Photo: Marvin Zilm

Je m’émerveille jour après jour

VielfältIger Forschungsstandort

Michael Scha­ep­man, recteur de l’Université de Zurich, nous parle du finan­ce­ment de la recher­che, de l’avantage d’une fonda­tion univer­si­taire et des consé­quen­ces décou­lant du fait que la Suisse n’est pas membre asso­cié d’Horizon Europe.

Réflé­chis­siez-vous au finan­ce­ment de la recher­che lorsque vous étiez étudiant?

Au début de mes études, j’étais simple­ment étonné des dimen­si­ons colos­sa­les de la recher­che. Je me souci­ais peu de la manière de finan­cer mes recher­ches. Toute­fois, j’ai immé­dia­te­ment remar­qué un niveau élevé de qualité pour les thèmes dans lesquels l’université était déjà compé­ti­tive. Ceux-ci béné­fi­ci­ai­ent des moyens corre­spondants. J’ai appris le finan­ce­ment de la recher­che dans le cadre de mes responsa­bi­li­tés en tant que profes­seur et en tant que recteur.

Quelle est l’importance du finan­ce­ment privé?

Les univer­si­tés finan­cées par des fonds publics seront sous-finan­cées à l’avenir. Nous sommes confron­tés à un problème struc­tu­rel: le nombre d’étudiants augmente plus rapi­de­ment que les moyens finan­ciers. Nous allons donc devoir réflé­chir très précis­é­ment à la manière dont nous allons finan­cer nos recherches.

Les dons privés peuvent-ils être une solution?

Le finan­ce­ment privé présente une carac­té­ri­stique attra­yante: les gens donnent de l’argent pour un but bien précis. Ces fonds ne doiv­ent pas sembler liés à un but imposé. Une dona­trice qui souhaite faire un geste pour l’environnement a le choix entre les nombreux thèmes envi­ron­ne­men­taux étudiés à l’Université de Zurich.

Quel est l’avantage pour l’Université de dispo­ser de sa propre fonda­tion, l’UZH Foundation?

Il y une raison pratique à cela: la fonda­tion peut accep­ter et gérer les fonds diffé­rem­ment de l’Université, en tant qu’institution de droit public. Au sein de la Fonda­tion, des experts se cons­acrent à la récolte de fonds. C’est un avan­tage car ils ont les compé­ten­ces néces­saires pour récol­ter et gérer les fonds durablement.

Pour­quoi la Fonda­tion a‑t-elle des sous-fondations?

Au lieu de mettre en place une struc­ture admi­ni­stra­tive distincte pour chacune des fonda­ti­ons, l’idée était de les rassem­bler sous le toit de l’UZH Foun­da­tion, qui dispose d’une gestion profes­si­on­nelle des fonds et d’une admi­ni­stra­tion centralisée.

Aujourd’hui, toutes les univer­si­tés de Suisse ou pres­que ont leur propre fonda­tion. Travail­lent-elles en collaboration?

Il existe de très nombreu­ses coopé­ra­ti­ons, notam­ment pour finan­cer des infra­st­ruc­tures ou des projets d’envergure. Je pense qu’une action conjointe et ciblée sera très importante à l’avenir.

L’Université de Saint-Gall finance la moitié de son budget total à partir de sources privées. Qu’en est-il de l’Université de Zurich?

A l’Université de Zurich, la propor­tion de fonds privés est rela­ti­ve­ment faible. Contr­ai­re­ment à l’Université de Saint-Gall, nous sommes une univer­sité géné­ra­li­ste, qui propose toutes les disci­pli­nes. Les subven­ti­ons canto­na­les et fédé­ra­les repré­sen­tent envi­ron 75 % du budget total. Les 25% restants sont des fonds exté­ri­eurs dits compé­ti­tifs. Ils provi­en­nent du Fonds natio­nal suisse (FNS), de fonda­ti­ons, de parti­cu­liers ou de program­mes euro­péens, et ont connu la plus forte augmen­ta­tion à ce jour.

L’échec de l’accord-cadre avec l’UE met en péril la parti­ci­pa­tion à Hori­zon. Aura-t-il des réper­cus­sions sur le pôle de recher­che suisse?

Dans le cadre d’Horizon 2020, la Suisse était un pays tiers asso­cié. Dans le nouveau programme, Hori­zon Europe, elle ne l’est pas. Par consé­quent, les cher­cheurs suis­ses ne peuvent plus soumettre de projets au sein de l’UE. L’échec de l’accord-cadre a eu pour effet d’exclure le pôle de recher­che suisse de la concur­rence euro­péenne. La question est de savoir avec qui nous allons main­ten­ant entrer en concur­rence. La Suisse pour­rait choi­sir n’importe quel autre pays afin de mettre en place un programme de recher­che compé­ti­tif. Mais les autres pays n’ont pas attendu après nous. Pour le moment, la Suisse est seule sur le marché de la recher­che, ce qui réduit notre compé­ti­ti­vité à l’échelle euro­péenne. Outre notre répu­ta­tion, nous perdons la colla­bo­ra­tion avec bon nombre de cher­cheurs euro­péens. Et nous perdons de l’argent, des fonds exté­ri­eurs, qui contri­buent égale­ment au finan­ce­ment d’infrastructures centrales.

Photo: Marvin Zilm

Que va-t-il se passer à présent?

Le Parle­ment suisse a appro­uvé les fonds pour Hori­zon Europe en décembre dernier. Cet argent est donc dispo­ni­ble. Il faut main­ten­ant une déci­sion poli­tique pour le libé­rer. C’est important pour tous les cher­cheurs qui ont déjà soumis un projet, car ils doiv­ent avoir la certi­tude de pouvoir conti­nuer à travail­ler. L’absence de ces fonds pendant une voire deux années repré­s­en­te­rait pour nous une énorme perte, qui se chif­fre­rait en milli­ons de francs.

Pouvons-nous dire que la situa­tion est incertaine?

Tout à fait.

Les hautes écoles s’unissent-elles pour se faire entendre?

Les hautes écoles entre­pren­nent de très nombreu­ses acti­vi­tés, dont la plus importante actu­el­lement est l’élaboration d’un programme de récu­p­é­ra­tion du FNS. Celui-ci vise à soutenir les cher­cheurs qui ont déjà commencé leur demande de subven­tion, mais qui ont été exclus de la concur­rence pendant la rédaction.

Les fonda­ti­ons et les fonds privés pour­rai­ent-ils combler le déficit?

Bien qu’ils soient très import­ants, les moyens des fonda­ti­ons ne peuvent pas combler le déficit.

Les diplô­més de l’Université de Zurich sont-ils loyaux envers elle?

L’Université de Zurich dispose d’une orga­ni­sa­tion d’alumni très active. En 2020, les anci­ens étudi­ants ont injecté une somme considé­ra­ble dans un fonds que nous avions ouvert au pied levé dans le cadre de la pandé­mie, démon­trant ainsi leur fidé­lité à leur alma mater. Si l’on considère le nombre d’étudiants qui ont été et qui seront diplô­més de l’Université de Zurich, nous avons encore de la marge. Nous pouvons encore renforcer cet attachement.

Quelle est l’importance des fonds exté­ri­eurs pour l’indépendance de la haute école?

L’indépendance est un sujet passi­on­nant. Notre objec­tif premier est de prati­quer un maxi­mum de recher­che fonda­men­tale exempte de juge­ments de valeur. Ce sont les idées de projets de ses prop­res cher­cheurs pour lesquel­les l’Université s’engage le plus. Nous n’exigeons pas qu’un projet conduise à un produit ou apporte un avan­tage concret, hormis l’acquisition de connaissances.

Certains dona­teurs ont déjà une idée de la cause qu’ils souhai­tent soutenir…

Chez nous, la liberté de la recher­che est garan­tie. Les cher­cheurs peuvent toujours publier leurs résul­tats. Le soutien par des fonds exté­ri­eurs ne doit jamais influ­en­cer notre stra­té­gie. Lorsqu’une personne nous propose de l’argent pour un thème qui ne relève pas de nos domai­nes de recher­che, nous le refu­sons. Il serait absurde de deve­nir une univer­sité oppor­tu­ni­ste. En tant qu’université géné­ra­li­ste, nous avons des thèmes extrê­me­ment captiv­ants à propo­ser à tous les donateurs!

Dispo­sez-vous d’un code de condu­ite régis­sant la gestion des dons?

Nous avons des règles selon lesquel­les certai­nes condi­ti­ons contrac­tu­el­les sont non négo­cia­bles dans le cadre des dons. La liberté de publi­ca­tion en est un exemple.

Qu’en est-il de la trans­pa­rence des dons?

En matière de trans­pa­rence, l’Université de Zurich est la plus avan­cée en Suisse. Nous tenons une liste des fonds exté­ri­eurs. Celle-ci est publi­que et réper­to­rie tous les dons de plus 100 000 francs. Il est possi­ble de menti­on­ner le nom d’un orga­nisme de dons si le mandant ne veut pas être cité.

Qu’en est-il de la trans­pa­rence concer­nant les chai­res finan­cées par des tiers?

Toutes les chai­res finan­cées par des fonda­ti­ons ou des parti­cu­liers peuvent être consul­tées en ligne, sur la liste ad hoc.

Que repré­sente la collecte de fonds dans votre travail de recteur?

Envi­ron une demi-jour­née par semaine. Il y a toute­fois des zones grises lors de mani­fe­sta­ti­ons au cours desquel­les je repré­sente à la fois l’Université et je m’entretiens avec des dona­teurs. L’Université compte quel­ques 800 profes­seurs, qui promeu­vent leurs domai­nes respec­tifs et s’adressent égale­ment à des dona­teurs poten­tiels. Notre collecte de fonds repose ainsi sur une large assise.

Les fonds sont-ils rassem­blés au sein de l’UZH Foundation?

Oui.

Photo: Marvin Zilm

«Chez nous, la liberté de recher­che est garan­tie»
Michael Scha­ep­man, recteur de l’Université de Zurich

La jeune géné­ra­tion travaille de façon plus colla­bo­ra­tive et parti­ci­pa­tive. Ce chan­ge­ment est-il percep­ti­ble à l’Université?

Oui. Aujourd’hui, beau­coup plus de person­nes travail­lent de façon colla­bo­ra­tive au sein de vastes consor­ti­ums. Le style de la recher­che a fonda­men­ta­le­ment changé. Aujourd’hui, la colla­bo­ra­tion et la réfle­xion commune ont gagné en import­ance. Nous devons égale­ment assu­rer à nos diplô­més une forma­tion à jour et de qualité. Si nous les faisi­ons travail­ler dans une bulle isolée, ils ne trou­ver­ai­ent pas leur place dans l’économie.

En tant que profes­seur, vous avez mené des recher­ches pendant de nombreu­ses années. Cela ne vous manque pas?

Si. Le recto­rat est une fonc­tion princi­pale. Néan­moins, mes recher­ches ne sont pas tout à fait à l’arrêt. J’ai quitté la chaire, mais le groupe de recher­che existe toujours. Si je venais à démis­si­on­ner ou si je n’étais pas réélu, je pour­rais y retour­ner et pour­suivre mes recherches…

… et vous replo­n­ger dans votre domaine de spécialisation.

(Rires). Aujourd’hui, mon domaine de spécia­li­sa­tion est l’ensemble de l’Université et ses 9000 colla­bo­ra­teurs. Mon rôle est de savoir quels thèmes étudiés à l’Université sont perti­nents pour le public.

Donc, vos recher­ches portent aujourd’hui sur l’Université?

En quel­que sorte, oui. Et c’est fasci­nant. Où que je pose les yeux, je m’émerveille jour après jour du nombre de thèmes différents qui font l’objet de recher­ches de haut niveau à l’Université de Zurich. C’est formidable.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !