tion sont donc clai­res et permet­tent égale­ment le tourisme. Il existe une obli­ga­tion d’emprunter les chemins, une inter­dic­tion de passer la nuit sur place, et seul l’accès à pied est auto­risé. «Nous impo­sons ces dispo­si­ti­ons de protec­tion et recou­rons à des amen­des en cas de néces­sité», expli­que Hans Lozza. Si les visi­teurs sont contraints de rester sur les chemins, le déran­ge­ment est bien moindre pour les animaux et les plan­tes que dans les zones sillon­nées en tous sens. Les parcs natu­rels sont toujours un moyen d’ouvrir les yeux aux gens. «Cela nous permet de faire d’eux des fans de nature inta­cte», estime Hans Lozza. L’attention du public est essen­ti­elle pour le parc natu­rel. Il devi­ent en effet plus diffi­cile de trou­ver d’importants mécè­nes pour un travail de fond peu spec­ta­cu­laire. Le déve­lo­p­pe­ment de l’UNESCO Bios­fera Engia­dina Val Müst­air est l’un des défis actu­els. Le Parc natio­nal suisse est la zone centrale de cette réserve de biosphère. Donnons à Hans Lozza le mot de la fin: «L’objectif est de créer une région modèle dans laquelle l’être humain utilise les ressour­ces natu­rel­les de manière durable.»

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !