Maya Graf dans son coin préféré. Cette forêt mixte de hêtres appartient à l’entreprise familiale.

Les fonda­ti­ons mettent en avant des alternatives

Agir pour la prochaine génération

La conseil­lère aux États Maya Graf (BL/Verts), qui s’engage au sein de fonda­ti­ons envi­ron­ne­men­ta­les, a un regard pointu sur l’avancement actuel des travaux. Elle siège au conseil de fonda­tion de Pro Specie Rara, de la Fonda­tion suisse de la Greina et de Biovi­sion. 

Quel­les sont les chan­ces des fonda­ti­ons et quelle responsa­bi­lité portent-elles dans le domaine environnemental?

Maya Graf: Les fonda­ti­ons appor­tent une contri­bu­tion de taille à l’évolution de la société en Suisse. Elles mettent en avant d’importantes préoc­cup­a­ti­ons, promeu­vent et souti­en­nent des initia­ti­ves et des projets cari­ta­tifs, notam­ment dans le domaine envi­ron­ne­men­tal. Inté­grées au paysage cultu­rel suisse, elles mont­rent combien de person­nes s’engagent person­nel­lement en faveur de tel ou tel projet. Leur grand nombre suffit à le démontrer. 

Comment cela s’explique-t-il?

MG: D’un côté, bien des person­nes en Suisse ont beau­coup d’argent et souhai­tent l’utiliser pour soutenir une bonne cause. D’un autre côté, nous avons un système de milice et une vie sociale très active. C’est vrai­ment unique, a fortiori en compa­rai­son avec d’autres pays. 

Et à quel moment la poli­tique entre-t-elle en jeu?

MG: Pour moi, la poli­tique regroupe tout ce qui façonne, orga­nise et fait évoluer la société. Elle pose les condi­ti­ons-cadres d’un bon vivre-ensem­ble. Pour aujourd’hui et pour demain. Au sens strict, ce sont les person­nes poli­ti­ques élues démo­cra­ti­que­ment qui sont respons­ables des règles et de leur appli­ca­tion, toujours pour le compte de la popu­la­tion. Les fonda­ti­ons ont elles aussi cette obli­ga­tion envers la société et veulent contri­buer à son bien-être. Les fonda­ti­ons et les asso­cia­ti­ons ont une import­ance capi­tale en Suisse. Je pense qu’aucun pays ne compte autant d’associations. Nous acqué­rons nos connais­san­ces démo­cra­ti­ques prati­ques dans n’importe quelle asso­cia­tion. Chaque jeune apprend à l’assemblée géné­rale de son club de gym comment se passent les élec­tions et les votes et comment se déroule le proces­sus démo­cra­tique. Cela se passe diffé­rem­ment pour les fondations.

Pour­quoi?

MG: Elles se contrô­lent elles-mêmes sur le plan interne, pour ainsi dire, et le légis­la­teur les contrôle égale­ment quant au respect de leur objec­tif à travers la surveil­lance fédé­rale. Le conseil de fonda­tion élit lui-même ses nouveaux membres. Il n’y a pas d’assemblée géné­rale qui puisse soumettre des propo­si­ti­ons, propo­ser des candi­dats ou exercer un contrôle financier.

Vous êtes critique à cet égard?

MG: Les fonda­ti­ons ont un statut parti­cu­lier parce qu’elles sont tenues unique­ment de respec­ter l’objectif de la fonda­tion. Mais leurs missi­ons sont elles aussi parti­cu­liè­res. Leur action est phil­an­thro­pi­que, elles sont respons­ables vis-à-vis de la société. Mais les déci­si­ons sont prises par une seule personne ou un groupe de person­nes. La question se pose alors de savoir comment les fonda­ti­ons peuvent deve­nir un peu plus démo­cra­ti­ques, plus trans­pa­ren­tes. Nombreu­ses sont celles qui n’affichent pas leur porte­feuille clai­re­ment. Elles ne sont pas non plus obli­gées de divul­guer leurs comp­tes annu­els, par exemple. Ces questi­ons se pose­ront à l’avenir. Les sommes d’argent immo­bi­li­sées dans les fonda­ti­ons sont très importantes.

100 milli­ards de francs suis­ses, tendance en augmentation.

MG: Tout à fait. C’est la raison pour laquelle elles jouent un rôle important et ont toujours eu des missi­ons signi­fi­ca­ti­ves. Suivant le but de la fonda­tion considé­rée, celles-ci ont aussi la possi­bi­lité de soutenir des initia­ti­ves poli­ti­ques. Chez Pro Specie Rara, nous nous impli­quons par exemple pour la conser­va­tion de plan­tes culti­vées et de races anima­les d’élevage anci­en­nes afin de préser­ver cette diver­sité géné­tique et histo­ri­que pour les géné­ra­ti­ons futures. Des semen­ces variées acces­si­bles à tous consti­tu­ent la base de notre alimen­ta­tion. Cette mission est essen­ti­elle pour notre société et pour l’avenir. L’État ne peut s’en charger.

Le conseil­ler aux États Ruedi Noser met en question l’engagement poli­tique des orga­ni­sa­ti­ons exoné­rées d’impôts à travers une motion. Quelle est votre posi­tion à ce sujet?

MG: Nous devons montrer combien les orga­nis­mes de bien­faisance sont essen­tiels pour faire progres­ser la Suisse et son déve­lo­p­pe­ment dura­ble. Nous avons une écono­mie puis­sante et riche. Elle peut comp­ter sur des moyens considé­ra­bles lors d’une campa­gne de vota­tion. Il faut un équi­libre. Ces orga­nis­mes de bien­faisance veulent s’impliquer en faveur de préoc­cup­a­ti­ons majeu­res de la société et de son avenir et mettent égale­ment de l’argent à dispo­si­tion. Où est le problème? C’est éton­nant et peu démo­cra­tique de cher­cher à empêcher cela. 

Quel­les sont vos attentes?

MG: Il ne faut pas que nous nous compor­ti­ons de manière défen­sive. La popu­la­tion souti­ent les fonda­ti­ons et les orga­ni­sa­ti­ons. De nombreu­ses person­nes préfè­rent s’impliquer direc­te­ment pour une cause au sein de fonda­ti­ons et d’ONG plutôt qu’en poli­tique. Les fonda­ti­ons opéra­ti­on­nel­les ont elles aussi souvent des sections qui sont acti­ves jusque dans les vallées suis­ses les plus recu­lées et qui susci­tent l’enthousiasme en faveur d’une initia­tive. En ce qui concerne l’initiative sur les multi­na­tio­na­les respons­ables, les grou­pes région­aux étai­ent actifs depuis des années et se sont battus jusqu’au bout. Cette courte défaite dans les urnes a eu un goût amer pour tous les béné­vo­les qui s’étaient enga­gés sur place. C’est malgré tout posi­tif de voir que notre démo­cra­tie est vivante. 

«Il faut renforcer dura­ble­ment le niveau local»
Maya Graf, conseil­lère aux États, Bâle-Campagne

Photo: Kostas Maros

Deux initia­ti­ves exige­ant le renon­ce­ment aux pesti­ci­des de synthèse vont être soumi­ses au vote. Biovi­sion a pris clai­re­ment position.

MG: La popu­la­tion fait pres­sion par l’intermédiaire de ces deux initia­ti­ves afin que la poli­tique se mobi­lise et que la prob­lé­ma­tique des pesti­ci­des et de leur impact sur l’homme, les animaux et l’environnement soit enfin abor­dée de manière systé­ma­tique. Il est tout aussi important pour notre avenir, notre climat et les fonde­m­ents de notre existence de voter oui à la loi sur le CO2 le 13 juin 2021. Il faut que nous metti­ons en œuvre le plus rapi­de­ment possi­ble l’accord de Paris sur le climat au moyen de mesu­res adéqua­tes. La crise clima­tique n’attend pas, elle est déjà là et nous place devant d’immenses défis, nous et surtout les géné­ra­ti­ons à venir. Là aussi, il faut agir ensem­ble à tous les niveaux. 

Comment en êtes-vous venue à vous enga­ger chez Biovision?

MG: Il y a 20 ans, quand je suis deve­nue parle­men­taire, je suis égale­ment deve­nue prési­dente du Groupe suisse de travail sur le génie géné­tique (SAG). La question de savoir comment régle­men­ter l’utilisation des plan­tes culti­vées géné­ti­que­ment modi­fiées afin d’éliminer les risques pour notre agri­cul­ture et notre secteur agro­ali­men­taire domi­nait à l’époque. La loi sur le génie géné­tique a été élabo­rée et nous avons exigé un mora­toire pour leur commer­cia­li­sa­tion. Nous avons réussi à construire une alli­ance effi­cace au sein du SAG et à impo­ser un mora­toire sur le génie géné­tique avec toutes les orga­ni­sa­ti­ons de pays­ans, de consom­ma­teurs et de déve­lo­p­pe­ment, avec les asso­cia­ti­ons de défense de l’environnement et l’initiative pour une agri­cul­ture sans génie géné­tique. Ce mora­toire court jusqu’à aujourd’hui. En 2008, j’ai rencon­tré Hans Rudolf Herren, le célèbre ento­mo­lo­gi­ste, lauréat du prix Nobel alter­na­tif et fonda­teur de Biovi­son, lors d’une confé­rence euro­péenne sur une agri­cul­ture sans génie géné­tique. Très enthousia­ste, il a raconté comment il venait de termi­ner de co-rédi­ger le volu­mi­neux rapport mondial sur l’agriculture de l’ONU et de la Banque mondiale et que de premiers États l’avaient signé. 400 scien­ti­fi­ques issus essen­ti­el­lement des pays du Sud ont fait un inven­taire de l’agriculture mondiale et proposé des mesu­res visant à effec­tuer un virage agro-écologique.

Quels ont été les résultats?

MG: Le rapport a conclu que l’agriculture indu­stri­elle menait à une impasse. Elle n’est en aucun cas adap­tée aux plus de 500 milli­ons de peti­tes explo­ita­ti­ons agri­co­les présen­tes dans le monde aujourd’hui. Or, ces derniè­res produi­sent 70 pour cent de l’ensemble des denrées alimen­taires. Au Nord, l’agriculture indu­stri­elle génère des excé­dents et détruit les sols et l’environnement. Le rapport exige un déve­lo­p­pe­ment écolo­gi­que dans l’agriculture et de nombreu­ses inno­va­tions sur place. En d’autres termes, il faut permettre aux famil­les d’agriculteurs de se former davan­tage et de dispo­ser de moyens tech­no­lo­gi­ques, renforcer le statut des agri­cultri­ces, mettre à dispo­si­tion des semen­ces loca­les acces­si­bles à tous, favo­ri­ser les cultures mixtes et respec­ter le savoir tradi­ti­on­nel. Il faut renforcer dura­ble­ment le niveau local. En fondant Biovi­sion il y a 30 ans, Hans Rudolf Herren a déjà prati­qué effi­cace­ment cette appro­che agro-écolo­gi­que. C’est précis­é­ment cette appro­che que j’ai voulu amener en Suisse dans notre poli­tique alimen­taire et agri­cole. J’ai réussi par le biais d’interventions parle­men­taires à ce que la Suisse intègre cette notion à sa poli­tique agri­cole. Et je peux désor­mais conti­nuer à travail­ler dans ce sens en tant que membre du conseil de fonda­tion de Biovision.

Comment les fonda­ti­ons peuvent-elles s’impliquer dans la poli­tique et la société?

MG: L’exemple de la Fonda­tion suisse de la Greina permet de mettre en évidence l’action que peut avoir une fonda­tion. Créée en 1986, son action a été et est toujours couron­née de succès sur le plan poli­tique. Son objec­tif est de proté­ger tout le haut plateau de la Greina et de conser­ver des paysa­ges natu­rels et des cours d’eau alpins. Ce dernier point, notam­ment, est indis­so­cia­ble de la poli­tique éner­gé­tique et de la question de savoir dans quelle mesure nous inve­stis­sons dans quel­les éner­gies renou­ve­l­ab­les afin que l’environnement ne soit pas affecté. Le déve­lo­p­pe­ment de l’énergie hydrau­li­que, par exemple, ne doit pas se faire au détri­ment des derniers cours d’eau ou paysa­ges natu­rels. Nous n’avons pas le droit de détruire ces merveil­les. Nous devons donc propo­ser des solu­ti­ons alter­na­ti­ves. C’est exac­te­ment ce que fait la Fonda­tion suisse de la Greina en promou­vant l’énergie solaire et les bâti­ments à éner­gie posi­tive. En se foca­li­sant sur son objec­tif, elle est deve­nue une importante fonda­tion et a contri­bué à faire progres­ser la tran­si­tion énergétique. 

Comment y est-elle parvenue?

MG: Essen­ti­el­lement via un lobby­ing actif, de nombreux conta­cts et un grand enga­ge­ment person­nel. Son direc­teur, Gallus Cadonau, est depuis de nombreu­ses années une person­nalité au Palais fédé­ral. À peine étais-je arri­vée comme nouvelle conseil­lère natio­nale qu’il m’a demandé si je voulais m’impliquer au sein du conseil de fonda­tion. Gallus Cadonau a un savoir-faire incroy­a­ble et connaît parfai­te­ment le vaste et complexe domaine de l’énergie. Il montre comment les fonda­ti­ons peuvent agir pour avoir une action crédi­ble et dura­ble sur la politique. 

Les fonda­ti­ons envi­ron­ne­men­ta­les connais­sent-elles actu­el­lement un essor? Reçoiv­ent-elles davan­tage de dons? Le thème du chan­ge­ment clima­tique est en tout cas omniprésent.

MG: Pour Biovi­sion, je peux l’affirmer sans conte­ste. Hans Rudolf Herren a créé Biovi­sion comme asso­cia­tion à but non lucra­tif. La prio­rité était donnée à l’époque à des projets agro-écolo­gi­ques en Afri­que orien­tale. En 2004, l’association est deve­nue une fonda­tion. Ces derniè­res années, la fonda­tion s’est dotée d’une seconde orien­ta­tion en se cons­acrant au déve­lo­p­pe­ment dura­ble en Suisse. Elle en a pris la responsa­bi­lité auprès de «Plate­forme Agenda 2030», contri­buant ainsi à mettre en œuvre les objec­tifs pour l’environnement de l’ONU (Sustainable Deve­lo­p­ment Goals, SDG). La fonda­tion souti­ent en outre un parle­ment de l’alimentation initié par des jeunes: ces derniers veulent débattre de nouveaux concepts d’alimentation dura­ble. Biovi­sion orga­nise en paral­lèle l’exposition itiné­rante «CLEVER – mini-super­mar­ché». Cette expo­si­tion inter­ac­tive permet d’évaluer direc­te­ment son compor­te­ment d’achat indi­vi­duel et donc de sensi­bi­li­ser le public. Ce projet a trouvé un large écho auprès des jeunes. Les consé­quen­ces toujours plus visi­bles du chan­ge­ment clima­tique les préoc­cup­ent, et notre manière de produ­ire et de consom­mer des aliments a un fort impact.

Ce mouve­ment de jardi­nage urbain, de perma­cul­ture ou de villa­ges urbains est-il surtout enra­ciné dans les villes?

MG: Aujourd’hui, les villes inclu­ent les agglomé­ra­ti­ons. Quand je pense à Pro Specie Rara, par exemple, je peux dire que l’année dernière, les jeunes plants leur ont été arra­chés des mains (certai­ne­ment en partie en raison de la crise du coro­na­vi­rus). Les marchés de jeunes plants et de semen­ces connais­sent un essor incroy­a­ble. Les gens veulent faire leur jardin eux-mêmes, faire pous­ser leurs légu­mes, en ville comme à la campa­gne. Ce qui est parti­cu­liè­re­ment réjouis­sant, c’est que les varié­tés loca­les anci­en­nes sont de plus en plus deman­dées, ce qui encou­rage la biodi­ver­sité. Les gens sont sûre­ment davan­tage sensi­bi­li­sés aujourd’hui. Il est frap­pant de constater que nombre de jeunes et de jeunes famil­les sont intéres­sés. Mais le mouve­ment bio s’est déve­lo­ppé lui aussi: de jeunes agri­cultri­ces et agri­cul­teurs qui agis­sent de manière dura­ble et qui font preuve d’innovation pren­nent la relève. La prochaine géné­ra­tion est prête. 

Photo: Kostas Maros

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !