Quel est le lien entre le «dénei­gement» et la diversité?

À différents égards

Les équi­pes mixtes peuvent rendre le travail de fonda­tion plus effi­cace. De nombreux conseils de fonda­tion s’élisent eux-mêmes, ce qui peut expli­quer pour­quoi les comi­tés sont encore trop peu diver­si­fiés. L’histoire du «dénei­gement» expli­que comment une diver­sité perti­nente pour­rait être plus bénéfique.

Un mandat au sein du conseil de fonda­tion est considéré comme un «travail béné­vole» non rému­n­éré. Il n’y a géné­ra­le­ment pas de budget alloué au renou­vel­lement de l’équipe. Alors, bien souvent, on va cher­cher les candi­dats dans son propre réseau, ce qui fait obsta­cle aux vastes proces­sus de candi­da­ture compren­ant des entre­ti­ens avec des postu­lants divers et quali­fiés. Le choix est donc plutôt limité et les profils sont similaires.

Dans les conseils d’administration de socié­tés anony­mes, il existe égale­ment un risque important de simi­la­rité dans le renou­vel­lement des comi­tés, car, là aussi, envi­ron 90% des sièges au conseil d’administration sont attri­bués sans recourir à des conseil­lers indépendants.

Ce n’est pas un problème en soi si l’on encou­rage systé­ma­ti­que­ment une mixité ciblée ainsi qu’une culture d’inclusion produc­tive de perspec­ti­ves diffé­ren­tes. Mais c’est justement là que ça se complique.

J’aimerais expli­quer, en pren­ant l’exemple du «dénei­gement», comment une appro­che unila­té­rale conduit à des solu­ti­ons sous-opti­ma­les. L’histoire vraie du «dénei­gement» est repré­sen­ta­tive de beau­coup de projets dans le monde de l’entreprise et des fondations.

Les lecteurs avisés se deman­de­ront la chose suiv­ante: Dans quelle mesure un «dénei­gement» peut-il être mieux orga­nisé si une équipe mixte avec une culture d’inclusion est à l’œuvre? Lais­sez-vous inspi­rer par l’histoire suivante:

  1. On a constaté que les person­nes âgées et les jeunes mères avai­ent nette­ment plus d’accidents lorsqu’il y avait de la neige.
  2. D’autres études ont révélé que les jeunes mères, plus parti­cu­liè­re­ment, passent plus de temps sur les trot­toirs que sur la route, car ce sont elles qui, bien souvent, emmè­nent les enfants dans les struc­tures de jour pour ensuite se rendre au travail, rému­n­éré ou non.
  3. On a observé que, partout, le «dénei­gement» des rues pour la circu­la­tion des voitures avait la prio­rité sur celui des trot­toirs et des accès aux passa­ges piétons.

Jusqu’ici, on partait du principe qu’il fallait d’abord déga­ger les routes pour permettre à la popu­la­tion active et moto­ri­sée d’arriver à l’heure au travail. Il s’agit du point de vue de ceux qui pren­nent la voiture pour aller au travail. Cette façon de faire leur semb­lait juste.

Dans une équipe hété­ro­gène compo­sée de pauvres et de riches, de jeunes et de vieux, de person­nes avec ou sans déam­bu­la­teur, canne ou pous­sette, de person­nes de différents niveaux de forme physi­que et travail­lant dans divers secteurs d’activité, les points de vue et les préfé­ren­ces sont variés. Différents. Cela faci­lite les expé­ri­en­ces comme celle-ci: À titre d’essai, suite à un épisode neigeux, les chemins piéton­niers ont d’abord été déga­gés, puis les rues.

Ce petit chan­ge­ment a permis de rédu­ire le nombre d’accidents dus aux condi­ti­ons hiver­na­les impli­quant des person­nes âgées et des jeunes mères. Le nombre d’accidents de voiture n’a pas augmenté pour autant. Voilà comment le «dénei­gement» est devenu plus sûr et moins coûteux pour le système de santé.

La proba­bi­lité qu’une équipe homo­gène initie ce chan­ge­ment effi­cace est moindre comparé à une équipe hété­ro­gène qui confronte ses différents besoins et points de vue. Pour­quoi? Parce qu’une équipe homo­gène se met rapi­de­ment d’accord. Mais cela ne veut pas dire que la solu­tion prise est la meilleure. Il s’agit de la plus évidente pour les person­nes présentes.

La diver­sité dans les équi­pes est souvent assi­mi­lée au mélange des genres. L’exemple du «dénei­gement» nous permet toute­fois de constater qu’une cadre d’âge mûr et sans enfants qui se rend au travail en voiture le matin ne pren­drait pas la même déci­sion qu’un jeune père qui emmène ses enfants à la crèche le matin avant de se rendre au travail à pied.

L’histoire du «dénei­gement» est une analo­gie de nombreu­ses situa­tions au sein des fonda­ti­ons, parmi les inve­stis­seurs et les jurys; soit partout où l’on décide de l’utilisation des ressour­ces. Les postu­lats de base sur lesquels repo­sent les déci­si­ons corre­spon­dent aux points de vue et projec­tions des person­nes présen­tes. «Quelle perspec­tive manque-t-il et qu’apporterait-elle de décisif?» Posez-vous régu­liè­re­ment cette question. Deman­dez le point de vue d’autres person­nes et souve­nez-vous-en si vous voyez de la neige sur la route. Cela améliorera votre efficacité.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !