Sarah et Andreas Caminada | Photos : Gian Marco Castelberg

«Servir d’exemple pour notre secteur»

Un nouveau projet commun

Sarah et Andreas Cami­nada ont créé la fonda­tion Ucce­lin. À travers un programme de 20 semai­nes, le célèbre chef cuisinier et la direc­trice géné­rale de la fonda­tion veulent soutenir les jeunes et leur trans­mettre leur enthousi­asme pour le monde de la gastro­no­mie. Pour commen­cer ce programme, chaque parti­ci­pant passe une semaine au restau­rant d’Andreas Cami­nada au château Schau­en­stein à Fürstenau, dans les Grisons.

Qu’est-ce qui vous a amenés à créer la fonda­tion Uccelin?

Andreas Cami­nada: Notre acti­vité ici au château se porte bien et après toutes ces années, nous avons eu envie de donner quel­que chose en retour. Collec­ter de l’argent et soutenir une fonda­tion était l’une des nombreu­ses idées que nous avons envi­sa­gées avec Sarah.

Sarah Cami­nada: L’entreprise a connu une forte crois­sance. Andreas a commencé son acti­vité avec quatre colla­bo­ra­teurs et colla­bo­ra­t­ri­ces. Aujourd’hui, 70 employés travail­lent au château et à la Casa Cami­nada. Cela nous procure une immense satis­fac­tion et nous souhai­ti­ons la parta­ger ainsi que notre savoir-faire. 

AC: Après mûre réfle­xion, nous avons décidé de déve­lo­p­per un nouveau concept. Nous vouli­ons quel­que chose d’inédit. Et nous vouli­ons servir d’exemple pour notre secteur d’activité. Nous pensons en effet pouvoir lui donner une impul­sion posi­tive avec cette fonda­tion. Dans le domaine des arts ou du théâtre, de tels program­mes de soutien existent déjà. Nous souhai­ti­ons inté­grer cette appro­che dans le secteur de la restau­ra­tion. J’ai convaincu Sarah de se lancer! (rires)

SC: Ce dont nous étions sûrs, c’était de vouloir mettre quel­que chose en place pour les jeunes. Nous rece­vons 30 à 40 deman­des de stage par semaine. Les jeunes gastro­no­mes veulent tous venir décou­vrir les coulis­ses de notre restau­rant. Mais malheu­re­u­se­ment, nous devons en refu­ser beaucoup.

C’est-à-dire?

SC: Selon notre conven­tion collec­tive de travail, nous devons rému­n­é­rer les stagi­ai­res qui travail­lent chez nous. Malheu­re­u­se­ment, nous ne pouvons pas finan­cer plus d’un stage. C’est dommage, car nous rece­vons beau­coup de bons CV de jeunes candi­dats pleins de poten­tiel. Nous vouli­ons donc égale­ment leur offrir d’autres perspectives.

C’est ainsi qu’est née l’idée de fondation?

SC: Il nous a semblé en effet que le statut de fonda­tion offrait la base la plus stable.

AC: Tout à fait. Nous avons créé la fonda­tion à titre privé. Nous l’avons déli­bé­ré­ment conçue indé­pen­dam­ment de notre société car nous ne vouli­ons pas que cela impli­que que Cami­nada forme son propre person­nel. Sur plus de 25 diplômé-e‑s, seuls deux ont voulu travail­ler pour nous. Les autres travail­lent désor­mais ailleurs dans le monde.

Sarah et Andreas Cami­nada autour du château de Schauenstein

Comment avez-vous concré­tisé votre idée?

SC: Nous avons conçu un programme étalé sur 20 semai­nes. Il est divisé en diffé­ren­tes étapes, avec des chefs nation­aux ou inter­na­tion­aux ou des producteurs. 

AC: Nous avons mobi­lisé notre réseau pour trou­ver des parten­aires. Nous leur avons expli­qué notre projet et ce que nous atten­di­ons d’eux. 

SC: Leur rôle consi­ste à accueil­lir les jeunes, les former et leur offrir un aperçu de leur métier. En effet, l’une des décep­ti­ons que connais­sent bien souvent les stagi­ai­res, c’est d’atterrir à la cuisine de produc­tion. Cela signi­fie hacher les oignons, …

AC: …nettoyer les aroma­tes…SC: …éplu­cher les carot­tes. Tout à fait. Mais notre programme n’a pas cette voca­tion. Nos bour­siers doiv­ent apprendre le métier. Bien sûr, nous avons aussi des chefs qui les envoi­ent d’abord dans la cuisine de produc­tion. C’est compré­hen­si­ble car c’est l’occasion pour eux de montrer ce dont ils sont capa­bles. Ils ont besoin d’un certain niveau. L’expérience a démon­tré qu’au plus tard au bout de deux semai­nes, les bour­siers avai­ent fait leurs preu­ves dans d’autres tâches.

Le cuisinier Simeon Nikolov lors de l’in­tro­duc­tion au Schloss Schau­en­stein, à Fürstenau, dans les Grisons.

La disci­pline a‑t-elle son importance?

SC: Ce programme n’est pas à prendre à la légère. Il ne s’agit pas d’un jeu. Nous atten­dons des jeunes qu’ils accom­plis­sent un certain nombre de tâches.

AC:  Les bour­siers doiv­ent être prés­ents quand les clients sont là, afin de ressen­tir l’effervescence qui règne au moment du service. 

Comment le programme a‑t-il débuté?

AC:  Nous avons créé la fonda­tion en 2015. Nous souhai­ti­ons démar­rer progres­si­ve­ment, publier l’offre et voir nous-mêmes les profils des candi­dats. Nous avons reçu entre 50 et 60 candidatures. 

SC: Lors de leur inscrip­tion, les candi­dats élabo­rent eux-mêmes leur programme sur 20 semai­nes. Tout au plus, je les conseille dans leurs choix, par exemple, lorsqu’un candi­dat ne sélec­tionne que des étab­lis­se­ments du nord de l’Europe ou des restau­rants qui propo­sent tous une cuisine simi­laire. Je leur suggère alors de cher­cher un étab­lis­se­ment dans le sud ou un restau­rant qui propose une cuisine fran­çaise clas­si­que. Je donne mon avis mais c’est le candi­dat qui décide. Un jour, les parti­ci­pants s’intéressent à l’ostréiculture puis, peu de temps après, ils vont chez un choco­la­tier. Ce sont ces contra­stes qui sont fascinants. 

AC: Ils peuvent aussi aller chez un boucher ou un from­ager, suivre des cours de cuisine sens­ori­elle ou apprendre à cher­cher des truffes.

SC: Lors du premier tour, nous avons sélec­tionné trois boursiers.

AC: Ce sont ces trois sélec­tion­nés qui ont donc inau­guré le programme en 2016. Nous leur avons demandé leur retour d’expérience pour voir si notre projet fonc­tion­nait. Par exemple, comment obtenir le visa pour aller à New York? 

Pour­quoi ces précautions?

SC: S’il s’était révélé impos­si­ble pour un parti­ci­pant de se rendre aux États-Unis par exemple, nous auri­ons dû adap­ter le programme en consé­quence. Il était plus important pour nous de le construire soli­de­ment que rapidement. 

AC: Nous avons réalisé qu’il fallait aller plus loin. Les bour­siers atten­dent de nous que nous leur four­nis­si­ons un livre d’évaluation qui contient une descrip­tion précise de nos atten­tes. Au début du programme, les parti­ci­pants vien­nent au château pendant une semaine. C’est pour nous l’occasion de véri­fier leur moti­va­tion et de les réori­en­ter si néces­saire. SC: Heure­u­se­ment, jusqu’à présent, nous n’avons eu à renvoyer personne au cours de cette phase initiale du programme. De ce fait, lors de la seconde édition, nous avons accepté huit boursiers.

Comment s’organise ce programme?

SC: Une fois qu’ils ont choisi leur programme, chaque bour­sier reçoit un package complet. C’est comme pour un voyage autour du monde. Ils reçoiv­ent un emploi du temps…

AC:  …leur billet d’avion,…

SC: … les coor­don­nées des struc­tures à contacter,…

AC:  … de l’argent de poche, une assurance…

SC: Bref, tout le nécessaire. 

C’est donc Ucce­lin qui prend tout en charge. Combien coûte le programme?

AC:  Il coûte à la fonda­tion envi­ron 15 000 CHF par personne.

Comment votre fonda­tion est-elle financée?

AC:  Ce n’est pas une fonda­tion parti­cu­liè­re­ment riche. Elle s’auto-finance en perma­nence. Pour chaque menu vendu dans nos restau­rants, deux francs sont rever­sés à la fonda­tion. Lorsque je parti­cipe à un collo­que, l’organisateur reverse un montant à la fonda­tion. Nous organ­i­sons égale­ment des évène­ments caritatifs. 

C’est-à-dire?

AC:  Nous organ­i­sons un événe­ment à petite échelle ici au château. 40 clients maxi­mum. Ils payent 800 francs pour une soirée gastro­no­mi­que. L’intégralité de cette somme va à la fonda­tion. Cela consti­tue une bonne base. Nous avons aussi orga­nisé des nuits du cinéma culin­aires à Zurich, sur trois jours. Une belle réus­site mais qui nous a demandé beau­coup de travail.

SC: Nous sommes égale­ment soute­nus par de géné­reux mécènes.

AC: Nous avons un mécène qui adore ce que nous faisons et qui a bâti sa fortune dans le même secteur d’activité que nous. C’est la dura­bi­lité de notre appro­che qui l’a séduit. 

SC: Ce soutien est précieux. Au début, j’étais assez mal à l’aise de présen­ter notre fonda­tion à la suite de quelqu’un qui venait de présen­ter un projet sur la faim.

AC: Nous avions l’impression que ceux qui nous souti­en­nent recher­chai­ent exac­te­ment ce que nous proposons.

SC: Je pense que notre projet est convain­cant parce qu’on voit les gens qu’il y a derrière. AC: Nous avons égale­ment le senti­ment d’avoir jeté les bases de quel­que chose de nouveau. Ce nouveau souf­fle est appré­cié et ouvre de nombreu­ses possi­bi­li­tés nouvel­les. Nous avons par exemple déve­lo­ppé une coopé­ra­tion avec Smiling Gecko. Cette asso­cia­tion œuvre au Cambo­dge. Nous propo­sons désor­mais un programme complé­men­taire. Nos parti­ci­pants, une fois leur programme terminé, peuvent se rendre au Cambo­dge pendant deux mois pour aider en cuisine et au service à la ferme Smiling Gecko. C’est pour eux une occa­sion de donner quel­que chose en retour. Ils trans­met­tent le métier qu’ils ont appris. 

“Il était important pour nous de rendre le programme dura­ble, et pas rapide.”

Sarah Cami­nada

Quels sont les princi­paux avan­ta­ges pour vos boursiers?

SC: Notre programme repose sur trois piliers. Le premier, c’est le travail. Le deuxi­ème, c’est le réseau. Et le troi­sième, c’est le défi person­nel. Au cours de ces 20 semai­nes, les parti­ci­pants commen­cent plusieurs fois un nouveau travail, appren­nent de nouveaux noms, relè­vent de nouveaux défis.

Comment la crise du Covid-19 vous a‑t-elle affectés?

SC: Nous avons dû ramener tous nos bour­siers à la maison. 

Ils étai­ent aux quatre coins du monde?

SC: Tout à fait. Nous avons rapa­trié tout le monde. Nous les avons soute­nus et nous nous sommes orga­ni­sés pour qu’ils puis­sent travail­ler à nouveau, afin que personne ne rencontre de diffi­cul­tés finan­ciè­res. Entre-temps, deux parti­ci­pants ont recom­mencé le programme. Mais avec la régle­men­ta­tion portant sur les voya­ges qui change chaque semaine, il est clair qu’ils doiv­ent se montrer très flexibles.

Et comment cela a‑t-il affecté votre entre­prise elle-même?

AC: Nous avons fermé pendant deux mois et demi. 

SC: C’était compli­qué. Mais nous avons pu comp­ter sur le soutien de nos employés. Tout le monde a accepté le chômage partiel. Et lorsque nous avons rouvert, il n’y a eu aucune conte­sta­tion sur les nouvel­les règle­men­ta­ti­ons en matière d’hygiène ou sur le port du masque rendu obli­ga­toire. C’était très sympa de leur part. Tout le monde était d’accord pour dire qu’il fallait mettre les bouchées doubles. Chacun a contri­bué à l’effort commun avec beau­coup d’énergie. 

Comment avez-vous démarré votre carri­ère? Avez-vous aussi béné­fi­cié de stages?

AC: J’ai fait mon appren­tis­sage à Laax, dans un restau­rant tradi­ti­on­nel réputé. Ensuite, j’ai passé un an à Vancou­ver. Mon père d’accueil était un ancien cuisinier. Tel un mentor, il m’a montré un certain nombre de choses. Il s’est arrangé pour que je puisse visi­ter un ou deux restau­rants de Vancou­ver. C’était une jour­née inou­bli­able qui m’a ouvert les yeux. 

Et aujourd’hui, c’est vous qui embar­quez vos clients dans un véri­ta­ble voyage sensoriel!

AC: Nos clients doiv­ent ressen­tir le travail et la passion derrière chaque plat. Je souhaite qu’ils s’immergent dans une atmo­s­phère qui les rend heureux. Cette atmo­s­phère comprend un repas parfait, un service irré­prochable, une archi­tec­ture parti­cu­lière… Nous ne faisons pas dans l’extravagance. Nous propo­sons plutôt une expé­ri­ence très subtile d’éléments coor­don­nés. Si tout s’harmonise, nos hôtes repar­tent extrê­me­ment satisfaits.

Quel est l’avenir de la fondation?

AC: Actu­el­lement, nous ne pouvons faire entrer que dix bour­siers au programme. À l’avenir, ils pour­rai­ent être 100 si nous collec­tons suffi­sam­ment d’argent. Nous souhai­ter­ions que notre programme béné­fi­cie à d’autres natio­na­li­tés que les Suis­ses et à d’autres métiers que les cuisini­ers. Il n’est pas non plus néces­saire que cela tourne autour de la gastro­no­mie haut de gamme. L’essentiel, c’est le métier. Cela peut donc s’appliquer aussi au service, à la bouche­rie, etc. 

SC: Nous réflé­chis­sons égale­ment à un projet de réseau alumni. Cela permet­trait aux diplô­més de conti­nuer à culti­ver leurs rela­ti­ons professionnelles.


Pour en savoir plus sur l’Uc­ce­lin Funda­ziun, consul­tez le site stiftungschweiz.ch

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !