Professor Giuseppe Ugazio | Foto: Jacques Erard

«Sans la phil­an­thro­pie, notre société se porte­rait moins bien»

Les valeurs de notre société

Mais au fond, qui décide de ce qui est chari­ta­ble? Avec le profes­seur Giuseppe Ugazio, nous abor­dons les noti­ons de bien et de charité. Nous évoquons égale­ment ce que la phil­an­thro­pie apporte à la société et nous débat­tons sur l’importance des moyens finan­ciers et de l’engagement personnel.

The Philanthropist: Qui déter­mine ce qui bien? Une orga­ni­sa­tion est-elle considé­rée comme cari­ta­tive parce qu’elle est exoné­rée d’impôts?

Giuseppe Ugazio. C’est plutôt l’inverse. L’exonération fiscale n’est pas inhé­rente à la bien­faisance. Même si c’est le cas dans la pratique, il ne faut pas le voir dans cet ordre-là. L’exonération est plutôt la suite logi­que du carac­tère cari­ta­tif d’un organisme.

Comment déter­mine-t-on alors ce qui relève de la bienfaisance?

Sur le plan socié­tal, c’est la majo­rité. Dans une démo­cra­tie, le meil­leur système dont nous dispo­si­ons, c’est en effet la majo­rité qui doit déci­der. C’est elle qui déter­mine les valeurs mora­les qui contri­buent le plus à façon­ner notre société. Mais cela ne signi­fie pas que les valeurs mora­les des mino­ri­tés doiv­ent être négligées. 

Qu’est-ce que cela signi­fie pour l’individu?

Sur le plan person­nel, chacun peut déter­mi­ner les valeurs mora­les qu’il défend, pour autant que celles-ci s’inscrivent dans le cadre de ce qui est commu­n­é­ment accepté. Vous pouvez donc déter­mi­ner vous-même ce que vous considé­rez comme charitable.

Quel est l’objectif de l’exonération fiscale?

Avec ce dispo­si­tif, le gouver­ne­ment offre une inci­ta­tion aux person­nes qui souti­en­nent à titre privé des causes telles que l’aide aux person­nes dans le besoin ou la promo­tion de l’art. Elles peuvent prendre leurs prop­res initia­ti­ves lorsque l’État ne peut four­nir de fonds ou lorsque les fonds qu’il four­nit sont insuf­fi­sants. L’exonération fiscale, c’est donc la recon­nais­sance par l’État d’un enga­ge­ment en faveur d’une valeur. Cet enga­ge­ment permet d’apporter des solu­ti­ons qui coûte­rai­ent de toute façon de l’argent à l’État.

L’exonération fiscale compro­met-elle l’idée même de charité? Les phil­an­thro­pes ne risquent-ils pas d’agir juste pour l’avantage fiscal, ou du moins de donner cette impression?

Il convi­ent de distin­guer deux aspects à cette question: l’exonération compro­met-elle l’intention d’agir? Si c’était le cas, on constate­rait que l’intention de s’engager dans la phil­an­thro­pie serait amoin­drie une fois que les avan­ta­ges fiscaux sont suppri­més. En dehors de cette question philo­so­phi­que, il y a aussi une question d’ordre pratique: l’exonération fiscale permet en effet d’acheminer plus d’argent là où il est néces­saire, et ce, de manière plus efficace. 

Sur le plan moral, est-ce alors la même chose de faire la charité ou de faire le bien?

Les deux sont étroi­te­ment liés. Il n’est pas possi­ble de mener des actions cari­ta­ti­ves sans être persuadé qu’elles relè­vent du bien. Les person­nes qui s’engagent pour une œuvre de charité veulent promou­voir une valeur. Les phil­an­thro­pes inve­stis­sent leurs prop­res ressour­ces, ils s’impliquent pour une cause parce qu’ils sont convain­cus qu’elle mérite d’être soute­nue. On imagine diffi­ci­le­ment une personne menant des actions cari­ta­ti­ves sans être convain­cue du bien-fondé moral de ces actions. 

En d’autres termes, il y a une diffé­rence entre l’opinion person­nelle et l’opinion géné­rale de ce qui est bien?

Ce qui importe, c’est que les person­nes agis­sent en fonc­tion de ce qui leur semble bien, selon leur propre point de vue. Cepen­dant, leurs actions peuvent être perçues diffé­rem­ment selon le point de vue d’une autre personne ou même avoir des consé­quen­ces néga­ti­ves pour d’autres. Par exemple, la phil­an­thro­pie occi­den­tale apporte de l’argent aux socié­tés moins déve­lo­p­pées. Cette forme d’engagement peut pour­tant détruire des struc­tures loca­les. Le fait qu’un enga­ge­ment puisse avoir des consé­quen­ces néga­ti­ves ne signi­fie pas pour autant que l’intention était mora­le­ment mauvaise. 

«Ce secteur est peut-être un pilier de la société, mais nous sommes inca­pa­bles de le reconnaître.»

Photo: Jacques Erard

Le fait que les ressour­ces utili­sées provi­en­nent d’un «excé­dent» a‑t-il de l’importance?

Pour quelqu’un qui a trop d’argent, Il est bien sûr plus facile d’affecter une partie de ses ressour­ces à un but phil­an­thro­pi­que. Mais cette personne pour­rait aussi très bien utili­ser cet argent à des fins non philanthropiques.

Mais si une personne met à dispo­si­tion des ressour­ces dont elle pour­rait avoir besoin, n’est-ce pas davan­tage vertueux?

Je trouve déli­cat de dire pure­ment et simple­ment qu’investir des ressour­ces excé­den­taires est exem­p­laire mais qu’il est encore plus exem­p­laire d’investir des ressour­ces dont on pour­rait encore avoir besoin. Face aux questi­ons d’éthique, nous pensons par caté­go­rie: moral ou amoral. Les deux formes d’engagement que nous avons citées se situ­ent sur le plan moral. La condi­tion indis­pensable est que la personne agisse en adéqua­tion avec une valeur, même si elle donne quel­que chose dont elle n’a de toute façon pas besoin.

Vous dites que c’est la majo­rité qui décide de ce qui relève de la bien­faisance. Cette déci­sion néces­site-t-elle un proces­sus étatique ou se prend-elle à l’écart des déci­deurs officiels?

 La société doit trou­ver un consen­sus. L’État consti­tue la base de cette société en finan­çant ce qui est vrai­ment indis­pensable. Par exemple, l’éducation. L’État protège ses valeurs fonda­tri­ces avec des lois. Mais la société civile peut déter­mi­ner d’autres valeurs à défendre. 

Pour­riez-vous citer un exemple?

La société peut déter­mi­ner des valeurs qui ne sont pas soute­nues par la majo­rité ou qui sont très spéci­fi­ques. Par exemple, l’engagement en faveur de la protec­tion des glaciers. Ces valeurs doiv­ent toute­fois être compa­ti­bles avec les valeurs géné­ra­les de la société. Mais il n’est pas néces­saire d’obtenir une consé­cra­tion de l’État pour qu’une valeur soit considé­rée comme mora­le­ment bonne.

Il faut néan­moins atteindre un certain consensus.

Si la valeur doit être inscrite dans une loi, il faut alors passer par une procé­dure forma­li­sée. D’autres valeurs se déve­lo­p­pent dans la société à partir de l’histoire et de la tradi­tion. Il peut s’agir de valeurs socia­les, telles que saluer une personne lorsque nous la rencon­trons. Mais personne n’est envoyé en prison s’il ne le fait pas. Il s’agit seule­ment d’une norme sociale. Une action est considé­rée comme bonne lorsque la société est d’accord sur sa néces­sité. Dans notre société, la poig­née de main est un geste appris (même s’il est plus conven­able de s’en abstenir actu­el­lement). Pour forma­li­ser ce genre de valeur, aucun proces­sus n’est nécessaire.

Quel rôle devrait alors jouer le secteur de la phil­an­thro­pie: influ­en­cer acti­ve­ment ces valeurs ou adop­ter de manière réac­tive celles de la société?

Les deux. Un phil­an­thrope s’implique parce qu’il croit profon­dé­ment en une certaine morale, en une certaine valeur. Il joue un rôle actif. Il est atta­ché à cette valeur parce qu’il est convaincu qu’elle est importante et qu’elle peut béné­fi­cier à d’autres. Par exemple, si un phil­an­thrope inve­stit dans l’opéra parce qu’il est convaincu que l’art est important pour notre société, il promeut ainsi acti­ve­ment ce système de valeurs. Inver­se­ment, un phil­an­thrope peut, par exemple, recon­naître les objec­tifs de déve­lo­p­pe­ment dura­ble des Nati­ons Unies comme judi­cieux et œuvrer à leur réali­sa­tion. Dans ce cas, il agit de façon réactive. 

Un système libé­ral est-il favor­able au secteur de la philanthropie?

Un système qui laisse à l’individu un maxi­mum de liberté et limite l’État aux tâches qui lui sont assi­gnées crée une situa­tion favor­able à la liberté d’action. La phil­an­thro­pie peut donc aussi en bénéficier. 

Cela signi­fie-t-il, à l’inverse, que la phil­an­thro­pie doit se concen­trer sur des aspects secon­dai­res et lais­ser les choses primor­dia­les à l’État?

Non. Il ne faut pas sépa­rer les champs d’action de manière aussi radi­cale. L’existence de presta­ti­ons publi­ques ne signi­fie pas qu’il n’y a pas de place pour les initia­ti­ves privées. Il y a des possi­bi­li­tés de coopé­ra­tion, par exemple par le biais de parten­a­ri­ats public-privé. Des dyna­mi­ques diffé­ren­tes peuvent alors surgir car les deux secteurs vont plus loin en travail­lant conjoin­te­ment que chacun de leur côté.

Le secteur de la phil­an­thro­pie est-il un pilier de notre société?

C’est une question déli­cate… Souvent, les accom­plis­se­ments du secteur de la phil­an­thro­pie sont à peine remar­qués. La société recon­naît les résul­tats, mais elle ne sait pas vrai­ment comment ils ont été obte­nus. Il se pour­rait que ce secteur soit un véri­ta­ble pilier de notre société. Mais nous sommes inca­pa­bles de nous en rendre compte. Dans de nombreu­ses cultures, comme ici à Genève, c’est dans la nature même de la phil­an­thro­pie de ne pas atti­rer l’attention. Elle fait le travail et la société en béné­fi­cie. Person­nel­lement, je pense en effet qu’elle est un pilier de notre société.

Dans ce cas, devrait-elle être plus transparente?

La trans­pa­rence est vrai­ment utile, j’en suis un fervent défens­eur. Mais elle ne signi­fie pas qu’il faut promou­voir ses œuvres de bien­faisance. La discré­tion et la trans­pa­rence ne sont pas incompatibles.

C’est-à-dire?

Les orga­ni­sa­ti­ons de bien­faisance ne doiv­ent pas néces­saire­ment faire leur propre publi­cité. Il suffi­rait d’une simple liste conten­ant des infor­ma­ti­ons sur les orga­ni­sa­ti­ons, leurs champs d’action, leurs moyens finan­ciers et les projets qu’elles souti­en­nent. Ce serait de la trans­pa­rence. Pour autant, cela ne signi­fie pas que chaque orga­ni­sa­tion doive acti­ve­ment publier ses moind­res faits et gestes.

Si une fonda­tion commu­ni­quait de façon plus trans­pa­rente sur l’utilisation de ses moyens, cela n’aiderait-il pas à recon­naître sa valeur morale?

Doit-on vrai­ment avoir connais­sance des impli­ca­ti­ons finan­ciè­res pour recon­naître une valeur morale? Il est possi­ble que nous esti­mi­ons davan­tage les choses pour lesquel­les nous avons dépensé de l’argent, mais je ne pense pas que cela soit néces­saire. Lorsque nous recon­nais­sons une chose comme étant posi­tive, la protec­tion de l’environnement par exemple, le fait de ne pas savoir quelle somme d’argent y est cons­acrée n’enlève rien à sa valeur. Nous conti­nue­r­ons à la considé­rer comme une valeur morale à défendre. 

Dans ce cas, qu’est-ce qui est le plus important pour notre société: les moyens finan­ciers ou l’engagement person­nel dans le secteur de la philanthropie?

La deuxi­ème option serait la réponse idéalisée. 

Et quelle serait alors la bonne réponse?

Il convi­ent avant tout de déter­mi­ner les valeurs mora­les que l’on désire promou­voir. On pourra alors s’inquiéter dans un second temps des aspects finan­ciers et des moyens à mettre en œuvre pour soutenir ces valeurs. Face à deux sugge­sti­ons d’activités cari­ta­ti­ves, l’idéal serait de mener un débat public pour déter­mi­ner laquelle serait la meilleure propo­si­tion. Ensuite, vien­drait le moment de déter­mi­ner combien de ressour­ces finan­ciè­res sont néces­saires et comment elles seront réparties. 

La phil­an­thro­pie étant un pilier de la société, une société sans phil­an­thro­pie est-elle possible?

Tout dépend de la défi­ni­tion que nous donnons à la phil­an­thro­pie. Mais je pense que dans tous les cas, sans elle, notre société se porte­rait moins bien.

Pour­quoi?

Même en Suisse, où l’État est pour­tant rela­ti­ve­ment bien adapté aux besoins de la popu­la­tion, on constate que tout ne fonc­tionne pas parfai­te­ment. L’engagement de parti­cu­liers et d’institutions privées apporte des amélio­ra­ti­ons là où l’État ne fonc­tionne pas aussi bien que nous pour­r­i­ons l’espérer. Une société sans acti­vi­tés phil­an­thro­pi­ques est possi­ble mais les dysfonc­tion­ne­ments serai­ent davan­tage marqués.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !