Photos: Fabian Hugo

À mon sens, c’était impératif

Du philanthrope à l’ambassadeur

Scott C. Miller est arrivé en tant qu’ambassadeur des États-Unis en Suisse en janvier 2022. Avant d’occuper ce poste, il était copré­si­dent de la Gill Foun­da­tion, la plus grande orga­ni­sa­tion de défense des droits LGBTQ aux États-Unis. C’est son mari, Tim Gill, entre­pre­neur dans le secteur des logi­ciels, qui l’a créée en 1994.

Vous a‑t-il fallu beau­coup de temps pour accep­ter le poste d’ambassadeur des États-Unis en Suisse?

Scott C. Miller: Joe Biden m’a appelé le 7 avril 2021. Je connais les Biden depuis long­temps, mais c’était la première fois que je lui parlais depuis son élec­tion à la présidence. 

Et connais­siez-vous dès le départ la raison de son appel?

Je me doutais qu’il prévoyait de me confier un rôle, mais je n’aurais jamais imaginé une tâche de cette enver­gure. Et certai­ne­ment pas la possi­bi­lité de partir à l’étranger pour repré­sen­ter le gouver­ne­ment améri­cain. Il m’a expli­qué son raison­ne­ment pendant une demi-heure, puis je lui ai demandé 24 heures pour y réflé­chir. C’était une déci­sion fami­liale: j’ai appelé mon mari pour lui révé­ler la teneur de ma conver­sa­tion avec le prési­dent Biden. 

Comment a‑t-il réagi?

Sa première réponse a été: «J’espère que tu as dit oui»… et me voici. C’est proba­ble­ment le rôle le plus important de ma vie: la mission d’un ambassa­deur est extrê­me­ment vaste. En outre, je peux comp­ter sur le soutien d’une équipe fantastique.

Avant de deve­nir ambassa­deur, vous et votre mari, Tim Gill, étiez copré­si­dents de la Gill Foun­da­tion. A‑t-il été diffi­cile d’abandonner ce rôle?

Pour pouvoir occuper un poste au sein de l’administration actu­elle, il est néces­saire de renon­cer à toutes ses autres fonc­tions afin d’éviter les conflits d’intérêts. Cepen­dant, la déci­sion n’a pas été facile à prendre. Tim a créé la fonda­tion en 1994, c’est l’œuvre de sa vie.

Comment vous êtes-vous impliqué?

Quand votre conjoint vous demande de rejoindre le conseil d’administration, cela veut tout dire. J’ai pu appor­ter de nouvel­les idées, perspec­ti­ves et métho­des de travail. Cette action phil­an­thro­pi­que m’a permis de prépa­rer mon rôle d’ambassadeur, et je repren­drai très certai­ne­ment le flam­beau à l’issue de mon mandat.

A‑t-il été diffi­cile d’occuper un poste aussi exposé dans la plus grande fonda­tion LGBTQ d’Amérique?

J’ai rencon­tré mon mari, Tim Gill, en 2002. Il béné­fi­ci­ait d’une expo­si­tion certaine en raison de son impli­ca­tion dans le mouve­ment LGBTQ. Il avait divul­gué son orien­ta­tion sexu­elle lors du lance­ment de son entre­prise de logi­ciels. Le simple fait d’être son conjoint, son fiancé, puis son mari, m’a égale­ment poussé sous le feu des projec­teurs. Je n’ai jamais eu le choix, pas plus dans les cercles phil­an­thro­pi­ques que poli­ti­ques. Quand j’étais petit, je crai­gnais pour­tant que le fait de révé­ler publi­que­ment mon homo­se­xua­lité puisse me porter préju­dice. Mais si je n’avais pas été phil­an­thrope et mili­tant, je n’aurais jamais rencon­tré Joe Biden. C’est seule­ment parce que le prési­dent a mis en avant ces sujets que j’en suis là aujourd’hui. 

Scott C. Miller, ambassa­deur améri­cain en Suisse. «Le travail phil­an­thro­pi­que était la prépa­ra­tion idéale.»

Vous ne seriez pas devenu ambassadeur.

Je connais­sais Joe Biden en raison de mon enga­ge­ment dans les combats LGBTQ et de mes dons à des asso­cia­ti­ons et partis poli­ti­ques. Si je n’avais pas écouté mon cœur et mes envies, je ne serais pas assis ici aujourd’hui. À mon sens, il était toute­fois impé­ra­tif que je me cons­acre à cette cause lorsque j’ai quitté mon poste chez UBS en 2014. Comme tout Améri­cain, je voulais épou­ser la personne que j’aimais le plus au monde. Cela valait la peine de se battre.

Le plus grand succès de la fonda­tion a‑t-il été sa campa­gne en faveur du mariage homosexuel?

Nous ne voulons pas suresti­mer l’impact de la fonda­tion. Les fonda­ti­ons jouent un rôle important, puisqu’elles racon­tent l’histoire des gens. Si je me penche sur l’histoire du mariage pour tous aux États-Unis, je dirais que les fonda­ti­ons sont respons­ables à 80% du chan­ge­ment dans les cœurs et les esprits. Les 20% qui restent sont l’œuvre des hommes et femmes poli­ti­ques. Nous voulons utili­ser notre acti­vité phil­an­thro­pi­que pour faire passer des messages, recueil­lir des données et trans­mettre des connais­san­ces. À cette fin, la Gill Foun­da­tion travaille avec d’autres mouve­ments impli­qués dans des sujets simi­lai­res, comme le droit des femmes à dispo­ser de leur corps. Nous savons que nous marchons sur les pas de nos prédé­ces­seurs, comme Gloria Stei­nem, la célèbre mili­tante pour les droits des femmes, ou Ruth Bader Gins­burg, l’ancienne juge à la Cour suprême des États-Unis. En effet, elles ont jeté les bases dans leurs domai­nes respectifs.

Et les fonda­ti­ons peuvent conti­nuer ce travail?

Elles peuvent ouvrir la voie à toutes sortes de déve­lo­p­pe­ments. Mais il faut savoir qu’aux États-Unis, les fonda­ti­ons n’ont pas le droit de s’engager en poli­tique: c’est pour­quoi nous prenons soin de sépa­rer la fonda­tion en tant qu’entité légale et l’entité avec un enga­ge­ment politique. 

Comment la Gill Foun­da­tion a‑t-elle contri­bué à ce changement?

Lorsque Tim Gill a lancé sa fonda­tion, seule­ment 20% de la popu­la­tion disait connaître une personne gay ou lesbi­enne. C’est pour­quoi il était (et il est toujours) important de dire que les person­nes homo­se­xu­el­les font partie inté­grante de la société, qu’elles part­agent les mêmes inquié­tu­des et enjeux, comme la culture et l’éducation. Nous voulons les aider à vivre leur sexua­lité au grand jour. La Gill Foun­da­tion est la princi­pale pour­voy­euse de dons pour les causes LGBTQ, mais c’est un travail d’équipe. Nous avons besoin des mili­tants, qui font le plus gros du travail dans chaque ville, chaque muni­ci­pa­lité. C’est tout un écosy­stème. Les phil­an­thro­pes sont le combu­sti­ble et les mili­tants le feu: l’un ne va pas sans l’autre.

La société est deve­nue beau­coup plus ouverte au cours des 20 derniè­res années. Mais en même temps, elle s’est pola­ri­sée. La fonda­tion a‑t-elle dû revoir son mode de fonctionnement?

Il faut du temps pour que les progrès soci­aux pren­nent racine et que les droits de l’homme se déve­lo­p­pent. Au bout d’un moment, ils finis­sent par être accep­tés, puis il y a un recul, comme on a pu le voir avec l’arrêt de la Cour suprême des États-Unis sur le droit à l’avortement. 

Qu’est-ce que cela signi­fie pour le mouve­ment LGBTQ?

Nous ne pouvons pas cesser de lutter pour nos droits. Nous devons travail­ler avec toutes les géné­ra­ti­ons pour faire comprendre qu’une société tolé­rante est une société meilleure. Tout le monde mérite une chance équi­ta­ble. Les phil­an­thro­pes et les mili­tants ne doiv­ent pas l’oublier. 

«Il faut du temps pour que les chan­ge­ments soci­aux pren­nent racine et que les droits civi­ques se développent.»

Scott C. Miller

En tant qu’ambassadeur, pouvez-vous conti­nuer à mili­ter en faveur de la cause LGBTQ?

Il va sans dire que je repré­sente tous les inté­rêts du gouver­ne­ment améri­cain. Cepen­dant, je pense qu’il était taci­te­ment convenu que j’utiliserais cette plate­forme pour promou­voir la commu­n­auté LGBTQ. J’ai parti­cipé à la Pride de Zurich et à la toute première Pride du Liechtenstein. 

Quel­les doiv­ent être les prochai­nes étapes?

À l’heure actu­elle, le secteur des entre­pri­ses est le plus fervent défens­eur de ces sujets aux États-Unis. Le fait de rassem­bler des person­nes de tous hori­zons, ayant vécu des expé­ri­en­ces diver­ses et variées, est un atout indé­nia­ble pour le moral et la rési­li­ence. Aujourd’hui, le marché du travail pose de grands défis: aucune entre­prise ne veut rest­reindre son vivier de talents poten­tiels en prati­quant la discrimination.

Que peut apprendre la Suisse des États-Unis en matière de diversité?

Peu de gens le savent, mais la Suisse est le septième plus grand inve­stis­seur aux États-Unis, à haut­eur de 300 milli­ards de dollars. Nous avons un lien privi­lé­gié. Les entre­pri­ses suis­ses qui sont présen­tes aux États-Unis peuvent adop­ter les valeurs améri­cai­nes par le biais des bureaux dont elles dispo­sent sur place et les inté­grer dans leurs acti­vi­tés. Je constate des chan­ge­ments. Par exemple, il y a plus de femmes dans les conseils d’administration qu’il y a quel­ques années. Cepen­dant, nous devons accep­ter le fait que ce chan­ge­ment ne se fera pas du jour au lende­main. Nous devons donner aux gens le temps d’apprendre et les oppor­tu­ni­tés pour le faire. Il serait mala­visé de licen­cier tous les hommes blancs d’un certain âge: ce n’est pas la bonne façon de sédu­ire les cœurs et les esprits ni de chan­ger la société. Nous devons procé­der étape par étape.

Avez-vous déjà pris contact avec des fonda­ti­ons en Suisse?

J’ai pris contact avec quel­ques fonda­ti­ons pour me fami­lia­ri­ser avec leurs struc­tures. J’ai été nommé membre du conseil d’administration du Fonds pour le peuple afghan, la seule autre fonc­tion que je suis en droit d’exercer. Dans le cadre de ce projet commun, nous travail­lons avec le gouver­ne­ment suisse et la Banque des règle­ments inter­na­tion­aux (BRI) pour soutenir le peuple afghan. La fonda­tion gère les fonds immo­bi­li­sés de la banque centrale afghane, l’objectif étant de resti­tuer l’argent lorsqu’elle aura recou­vré son indé­pen­dance. Le fait que cette fonda­tion ait été créée en Suisse est égale­ment une recon­nais­sance du pays, dont les condi­ti­ons géné­ra­les sont extrê­me­ment propi­ces à la philanthropie. 

À l’échelle mondiale, les fonda­ti­ons comme celle de Bill et Melinda Gates jouent un rôle important. Leur taille et le pouvoir qu’elles exer­cent peuvent égale­ment susci­ter des criti­ques. Comment ces fonda­ti­ons peuvent-elles assu­mer leur responsa­bi­lité envers la société?

J’ai toujours été en admi­ra­tion devant Bill et Melinda Gates. Très tôt, ils ont décidé de placer une grande partie de leur patri­moine dans une fonda­tion. Cet argent ne leur appar­tient plus, même s’il s’agit d’une fonda­tion privée. En outre, ils ont veillé à ce que la stra­té­gie de la fonda­tion soit axée sur des domai­nes tels que la santé et l’éducation: ils assu­ment leur responsa­bi­lité sans avoir aucun pouvoir politique.

Ce sont des modèles?

Tous les phil­an­thro­pes devrai­ent en faire autant. Mon mari a égale­ment cons­acré la moitié de son patri­moine à une cause chère à son cœur, le mouve­ment LGBTQ. J’aimerais que plus de person­nes finan­cent des projets qui leur semblent import­ants avec une partie de leur patri­moine pour créer un monde meilleur.

«Nous devons travail­ler avec chaque géné­ra­tion pour comprendre qu’une société qui accepte tout le monde est une meilleure société.»

Scott C. Miller

C’est ainsi que les fonda­ti­ons et les phil­an­thro­pes remplis­sent leur rôle?

Ils permet­tent d’améliorer la vie des person­nes qui sont mises à l’écart de la société et ne sont pas suffi­sam­ment soute­nues par leur commu­n­auté ou le gouver­ne­ment. L’un des princi­paux enjeux que doiv­ent rele­ver les fonda­ti­ons consi­ste à leur donner la parole et l’opportunité de mener une vie décente. Bien entendu, elles accom­plis­sent d’autres tâches et comblent des lacu­nes, notam­ment dans le domaine de la culture ou la préser­va­tion de notre histoire. 

Dans le monde entier, de nombreu­ses fonda­ti­ons pour­suiv­ent des objec­tifs simi­lai­res. Est-il possi­ble d’améliorer la collaboration?

Bien sûr. Tout le monde gagne à pouvoir apprendre de ses pairs et parta­ger des choses avec eux. La Gill Foun­da­tion a lancé la confé­rence OutGi­ving dans cette optique. 

Quel était l’objectif?

Nous vouli­ons réunir les phil­an­thro­pes LGBTQ pour qu’ils puis­sent parta­ger leurs expériences. 

A‑t-il été diffi­cile de convain­cre les phil­an­thro­pes et les fonda­ti­ons de participer?

Tim a orga­nisé la confé­rence pour la première fois en 1996. Il s’était rendu compte qu’il n’avait aucun pair. À l’époque, beau­coup de gens ne voulai­ent pas s’engager ouver­te­ment dans le mouve­ment LGBTQ. De nombreux dons étai­ent anony­mes. Il était clair qu’on pouvait faire évoluer les consci­en­ces en propo­sant des objec­tifs réali­sables à court terme, des objec­tifs accep­ta­bles, dont les avan­ta­ges étai­ent palp­a­bles et la contri­bu­tion possible. 

La confé­rence a‑t-elle porté ses fruits?

L’un de ses princi­paux inté­rêts a été de faci­li­ter la coor­di­na­tion des efforts. En défi­ni­tive, cela a joué un rôle dans l’introduction du mariage homo­se­xuel aux États-Unis. D’autres sujets sont égale­ment sur la table, comme la lutte contre le chan­ge­ment clima­tique, où les fonda­ti­ons travail­lent ensem­ble. Mais une meilleure coor­di­na­tion est indis­pensable, ce qui demande du temps et de l’argent. Nous devons en parler, c’est de notre avenir qu’il s’agit. Les menaces qui pèsent sur notre monde ne se limi­tent plus à certai­nes régi­ons. Notre commu­n­auté mondiale ne peut pas pour­suivre sa crois­sance effré­née avant d’avoir trouvé des solu­ti­ons aux problè­mes. Si je peux, en tant qu’ambassadeur, contri­buer à la créa­tion d’un meil­leur réseau pour les fonda­ti­ons, ce sera avec plaisir. 

Souhai­tez-vous concen­trer vos efforts sur un sujet parti­cu­lier pendant votre mandat?

La Suisse et les États-Unis entre­ti­en­nent de bonnes rela­ti­ons bila­té­ra­les, ce qui leur a permis d’accomplir de gran­des choses. Je suis complè­te­ment séduit par le modèle de l’apprentissage, qui est soli­de­ment établi en Suisse. Aux États-Unis aussi, j’aimerais qu’on travaille avec les jeunes, qu’on les épaule, pour qu’ils pren­nent leurs responsa­bi­li­tés et déve­lo­p­pent leurs apti­tu­des socia­les. Je pense que les entre­pri­ses suis­ses ayant des filia­les aux États-Unis, notam­ment, pour­rai­ent intro­du­ire ce modèle outre-Atlan­tique. C’est un inve­stis­se­ment dans la main‑d’œuvre de demain, et tous les pays devrai­ent le faire.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !