La compo­si­tion des conseils de fondation

Comment réussir la diversité?

Comment la défi­ni­tion des rôles spéci­fi­ques hommes-femmes, les sché­mas de percep­tion et les stéréo­ty­pes peuvent être brisés

De nombreu­ses fonda­ti­ons souhai­tent que leur comité accueille davan­tage de femmes, la valeur ajou­tée de la «diver­sité» étant désor­mais connue. Mais comment faire?

En nous basant sur notre expé­ri­ence de recru­tement et d’accompagnement de membres de conseils de fonda­tion et de comi­tés exécu­tifs, nous propo­sons une analyse d’expérience et des recom­man­da­ti­ons concrè­tes sur ces questi­ons très controversées.

Les femmes ont-elles trop peu confi­ance en elles?

La recher­che sur la socia­li­sa­tion menée dans les années 1990 (entre autres par Mari­anne Horstkem­per1) a montré que des rôles spéci­fi­ques hommes-femmes se constru­i­sai­ent au cours de la scola­rité. Chez les jeunes femmes, ceux-ci vont souvent de pair avec une confi­ance en soi moindre, même en cas de bons résul­tats scola­i­res. Ce sont ces jeunes femmes des années 1990 qui sont aujourd’hui d’âge mûr et consti­tu­ent notre «marché de poten­tiels» pour occuper les postes des conseils de fonda­tion. Nous avons donc tout inté­rêt à encou­ra­ger acti­ve­ment les candi­da­tes quali­fiées. Et nous conseil­lons de compa­rer acti­ve­ment leur auto-évalua­tion avec des preu­ves objec­ti­ves de perfor­man­ces et des réfé­ren­ces issues de tiers afin de contreb­a­lan­cer leur trop grande propen­sion à la modestie. 

Les candi­da­tes sont-elles exami­nées de manière plus critique?

D’après notre expé­ri­ence, les candi­da­tes ou leur dossier de candi­da­ture ne sont pas néces­saire­ment exami­nés de manière plus critique, mais souvent avec un regard diffé­rent. Le socio­lo­gue Pierre Bour­dieu2 décrit la divi­sion de la société par nos sché­mas de pensée et de percep­tion. Ainsi, la pensée rela­tive à la dualité sexu­elle cultu­relle s’immisce souvent dans notre quoti­dien. Concrè­te­ment, cela veut dire que nous prêtons à une personne certai­nes quali­tés en raison de son sexe, aux hommes comme aux femmes3

Ainsi, nous consta­tons qu’on demande aux candi­da­tes si elles appor­te­rai­ent au conseil de fonda­tion «des compé­ten­ces fémi­ni­nes» ou qu’une candi­date est considé­rée comme inapte car ayant «trop peu de quali­tés féminines».

Notre conseil: au sein des comi­tés de sélec­tion, intéres­sez-vous déli­bé­ré­ment à vos images inté­ri­eu­res des rôles dévo­lus aux femmes et aux hommes. Clari­fiez vos atten­tes envers un futur membre fémi­nin ou mascu­lin du conseil de fonda­tion. Il existe une diffé­rence entre le fait de cher­cher une femme («sexe») pour des questi­ons de diver­sité et/ou de vouloir quelqu’un ayant des compé­ten­ces socia­les dues à une socia­li­sa­tion fémi­nine («genre»), la capa­cité d’empathie, par exemple. En effet, cette dernière est une compé­tence que vous pour­rez trou­ver (ou non) aussi bien chez les hommes que chez les femmes. L’anonymisation des dossiers de candi­da­ture pour­rait consti­tuer un premier pas: sépa­rez le CV du sexe en présen­tant par exemple au comité de sélec­tion des candi­dats sans nom ni photo.

Les femmes occup­ant des postes de direc­tion doiv­ent-elles deve­nir comme des hommes?

Notre image habi­tu­elle du cadre diri­ge­ant est asso­ciée au stéréo­type mascu­lin: capa­cité de s’imposer, capa­cité de déci­sion et assurance.

De nombreu­ses femmes aujourd’hui dispo­ni­bles sur le marché des cadres ont une longue expé­ri­ence de «double dissi­dence». Le concept provi­ent de la socio­lo­gue Daniela Rastet­ter4 et décrit l’expérience consi­stant à ne pas être perçue comme une «vraie femme» ni comme un «vrai leader». La première est due au fait d’exercer des fonc­tions majo­ri­taire­ment exer­cées par des hommes et la seconde au fait d’avoir d’autres quali­tés que celles du cadre mascu­lin répondant au stéréo­type. Fort heure­u­se­ment, nous obser­vons que cette image figée du cadre est en train de s’assouplir. Cela permet d’obtenir des profils de compé­ten­ces plus variés indé­pen­dam­ment du sexe. Ainsi, le «savoir-être» (soft skills) – la capa­cité d’intégration, par exemple – est de plus en plus demandé dans les instan­ces des conseils de fondation.

Notre conseil: renou­velez votre profil de compé­ten­ces pour les postes au conseil de fonda­tion. Les exigen­ces doiv­ent-elles toujours être les mêmes et corre­spondre au stéréo­type mascu­lin? Quel­les autres quali­tés pour­rai­ent complé­ter votre conseil de fonda­tion, le préparant ainsi pour l’avenir? 


1

Mari­anne Horstkem­per, Schule, Geschlecht und Selbst­ver­trauen. Eine Längs­schnitt­stu­die über Mädchen­so­zia­li­sa­tion in der Schule. Éditi­ons Juventa, 1995 (non traduit)

2

Pierre Bour­dieu, La domi­na­tion mascu­line. Éditi­ons du Seuil, 1998

3

Nous lais­sons sciem­ment de côté le troi­sième sexe puis­que nous nous réfé­rons ici à la dualité sexu­elle construite par la société.

4

Daniela Rastet­ter Sexua­li­tät und Herr­schaft in Orga­ni­sa­tio­nen. Eine geschlech­ter­ver­glei­chende Analyse (Vol. 33). Éditi­ons Sprin­ger, 2013 (non traduit)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !