L’importance de l’inflation pour les diffé­ren­tes clas­ses d’actifs

Depuis plus d’un an, les prix à la consom­ma­tion ne cessent d’augmenter, atteignant désor­mais des sommets. Cette infla­tion anor­ma­le­ment élevée est le résul­tat d’une multi­tude de facteurs. 

Parmi les raisons expli­quant l’accélération de cette hausse des prix, on retrouve notam­ment les goulets d’étranglement dans les chaî­nes d’approvisionnement mondia­les, les confi­ne­ments liés à l’épidémie de Covid-19 et une poli­tique moné­taire et fiscale parti­cu­liè­re­ment expan­si­on­ni­ste. Sans oublier le fait que les prix de l’énergie connais­sent une forte augmen­ta­tion dans le sillage de la guerre en Ukraine. De nombreux inve­stis­seurs se deman­dent à juste titre comment ils peuvent se proté­ger contre la pres­sion crois­sante exer­cée sur les prix. Pour nous aider à répondre à cette question, nous exami­ne­rons les clas­ses d’actifs les plus en vue, à savoir les actions, les obli­ga­ti­ons, l’or et l’immobilier.

Les actions

D’un point de vue histo­ri­que, les actions se sont parti­cu­liè­re­ment bien compor­tées dans un envi­ron­ne­ment présen­tant une infla­tion modé­rée et stable, étant donné les faibles incer­ti­tu­des conjonc­tu­rel­les, permet­tant aux entre­pri­ses de prévoir plus faci­le­ment leurs béné­fices. Toute­fois, si le niveau des prix augmente brusque­ment, alors les marchés bour­siers peuvent subir de graves désé­qui­li­bres. Les haus­ses de prix soudai­nes repré­sen­tent d’une part un risque pour les marges opérationnelles, 

car l’augmentation des coûts de produc­tion ne peut être réper­cu­tée sur les clients qu’avec un certain déca­lage. D’autre part, des taux d’inflation plus élevés obli­gent les banques centra­les à mener une poli­tique moné­taire plus restric­tive avec des taux d’intérêt plus élevés, ce qui fait fondre la valo­ri­sa­tion des actions en raison de l’augmentation des facteurs d’actualisation des futures distri­bu­ti­ons. En outre, les mesu­res de lutte contre l’inflation assom­b­ris­sent les perspec­ti­ves de crois­sance et augmen­tent ainsi davan­tage la pres­sion exer­cée sur les actions.

Il convi­ent toute­fois de faire une distinc­tion au sein de la classe d’actifs des actions, car tous les secteurs ne sont pas affec­tés de la même manière par l’inflation. C’est ce qu’illustre une analyse des rende­m­ents du marché des actions au cours des 50 derniè­res années. Dans un contexte d’inflation faible et crois­sante, les entre­pri­ses du secteur infor­ma­tique ont obtenu les meilleurs rende­m­ents, contr­ai­re­ment aux secteurs défen­sifs des biens de consom­ma­tion de première néces­sité, de la santé et des services publics. En cas de hausse du taux d’inflation, les secteurs des matiè­res premiè­res et de l’énergie ont enre­gi­s­tré les meilleurs résul­tats, tandis que les actifs finan­ciers ont été les moins perfor­mants. Les secteurs liés aux matiè­res premiè­res ont égale­ment dominé lorsque l’inflation dépas­sait 6%, alors qu’il fallait éviter ceux liés à la consom­ma­tion et à l’informatique.

Les obli­ga­ti­ons

Les obli­ga­ti­ons à taux fixe et un rembour­se­ment prédé­fini à l’échéance (valeur nomi­nale) dépen­dent forte­ment des varia­ti­ons du taux d’inflation. Les paiements de coupons fixes reflè­tent les anti­ci­pa­ti­ons infla­ti­on­ni­stes au moment de l’émission et ne sont pas ajustés ulté­ri­eu­re­ment, même si les condi­ti­ons du marché chan­gent. Si l’inflation s’accélère, les coupons futurs escomp­tés et le rembour­se­ment ont aujourd’hui moins de valeur, ce qui entraîne tempor­ai­re­ment une perte de cours de l’obligation. Cette perte est d’autant plus importante que la durée rési­du­elle de l’obligation est longue. Les obli­ga­ti­ons proté­gées contre l’inflation, appe­lées TIPS, offrent en revan­che une protec­tion dura­ble contre la hausse de l’inflation. La valeur nomi­nale des TIPS est liée à l’inflation réali­sée et garan­tit ainsi un rende­ment réel indé­pen­dant de l’inflation. Malheu­re­u­se­ment, ces TIPS n’existent pas en francs suisses.

L’or

Depuis toujours, l’or a la répu­ta­tion d’être une bonne protec­tion du patri­moine contre la dépré­cia­tion de la monnaie. Cette qualité est justi­fiée par le fait que son gise­ment natu­rel est limité, qu’il béné­fi­cie d’une demande stable parce qu’il est néces­saire à de nombreux proces­sus dans le secteur de l’industrie et qu’il ne peut pas être déva­lo­risé par des mesu­res en matière de poli­tique moné­taire. Pour­tant, l’or n’a pas toujours été à la haut­eur de sa répu­ta­tion. Un place­ment garan­tis­sant une couver­ture contre l’inflation devrait en réalité augmen­ter au même rythme que les prix à la consom­ma­tion. Cepen­dant, pendant les phases de forte infla­tion accom­pa­gnées d’une poli­tique moné­taire très restric­tive, l’or a princi­pa­le­ment généré un rende­ment néga­tif pour les investisseurs.

L’évolution des taux d’intérêt réels, c’est-à-dire les taux d’intérêt moins l’inflation, est plus importante pour l’évaluation de l’or que les carac­té­ri­sti­ques susmen­ti­onnées. Étant donné que l’or ne produit pas de reve­nus sous la forme de paiements d’intérêts, il convi­ent, lors d’un inve­stis­se­ment dans l’or, d’évaluer les gains de cours poten­tiels avec les reve­nus d’intérêts ainsi aban­don­nés des liqui­di­tés. Plus les reve­nus d’intérêts réels sont élevés, moins l’or est intéressant. 

L’immobilier

L’immobilier offre une protec­tion plus directe contre l’inflation. En Suisse, les baux commer­ci­aux sont géné­ra­le­ment liés à l’inflation. Les loyers des loge­ments sont princi­pa­le­ment liés à un taux de réfé­rence rela­ti­ve­ment lent et, dans une moindre mesure, aux prix à la consom­ma­tion. L’inflation et les taux d’intérêt peuvent donc être réper­cu­tés sur les loyers, mais seule­ment avec un certain retard. Dans les modè­les d’évaluation, les taux d’escompte plus élevés ont toute­fois un impact immé­diat, raison pour laquelle les fonds et socié­tés immo­bi­liers ont enre­gi­s­tré cette année des pertes aussi import­an­tes que les actions. À plus long terme, l’immobilier devrait toute­fois offrir une bonne protec­tion contre l’inflation.

En péri­ode de vola­ti­lité, il est important de rester ouvert à plusieurs opti­ons afin de pouvoir réagir à temps. Pour la gestion du patri­moine d’une fonda­tion en parti­cu­lier, une adap­t­ation constante et proac­tive de l’allocation stra­té­gique d’actifs dans le cadre des prop­res capa­cité et dispo­si­tion à prendre des risques est déter­mi­nante pour pouvoir garan­tir la réali­sa­tion des objec­tifs confor­mé­ment aux statuts. 

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !