Nos investissements contribuent à définir l’avenir dans lequel nous évoluerons. Photo: NASA

Le pouvoir des actifs: rende­ment et réputation

Les actifs gérés par les fondations s’élèvent à environ 100 milliards de francs suisses. Avec les rendements obtenus, elles remplissent des objectifs d’utilité publique. Mais qu’advient-il des actifs eux-mêmes?

Engagé pour le bien commun. «Évidem­ment, les fonda­ti­ons doiv­ent gérer l’argent avec vigi­lance et profes­si­onnalisme», déclare Tizian Fritz. «Toute­fois, cela impli­que plus que de simp­les paramè­tres finan­ciers. Il n’est ni justi­fia­ble ni raisonn­able – surtout compte tenu de l’exonération fiscale, qui corre­spond à un rende­ment supplé­men­taire des inve­stis­se­ments – de ne pas tenir compte de l’objectif de la fonda­tion dans les stra­té­gies d’investissement», dit-il. Tizian Fritz a co-publié une nouvelle étude sur la question des consé­quen­ces des acti­vi­tés d’investissement qui corre­spon­dent à l’objectif de la fonda­tion, inti­tu­lée «Beyond Socially Respon­si­ble Inve­sting: Effects of Mission-Driven Port­fo­lio Selec­tion». Le Swiss­Foun­da­tion Code est du même avis: «La gestion des actifs doit soutenir l’objectif de la fonda­tion ou ne doit pas aller à son encontre, de quel­que manière que ce soit.» Ce Code est un guide pour les fonda­ti­ons dona­tri­ces. Il se concentre sur la fonda­tion dans son ensem­ble, y compris les inve­stis­se­ments. «En parti­cu­lier lorsqu’elle gère ses actifs, une fonda­tion d’utilité publi­que doit être consci­ente qu’elle ne doit accep­ter aucun effet néfa­ste sur la commu­n­auté dans l’ensemble de ses acti­vi­tés. Au contr­aire, elle doit exami­ner quels sont les inve­stis­se­ments qu’elle peut utili­ser pour géné­rer des effets dura­bles, augmen­tant ainsi son impact global.» Des études du Center for Phil­an­thropy Studies (CEPS) ont montré qu’environ la moitié des orga­ni­sa­ti­ons inter­ro­gées incluai­ent leur objec­tif dans leur gestion d’actifs.

Inve­stir judicieusement

Michael Spal­ding, Head of Client Rela­ti­ons, membre du comité exécu­tif d’Ethos
Tizian Fritz, co-auteur, Byond Socially Respon­si­ble Inve­sting CEPS 2019

Michael Spal­ding, Head of Client Rela­ti­ons et membre de la direc­tion d’Ethos, estime lui aussi qu’une stra­té­gie d’investissement doit être adap­tée à l’objectif de la fonda­tion. Les fonda­ti­ons encou­ra­gent les acti­vi­tés d’investissement dura­ble qui préser­vent à long terme les inté­rêts de la société dans son ensem­ble. La plupart des actifs sous gestion provi­en­nent de fonds de pension, et seule­ment quel­ques-uns de fonda­ti­ons. «La question se pose de savoir si les fonda­ti­ons doiv­ent simple­ment se conten­ter d’investir leurs actifs ou si elles doiv­ent en plus les inve­stir de manière judi­cieuse. Le cas échéant, que signi­fie inve­stir judi­cieu­se­ment?» s’interroge-t-il. Même si chaque inve­stis­seur devrait se poser cette question, Michael Spal­ding recon­naît que les fonda­ti­ons ont une responsa­bi­lité parti­cu­lière en la matière. Le conseil de fonda­tion doit se saisir de la question et discu­ter fonda­men­ta­le­ment de diver­ses questi­ons stra­té­giques. Que veut-il obtenir avec les fonds inve­stis à part un rende­ment et que peut-il éviter? Pour Michael Spal­ding, la question que tout conseil de fonda­tion devrait se poser est la suiv­ante: «Est-ce que je veux avoir une influ­ence posi­tive sur l’environnement écono­mi­que dans lequel j’investis? Est-ce que je veux exercer mes droits et mes possi­bi­li­tés en tant qu’investisseur actif et respons­able par le biais des droits de vote et de l’engagement?

Avoir un impact

Si une fonda­tion veut produ­ire un impact avec ses inve­stis­se­ments, on parle alors d’investissement à impact social ou impact invest­ment. Outre des rende­m­ents posi­tifs, cette acti­vité d’investissement vise à avoir un impact posi­tif sur l’environnement et la société. Les inve­stis­se­ments directs appor­tent une contri­bu­tion quan­ti­fia­ble à la réali­sa­tion de l’objectif de la fonda­tion. Cela se fait géné­ra­le­ment au moyen d’instruments finan­ciers non cotés. Cela signi­fie que les inve­stis­se­ments sont réali­sés dans des entre­pri­ses et des insti­tu­ti­ons qui ne sont pas cotées en bourse. L’impact invest­ment se situe donc entre les inve­stis­se­ments tradi­ti­on­nels axés sur le rende­ment et les dons phil­an­thro­pi­ques. Cette stra­té­gie d’investissement est parti­cu­liè­re­ment adap­tée aux fonda­ti­ons. L’approche du mission inve­sting va encore plus loin que l’impact inve­sting. «L’idée de la mission d’investissement est d’utiliser l’objectif même de la fonda­tion comme ligne direc­trice centrale pour évaluer les risques et les rende­m­ents de l’investissement finan­cier, égale­ment en termes quali­ta­tifs», expli­que Tizian Fritz. Les fonda­ti­ons peuvent ainsi mettre en œuvre leurs objec­tifs plus effi­cace­ment. Deux facteurs permet­tent d’atteindre cet objec­tif. d’une part, en excluant certains titres, la fonda­tion peut préve­nir les conflits d’objectifs et s’assurer que ses acti­vi­tés d’investissement ne finan­cent pas quel­que chose qui met en péril l’objectif de la fonda­tion. D’autre part, elle peut renforcer son impact avec des critè­res de sélec­tion posi­tifs. Elle peut inve­stir direc­te­ment dans des entre­pri­ses ou des projets qui sont compa­ti­bles avec son objec­tif. De cette façon, elle obti­ent un impact quan­ti­fia­ble. Ce deuxi­ème facteur ne doit pas être appli­qué à l’ensemble du porte­feuille. À ce sujet, Tizian Fritz déclare: «Dans la mesure où l’objectif de la fonda­tion sert de ligne direc­trice pour struc­tu­rer le proces­sus d’investissement, on peut alors égale­ment parler de mission inve­sting si une partie seule­ment des inve­stis­se­ments est inve­stie confor­mé­ment à cet objectif.»

Une stra­té­gie d’investissement cohérente 

Une stra­té­gie d’investissement fondée sur l’objectif de la fonda­tion peut avoir un effet néga­tif sur le rende­ment. L’étude de Tizian Fritz et de Georg von Schnur­bein montre par exemple que les fonda­ti­ons qui inve­stis­sent dans le secteur social et des soins de santé ou dans la protec­tion de l’environnement ont eu un rende­ment finan­cier plus faible dans le passé. Cepen­dant, Tizian Fritz souli­gne qu’une évalua­tion limi­tée à cet aspect n’est pas suffi­sante. «La perfor­mance des inve­stis­se­ments finan­ciers dans le contexte des orga­ni­sa­ti­ons d’utilité publi­que ne devrait pas et ne peut pas être évaluée unique­ment sur la base de leur rende­ment finan­cier. Ne pas tenir compte de l’objectif de l’organisation lors de l’évaluation des perfor­man­ces et des risques d’investissement n’est pas raisonn­able ou justi­fié d’un point de vue écono­mi­que.» Il suggère que le fait de lais­ser certai­nes entre­pri­ses en dehors des inve­stis­se­ments réduit les risques maté­ri­els. Les inve­stis­se­ments dans une entre­prise qui va à l’encontre de l’objectif de la fonda­tion entraî­nent des risques considé­ra­bles pour la répu­ta­tion de cette dernière, ce qui, en cas de perte de confi­ance, peut entraî­ner un manque de reve­nus résul­tant d’une dimi­nu­tion de dons ou de cont­rats publics. Dans l’ensemble, les aspects posi­tifs l’emportent sur les aspects néga­tifs. Les fonda­ti­ons qui tien­nent compte de leur objec­tif dans leur stra­té­gie d’investissement peuvent démon­trer qu’elles s’acquittent de leur mission plus effi­cace­ment. Tizian Fritz. «Cette sélec­tion permet non seule­ment de rédu­ire les conflits d’objectifs prop­res à la fonda­tion, mais aussi de rendre le porte­feuille plus dura­ble sur la base des trois indi­ca­teurs stan­dards liés à l’environnement, au social et à la gouver­nance d’entreprise.»

Lukas von Orelli, direc­teur de la Fonda­tion Velux, prési­dent de SwissFoundations

La Fonda­tion Velux se concentre sur l’investissement à impact social. Elle gère près de 220 milli­ons de francs et inve­stit 10 pour cent de ses actifs dans des inve­stis­se­ments liés au climat. En outre, elle a l’intention de reti­rer progres­si­ve­ment tous ses inve­stis­se­ments liés aux combu­sti­bles fossi­les d’ici 2023. Elle exclut égale­ment les liens avec les armes et le tabac. «Pour les inve­stis­se­ments en bourse, nous effec­tuons un scree­ning ESG», expli­que Lukas von Orelli. ESG est l’abréviation de «Envi­ron­men­tal, Social and Gover­nance» (envi­ron­ne­ment, social et gouver­nance). «Dans le cas du capi­tal-inve­stis­se­ment, c’est-à-dire des inve­stis­se­ments en dehors de la bourse, la règle ESG est une condi­tion à remplir pour inve­stir.» Lukas von Orelli est direc­teur de la fonda­tion Velux et prési­dent de Swiss­Foun­da­ti­ons, l’organisation faîtière des fonda­ti­ons d’utilité publi­que. Cette dernière vient de publier le Rapport bench­mark 2019, qui cons­acre sa théma­tique princi­pale à la gouver­nance. «Les fonda­ti­ons qui ont pris part à notre enquête sont bien posi­ti­onnées en termes de gouver­nance», déclare Lukas von Orelli, prési­dent de Swiss­Foun­da­tion. Selon l’évaluation des résul­tats, la trans­pa­rence et l’introduction de régle­men­ta­ti­ons en matière d’investissement sont des aspects qui peuvent être améliorés. 

Répar­ti­tion des investissements

Le Rapport bench­mark four­nit des infor­ma­ti­ons et des chif­fres sur la gestion des actifs des fonda­ti­ons d’utilité publi­que. Le porte­feuille moyen de fonda­ti­ons dona­tri­ces, comme le montre le rapport 2019, se compose d’environ 40 pour cent d’actions. Cette valeur fluc­tue peu. D’après Lukas von Orelli, «Au cours de ce derniè­res années, il a grimpé jusqu’à 46 pour cent». Le rapport couvre 34 fonda­ti­ons suis­ses dona­tri­ces de tail­les diver­ses, pour une fortune totale de 12,7 milli­ards de francs. La propor­tion de liqui­di­tés et d’obligations est un peu plus faible que celle des actions. Les fonda­ti­ons inve­stis­sent les quel­que 20 pour cent restants dans l’immobilier et les inve­stis­se­ments alter­na­tifs tels que les matiè­res premiè­res ou les fonds spécu­la­tifs. Les peti­tes fonda­ti­ons ont la plus forte propor­tion d’obligations et de liqui­di­tés et la plus faible propor­tion d’actions. Les fonda­ti­ons de taille moyenne ont inve­sti près de la moitié de leurs actifs dans des actions. Par rapport aux fonds de pension, les fonda­ti­ons dona­tri­ces parti­ci­pan­tes présen­tent une propor­tion légè­re­ment plus élevée d’actions et de place­ments alter­na­tifs. Bien que cela augmente les perspec­ti­ves d’un meil­leur rende­ment, cela augmente égale­ment le risque. Face notam­ment aux faibles taux d’intérêt, les inve­stis­seurs doiv­ent réflé­chir à la manière dont les rende­m­ents peuvent encore être atteints. La fonda­tion Velux s’est penchée sur la question et a adapté sa stra­té­gie d’investissement. «Nous avons effec­ti­ve­ment pris plus de risques», expli­que Lukas von Orelli. Mais la fonda­tion déve­lo­ppe aussi systé­ma­ti­que­ment les inve­stis­se­ments illi­qui­des (capi­tal-inve­stis­se­ment, immo­bi­lier, dette privée, infra­st­ruc­tures et bois).

Des taux d’intérêt négatifs

Le contexte de taux d’intérêt néga­tifs rend diffi­cile l’obtention de rende­m­ents. Cepen­dant, cette situa­tion ne semble guère poser de problè­mes aux fonda­ti­ons. L’Autorité fédé­rale de surveil­lance des fonda­ti­ons (ASF) affirme qu’elle n’a pas constaté jusqu’à présent d’augmentation du nombre de fonda­ti­ons qui aurai­ent été en diffi­culté en raison de la situa­tion des marchés finan­ciers. Néan­moins, cela peut consti­tuer un enjeu de taille pour une fonda­tion qui ne peut travail­ler qu’avec le retour sur inve­stis­se­ment pour atteindre son objec­tif. Au lieu de pour­suivre une stra­té­gie d’investissement plus risquée, dans une telle situa­tion, l’ASF recom­mande que le conseil de la fonda­tion demande plutôt une modi­fi­ca­tion des statuts afin de pouvoir égale­ment travail­ler avec le patri­moine. «L’ASF considère que c’est une meilleure façon de procé­der plutôt que d’opter pour une stra­té­gie d’investissement risquée», déclare un porte-parole de l’ASF, ajou­tant: «Le conseil de fonda­tion ne peut mettre en danger les biens de la fonda­tion par négli­gence. En cas de dépas­se­ment du pouvoir discré­ti­onn­aire, il est respons­able des pertes.» Dans le passé, l’ASF conseil­lait aux fonda­ti­ons de suivre les critè­res de réfé­rence appli­qués aux fonds de pension. Aujourd’hui, elle ne réitère plus cette recom­man­da­tion. Les fonda­ti­ons sont libres de choi­sir comment elles veulent inve­stir leur argent. Toute­fois, le conseil de fonda­tion est respons­able des actifs de la fonda­tion et donc aussi des risques liés à la stra­té­gie d’investissement.

Forma­tion ou tech­no­lo­gies envi­ron­ne­men­ta­les: avec des inve­stis­se­ments ciblés en fonc­tion de leur objec­tif, les fonda­ti­ons peuvent avoir un impact important.

Les peti­tes fondations

85 pour cent des fonda­ti­ons en Suisse ont un capi­tal infé­ri­eur à cinq milli­ons de francs suis­ses. Si une petite fonda­tion ne travaille qu’avec le rende­ment de ses actifs, ses possi­bi­li­tés finan­ciè­res sont propor­ti­on­nel­lement mode­stes. En raison de ces faibles montants, elles recher­chent des formes de coopé­ra­tion. Dans ce cas, les fonda­ti­ons faîtiè­res peuvent être une option. Elles offrent des plate­for­mes acti­ves permet­tant aux fonda­teurs de créer des sous-fonda­ti­ons avec leur propre objec­tif d’utilité publi­que. «Les phil­an­thro­pes optent pour une sous-fonda­tion lorsque la créa­tion d’une fonda­tion est trop consé­quente pour eux et un don, pas assez», expli­que Fran­çois Geinoz. Le prési­dent de proFonds est aussi le direc­teur de la fonda­tion Limmat depuis 1990. Lors de sa créa­tion en 1972, tous les éléments essen­tiels d’une fonda­tion faîtière étai­ent déjà fixés dans les statuts. Au fil des ans, les avan­ta­ges de cette struc­ture sont deve­nus évidents. Fran­çois Geinoz: «À mon avis, on créé trop de fonda­ti­ons, prati­que­ment une par jour. Dans de nombreux cas, une co-affec­ta­tion ou un fonds dédié serait la meilleure option, plus effi­cace et moins coûteuse.» Les fonda­ti­ons faîtiè­res offrent égale­ment des avan­ta­ges en termes de place­ments. Si elles le souhai­tent, diffé­ren­tes sous-fonda­ti­ons peuvent regrou­per leur patri­moine dans une fonda­tion faîtière. Cela permet non seule­ment de rédu­ire les frais et les coûts, mais aussi d’accroître les possi­bi­li­tés et l’efficacité des inve­stis­se­ments. Les peti­tes sous-fonda­ti­ons peuvent donc égale­ment parti­ci­per à des inve­stis­se­ments auxquels elles n’auraient pas eu accès autre­ment. «Dans la fonda­tion Limmat, nous propo­sons différents porte­feuilles d’investissement, par exemple des obli­ga­ti­ons, des actions suis­ses, des actions à l’échelle mondiale, des biens immo­bi­liers… et les comi­tés des sous-fonda­ti­ons peuvent déter­mi­ner eux-mêmes la répar­ti­tion de leurs inve­stis­se­ments entre ces portefeuilles». 

Place finan­cière et nature: le compor­te­ment d’investissement a un impact qui va au-delà de la place financière.

Certai­nes fonda­ti­ons faîtiè­res ont été créées à l’initiative de banques. Fran­çois Geinoz cite les fonda­ti­ons faîtiè­res du Credit Suisse, mais aussi celles des banques privées Reich­muth et Lombard Odier. D’autres fonda­ti­ons faîtiè­res ont été créées par certains phil­an­thro­pes ou encore dans le cadre d’activités de conseil à but non lucra­tif. Aujourd’hui, il y en a envi­ron 25 en Suisse. «Sur la base d’une étude portant sur dix gran­des fonda­ti­ons faîtiè­res, nous esti­mons le volume de finan­ce­ment par fonda­tion faîtière à 4,5 milli­ons de francs par an», déclare Fran­çois Geinoz. 

Andreas Wieser, direc­teur de la Berner Dach­stif­tung (fonda­tion faîtière bernoise), gérée par le groupe Graf­fen­ried, voit égale­ment les avan­ta­ges en termes de gestion de fortune: en gérant conjoin­te­ment les actifs des sous-fonda­ti­ons ou des fonds, des syner­gies peuvent être géné­rées dans la gestion des actifs. Les fonda­teurs peuvent ainsi béné­fi­cier d’une gestion profes­si­on­nelle des actifs et de coûts réduits grâce aux diver­ses mutua­li­sa­ti­ons. Cela laisse plus d’argent pour la pour­suite de leur objec­tif.» Le centre de compé­ten­ces du groupe von Graf­fen­ried souti­ent la Fonda­tion faîtière de Berne depuis sa créa­tion. Elle existe depuis 50 ans sous le nom offi­ciel de Fontes-Stif­tung. Dans le cadre du déve­lo­p­pe­ment de la Fontes-Stif­tung, elle est deve­nue une fonda­tion faîtière sous la marque Berner Dach­stif­tung. «La fonda­tion faîtière orga­nise la direc­tion profes­si­on­nelle, la gestion de fortune, la comp­ta­bi­lité, l’audit, le reporting à l’autorité de surveil­lance, etc. pour toutes les sous-fonda­ti­ons et tous les fonds», déclare Andreas Wieser. «En outre, une exoné­ra­tion fiscale est possi­ble pour les sous-fonda­ti­ons et les fonds si la fonda­tion faîtière est exoné­rée d’impôt et si leurs objec­tifs respec­tifs concordent.»

Assu­mer ses responsabilités

Andreas Wieser, direc­teur de la Berner Dach­stif­tung, Von Graf­fen­ried Gruppe
Fran­çois Geinoz, direc­teur géné­ral de la Limmat­stif­tung, prési­dent de proFonds

Créée en 1957 par un entre­pre­neur zurichois, la fonda­tion Ernst Göhner montre comment un conseil de fonda­tion peut assu­mer ses diver­ses responsa­bi­li­tés. Depuis sa créa­tion, elle a soutenu plus de 30 000 projets phil­an­thro­pi­ques et déboursé près de 580 milli­ons de francs suis­ses. Il s’agit d’une fonda­tion dona­trice d’utilité publi­que. Elle souti­ent des projets dans les domai­nes de la culture, de l’environnement, des affai­res socia­les, de l’éducation et des scien­ces. Elle a un carac­tère aussi bien entre­pre­neu­rial que phil­an­thro­pi­que et fami­lial. «D’après l’acte de fonda­tion, les actifs de la Fonda­tion Ernst Göhner doiv­ent être gérés selon des critè­res entre­pre­neu­ri­aux et avec une initia­tive entre­pre­neu­riale, ce qui inclut notam­ment le finan­ce­ment de socié­tés asso­ciées», expli­que Suzanne Schenk, direc­trice géné­rale adjointe de la Fonda­tion Ernst Göhner. En plus de ces exigen­ces, l’activité d’investissement est déter­mi­née par des critè­res de dura­bi­lité. La préser­va­tion des emplois et du savoir-faire en Suisse fait partie de cette acti­vité d’investissement dans la mesure où les inve­stis­se­ments sont axés sur des entre­pri­ses basées en Suisse et présen­tant un poten­tiel important de créa­tion de valeur. «Dans un avenir proche, le conseil de fonda­tion trai­tera égale­ment la question des inve­stis­se­ments à impact social», déclare Suzanne Schenk. «La fonda­tion fait une distinc­tion fonda­men­tale entre ses acti­vi­tés entre­pre­neu­ria­les et ses acti­vi­tés d’utilité publi­que». Toute­fois, certains projets d’utilité publi­que sont finan­cés dans le cadre des acti­vi­tés entre­pre­neu­ria­les de la fonda­tion, tels que les projets d’infrastructure d’écoles suis­ses à l’étranger. Cela s’explique notam­ment par l’ancienne parti­ci­pa­tion à la société inter­na­tio­nale Panal­pina Welt­trans­port (Holding) AG, aujourd’hui DSV Panal­pina A/S, dont les cadres et leurs famil­les dépen­dent de ces écoles pendant leurs missi­ons profes­si­on­nel­les à l’étranger. La fonda­tion souti­ent égale­ment divers projets dans le domaine de la promo­tion de la forma­tion profes­si­on­nelle duale en Suisse.

Un volume de subsi­des stable grâce à la diversification

Un autre aspect important est la recher­che de diver­si­fi­ca­tion: les actifs de la fonda­tion sont large­ment diver­si­fiés. Ils sont consti­tués de place­ments en actions, de place­ments immo­bi­liers et de place­ments finan­ciers. Depuis que la fonda­tion a été rest­ruc­tu­rée il y a dix ans, elle comprend égale­ment deux filia­les déte­nues à 100 pour cent. Cette struc­ture permet une gestion profes­si­on­nelle des inve­stis­se­ments. «En plus de ses trois conseils, la fonda­tion a la possi­bi­lité de nommer deux admi­ni­stra­teurs exter­nes et indé­pen­dants ayant une exper­tise et un réseau adap­tés à ces entre­pri­ses. Les deux filia­les sont chacune prési­dées par l’un des membres du conseil de notre fonda­tion», expli­que Suzanne Schenk. Malgré cette large diver­si­fi­ca­tion, les rende­m­ents peuvent fluc­tuer. «Toute­fois, le conseil déter­mine le volume des subsi­des de telle sorte que ces fluc­tua­tions n’aient pas d’effet sur nos acti­vi­tés de finan­ce­ment à des fins d’utilité publique.» 

Taux d’intérêts bas: quel risque une fonda­tion peut-elle prendre en matière d’investissements?

La déci­sion appar­tient au conseil de fondation

Susanne Schenk, direc­trice géné­rale adjointe, Fonda­tion Ernst Göhner

La plupart des fonda­ti­ons n’ont pas les possi­bi­li­tés de la fonda­tion Ernst Göhner. Le conseil de fonda­tion assume toute­fois les responsa­bi­li­tés. Michael Spal­ding note qu’il n’est pas rare que les conseils de fonda­tion considè­rent les actifs de leur orga­ni­sa­tion comme un simple moyen d’atteindre les objec­tifs; ils ne croi­ent pas que malgré le volume rela­ti­ve­ment faible, beau­coup peut encore être réalisé par l’investissement ou le dialo­gue. «Les conseils de fonda­tion doiv­ent être consci­ents que leurs inve­stis­se­ments ont un impact et qu’ils peuvent et doiv­ent assu­mer cette responsa­bi­lité», dit-il. L’expérience de 20 ans d’Ethos confirme qu’un inve­stis­seur peut avoir un impact important. «Toute fonda­tion qui fixe des objec­tifs respons­ables pour ses inve­stis­se­ments obti­ent ainsi un impact social», déclare Michael Spal­ding. Lorsque les inve­stis­seurs unis­sent leurs forces et forment un groupe qui déti­ent plusieurs points de pour­cen­tage du capi­tal social d’une entre­prise, on peut perce­voir une influ­ence posi­tive. Quelle que soit la stra­té­gie, Tizian Fritz souti­ent qu’avant tout, les membres de conseil des fonda­ti­ons restent respons­ables. Ce sont eux qui connais­sent le mieux l’objectif et les valeurs de leur fonda­tion. «La traduc­tion de ce système de valeur en critè­res d’investissement devrait initia­le­ment se faire de façon auto­nome ou en concer­ta­tion avec d’autres orga­ni­sa­ti­ons ou asso­cia­ti­ons simi­lai­res, mais dans tous les cas, indé­pen­dam­ment du gesti­onn­aire d’investissement», dit-il. Tout au plus, l’organisation dispose d’un comité d’investissement qui possède égale­ment une exper­tise dans ce domaine. Toute­fois, le gesti­onn­aire d’actifs peut par la suite appor­ter une aide précieuse dans la mise en œuvre effec­tive. Tizian Fritz recom­mande cepen­dant de fixer les critè­res dans les règle­ments de place­ment. L’affectation des inve­stis­se­ments ne dépend pas de la taille de la fonda­tion. De précé­den­tes études du CEPS mont­rent que ce n’est pas la taille, mais le degré de profes­si­onnali­sa­tion qui déter­mine la prise en compte de l’objectif de la fonda­tion dans les investissements. 

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !