50

Et ça continue

Le droit de vote des femmes remonte à 50 ans. À peine. Un événe­ment à fêter? Oui et non. 

Oui: il y a eu de nombreu­ses avan­cées. La part des femmes au Parle­ment fédé­ral lors des élec­tions de renou­vel­lement natio­na­les a atteint 40% en 2019 – un record. Helve­tia vous appelle!, un mouve­ment non parti­san pour les femmes en poli­tique, est inter­venu en 2018, car la part des femmes lors des élec­tions natio­na­les de l’époque mena­çait de bais­ser. Il a encou­ragé les femmes à se présen­ter et a préparé les candi­da­tes à leur mandat en orga­nisant des ateliers et du tuto­rat. L’objectif du mouve­ment est que les femmes et les hommes pren­nent les déci­si­ons poli­ti­ques à parts égales en Suisse. Créé par Kath­rin Bert­schy et Flavia Klei­ner, le mouve­ment non parti­san Helve­tia vous appelle! est aujourd’hui soutenu par des centai­nes de femmes et établi chez alli­ance F, qui est considé­rée comme la voix des femmes en politique.

L’égalité des chan­ces et des salaires?

Non: concer­nant l’égalité des chan­ces et des salai­res, le retard reste considé­ra­ble. Les femmes sont encore forte­ment sous-repré­sen­tées dans les conseils d’administrations et de fonda­ti­ons ainsi que dans les direc­tions d’entreprises, notam­ment dans les PME et les gran­des entre­pri­ses. Est-ce la consé­quence de l’introduction tardive des droits poli­ti­ques des femmes? C’est ce sur quoi nous devons nous pencher au cours de cette année. La page d’accueil de CH2021.ch propose un aperçu de l’histoire des droits des femmes en Suisse.

Des frères sans sœurs

La Suisse est une popu­la­tion de «frères sans sœurs»: voici la critique qu’adressaient les asso­cia­ti­ons fémi­ni­stes suis­ses au Conseil fédé­ral en 1948. À l’occasion du centen­aire de la consti­tu­tion fédé­rale, celui-ci avait choisi pour devise «La Suisse, un pays de frères». À l’époque, la plupart des pays euro­péens avai­ent accordé le droit de vote aux femmes. Près de dix ans plus tard, le 5 mars 1957, le conseil commu­nal d’Unterbäch, dans le canton du Valais, octroyait le droit de vote aux femmes pour une occa­sion unique contre l’avis du gouver­ne­ment. Unter­bäch est, aujourd’hui encore, surnom­mée le «Grütli de la femme suisse». Il faudra attendre encore 14 ans, jusqu’au 7 février 1971, pour que ce droit démo­cra­tique soit accordé aux femmes. Un droit que l’on doit à des femmes coura­geu­ses qui se sont battues pendant des dizai­nes d’années. L’association CH2021 propose une plate­forme natio­nale d’information et de mise en rela­tion à l’occasion de cet anni­ver­saire. Les consé­quen­ces actu­el­les de l’octroi tardif du droit de vote aux femmes doiv­ent être abor­dées en 2021. 

Un événe­ment à fêter?

Il est important de fêter et de valo­riser les acquis, dans un premier temps en ligne, puis peut-être sur place, plus tard dans l’année. Il est égale­ment important de marquer un temps d’arrêt pour réflé­chir à la véri­ta­ble raison pour laquelle il y a des bran­ches qui restent défa­vo­ri­sées et d’autres bran­ches dans lesquel­les les femmes sont forte­ment sous-repré­sen­tées aux postes de direction.

Le 50e anni­ver­saire du droit de vote des femmes se foca­lise sur celles-ci. Il n’est pas simple­ment question des femmes: elles sont bel et bien sous le feu des projecteurs.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !