Christoph Weber, vice-président du directoire de la Banque cantonale de Zurich ZKB et chef de l'unité opérationnelle Private Banking. Photo : Kostas Maros

«Les fonda­ti­ons ont de gran­des responsa­bi­li­tés et sont parti­cu­liè­re­ment exposées»

Les fondations revendiquent des actions en faveur de l’environnement et des taux d’intérêt négatifs, déclare Christoph Weber, vice-président de la Banque cantonale de Zurich (ZKB). L’indice de performance des fondations, récemment lancé, est conçu pour offrir plus de transparence et aider à prendre des décisions d’investissement réfléchies.

THE PHILANTHROPIST: Dans quel but la ZKB et la StiftungSchweiz lancent-elles l’indice de perfor­mance des fondations?

CHRISTOPH WEBER: Cet indice va contri­buer à créer de la trans­pa­rence. Quel est le rende­ment possi­ble, quelle est la stra­té­gie d’investissement avec laquelle je peux travail­ler et quel­les sont les diffé­ren­ces entre chacune des fonda­ti­ons? Ces questi­ons revêtent de plus en plus d’importance.

TP: Pour­quoi main­ten­ant en particulier?

CW: En Suisse, la géné­ra­tion des baby-boomers compte de nombreu­ses person­nes fortu­n­ées. Nous sommes main­ten­ant dans la phase où ces baby-boomers se préoc­cup­ent de leur héri­tage. Quel­que 80 à 90 milli­ards de francs suis­ses sont légués chaque année. Et cette géné­ra­tion n’a pas néces­saire­ment beau­coup d’enfants. Les baby-boomers se deman­dent comment ils peuvent inve­stir judi­cieu­se­ment leurs actifs pour l’avenir. Cela conduit à des discus­sions au sein de la famille sur la manière dont ils peuvent trans­fé­rer l’argent dans des projets de telle ou telle fonda­tion, par exemple. Ce marché va se déve­lo­p­per. Il s’agit d’une question dura­ble qui nous occup­era pendant les 10 à 20 prochai­nes années.

Chri­stoph Weber présente le nouveau Swiss Phil­an­thropy Perfor­mance Index (SwiPhiX).

TP: Et l’indice sera utile à cette thématique?

CW: Ces person­nes veulent faire une bonne action. Nous en comp­tons parmi nos clients et notre rôle de banquier est de les conseil­ler. Elles souhai­tent souvent faire des dons. Nous les aidons dans cette démar­che à géné­rer de la valeur et un bon rende­ment. La trans­pa­rence est donc cruciale. Comme pour les fonds de pension, nous avons main­ten­ant un indice pour les fonda­ti­ons qui rend cela possible.

TP: Les fonda­ti­ons et les fonds de pension sont-ils compa­ra­bles dans leurs investissements?

CW: On retrouve en effet de nombreux critè­res d’évaluation des besoins dans les deux organismes.

TP: Quels sont-ils?

CW: Les deux sont conçus pour le long terme. Les deux souhai­tent la préser­va­tion du patri­moine et la sécu­rité. Les fonds de pension sont forte­ment régle­men­tés. Les fonda­ti­ons quant à elles élabo­rent leur propre règlementation.

TP: Les fonda­ti­ons sont-elles des clients recon­nais­sants pour une banque?

CW: Bonne question. Cela dépend du point de vue mais dans tous les cas, elles sont exige­an­tes. Comme je l’ai dit, les fonda­ti­ons veulent proté­ger leur capi­tal. Elles atten­dent égale­ment d’obtenir le rende­ment le plus élevé possi­ble. Nous sommes donc confron­tés à des objec­tifs parti­el­lement divergents.

TP: Et en péri­ode de taux d’intérêt néga­tifs, est-ce une diffi­culté particulière?

CW: Les fonda­ti­ons sont de plus en plus confron­tées à la question du risque qu’elles peuvent et veulent prendre. Une propor­tion plus élevée d’actions est synonyme de davan­tage de vola­ti­lité du porte­feuille. Lorsque cinq, six ou même sept pour cent d’intérêts étai­ent encore possi­bles, la situa­tion était diffé­rente. Aujourd’hui, l’argent seul n’est plus une option pour remplir la mission de la fondation.

TP: Combien de temps cette situa­tion durera-t-elle?

CW: Ces taux d’intérêt néga­tifs peuvent perdu­rer encore long­temps. C’est devenu la nouvelle norme.

TP: Qu’est-ce que cela signi­fie pour les fondations?

CW: Comme tous les inve­stis­seurs insti­tu­ti­on­nels tradi­ti­on­nels qui ont besoin de sécu­rité, les fonda­ti­ons sont parti­cu­liè­re­ment expo­sées. Il n’y a pas que les liqui­di­tés qui sont concer­nées; les obli­ga­ti­ons connais­sent les mêmes effets. Les obli­ga­ti­ons ayant une certaine sécu­rité et une certaine éché­ance ont un rende­ment négatif.

TP: Mais les actions se sont-elles bien compor­tées en 2019?

CW: Oui. Nous voyons des actions avec de bons rende­m­ents en divi­den­des. Vous pouvez inve­stir dans une action avec un rende­ment de divi­dende plutôt que dans une obli­ga­tion avec des inté­rêts. Mais vous devez être prêt à endu­rer les fluc­tua­tions d’un porte­feuille d’actions. Cela dit, les obli­ga­ti­ons ne sont pas non plus à l’abri des fluc­tua­tions. Afin de pouvoir utili­ser la bonne stra­té­gie d’investissement dans ce domaine, les fonda­ti­ons doiv­ent impé­ra­ti­ve­ment adap­ter certai­nes règles d’investissement en consé­quence. Cela néces­site donc une évalua­tion précise des réper­cus­sions. Toutes les stra­té­gies ne convi­en­nent pas à toutes les fonda­ti­ons, il faut les envi­sa­ger au cas par cas. Cela néces­site un dialo­gue très profes­si­on­nel entre la banque et les orga­nes de la fonda­tion. Les membres des conseils des fonda­ti­ons ne sont pas forcé­ment issus du secteur finan­cier. Néan­moins, ils portent une grande responsa­bi­lité dans leurs décisions.

TP: Le dialo­gue est-il plus facile avec les membres des conseils ayant une expé­ri­ence dans le secteur financier?

CW: C’est à la banque de trou­ver le langage appro­prié. Quel que soit le parcours de la personne, nous voulons lui montrer de manière intel­li­gi­ble les critè­res perti­nents qui doiv­ent être pris en compte pour déci­der d’une stra­té­gie d’investissement appro­priée. Une certaine exper­tise est certai­ne­ment utile, et les fonda­ti­ons ont souvent des repré­sen­tants qui ont été choi­sis à cet effet.

TP: Les membres des conseils des fonda­ti­ons sont-ils plus enclins à prendre des risques parce que ce n’est pas leur argent ou bien se mont­rent-ils au contr­aire plus timorés?

CW: Je n’utiliserais pas le terme de «timoré». Je parle­rais plutôt de person­nes «respons­ables» ou «pruden­tes». Tous ceux qui sont respons­ables de cette question veulent le meil­leur pour leur fonda­tion. Mais à titre privé, ces person­nes pren­drai­ent peut-être plus de risques pour obtenir de meilleurs résul­tats. Toute­fois, la responsa­bi­lité qui pèse sur le conseil d’une fonda­tion les incite à mûre­ment réflé­chir leurs déci­si­ons et à adop­ter une tendance plutôt conservatrice.

TP: Ce qui corre­spond à l’image du secteur.

CW: Oui.

TP: Ceci se voit égale­ment dans la numérisation…

CW: Et c’est pour­quoi je suis person­nel­lement convaincu que notre enga­ge­ment auprès de la StiftungSchweiz est une contri­bu­tion importante: nous voulons trou­ver des solu­ti­ons dura­bles pour trans­fé­rer effi­cace­ment les fonds là où ils doiv­ent être. La plate­forme corre­spond parfai­te­ment à nos valeurs telles que la proac­ti­vité, la responsa­bi­lité et la passion. Nous voulons déve­lo­p­per quel­que chose qui fait encore défaut sur le marché. La plate­forme de la StiftungSchweiz et l’indice de perfor­mance contri­bue­r­ont à accroître la trans­pa­rence afin de promou­voir des déci­si­ons quali­ta­ti­ve­ment correctes.

TP: Le renfor­ce­ment des exigen­ces régle­men­taires ne favo­ri­sera-t-il pas néces­saire­ment la numé­ri­sa­tion des fondations?

CW: Aujourd’hui, un conseil de fonda­tion moderne doit s’adapter à son époque. Il ne peut pas attendre la super­vi­sion. Il doit faire avan­cer ces questi­ons avec sa propre force et ses prop­res convic­tions. Il est néces­saire d’agir en matière de numé­ri­sa­tion et de profes­si­onnali­sa­tion, notam­ment en ce qui concerne les instal­la­ti­ons. Il est important de sensi­bi­li­ser les déci­deurs à ces questi­ons afin qu’ils pren­nent des déci­si­ons responsables.

TP: Aujourd’hui, un orga­nisme dit «respons­able» s’entend aussi comme «soucieux de l’environnement»; le monde des fonda­ti­ons est-il parti­cu­liè­re­ment sensi­ble à ces questions?

CW: Les fonda­ti­ons sont souvent impli­quées dans les théma­ti­ques de déve­lo­p­pe­ment dura­ble, mais pas toujours. Les déci­deurs y sont donc sensi­bles. De manière géné­rale, nous consta­tons aujourd’hui que les inve­stis­seurs insti­tu­ti­on­nels, en parti­cu­lier les fonds de pension, exigent de plus en plus que ce sujet soit pris en compte dans leurs stra­té­gies d’investissement. Le monde finan­cier doit être en mesure d’apporter des répon­ses appropriées.

TP: Sommes-nous en train de vivre une mode qui ne va pas durer?

CW: Non, cette tendance est irré­ver­si­ble. Nous ferions bien de trai­ter ce sujet en profon­deur. C’est très sérieux, notam­ment en sachant que de nombreu­ses person­nes inter­prè­tent le déve­lo­p­pe­ment dura­ble et la conser­va­tion de la nature de manière très personnelle.

TP: Un sujet idéal pour la banque ZKB: il ne s’agit pas seule­ment de gagner de l’argent?

CW: C’est vrai, nous avons un objec­tif qui est fixé par le droit canto­nal. Nous avons un cont­rat de service. La ZKB est tenue d’opérer selon le prisme du déve­lo­p­pe­ment dura­ble. Ce concept est dans notre ADN. Nous voulons jouer un rôle de pion­nier dans ce domaine. Et nous exami­nons chaque jour comment nous pouvons encore affi­ner notre profil dans le domaine des inve­stis­se­ments dura­bles. Avec sa nota­tion triple A, notre banque est un parten­aire pres­que exem­p­laire qui accorde une grande import­ance à cette question.

TP: Les exigen­ces des clients ont-elles changé à cet égard?

CW: Oui. Nous perce­vons ces reven­di­ca­ti­ons. Elles sont arri­vées dans un premier temps de la part d’investisseurs insti­tu­ti­on­nels tels que les fonds de pension. Et grâce aux inve­stis­seurs privés profes­si­on­nels et aux fonda­ti­ons, cette question s’étend de plus en plus aux clients privés. Je n’aime pas utili­ser ce mot, mais je parle­rais d’une méga tendance.

TP: Et ce n’est certai­ne­ment pas la première que vivra la ZKB, qui fête en effet son 150e anniversaire.

CW: Exac­te­ment.  Nous aimer­i­ons célé­brer cet anni­ver­saire à travers divers événe­ments, notam­ment avec nos parten­aires, avec la popu­la­tion du canton de Zurich, en ville et en zone rurale. Nous avons des clients qui font confi­ance à la ZKB depuis des géné­ra­ti­ons. Nous voulons célé­brer cet anni­ver­saire avec ces personnes.


Chri­stoph Weber est vice-prési­dent du conseil d’administration de la ZKB depuis 2008 et il dirige l’unité Private Banking. Aupa­ra­vant, il était à la Banca del Gottardo en tant que respons­able du service Private Banking Nord et membre du conseil d’administration. De 2000 à 2006, Chri­stoph Weber a été membre du conseil d’administration de la AAM Privat­bank AG.

La ZKB a un bilan total de 170 milli­ards de francs. Elle emploie plus de 5’000 person­nes. C’est la première banque canto­nale et l’une des plus gran­des banques suis­ses Elle a été fondée en 1870 en tant qu’institution indé­pen­dante de droit public du canton de Zurich. En 2013, la Banque natio­nale suisse l’a clas­sée comme banque d’importance systé­mi­que. Le ZKB est présente sur la plate­forme StiftungSchweiz. zkb.ch

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !