Une autre façon de faire de la philanthropie

Esprit d’entreprise, parten­a­ri­ats colla­bo­ra­tifs et modè­les de finan­ce­ment sur mesure: la Venture Phil­an­thropy est un complé­ment aux modes de subven­tion traditionnels.

«La Venture Phil­an­thropy n’est ni la meilleure ni la seule façon de faire de la phil­an­thro­pie. C’est une manière de s’engager diffé­rem­ment», déclare Etienne Eichen­ber­ger, asso­cié gérant de WISE phil­an­thropy advi­sor. En 2012, cette orga­ni­sa­tion a été le premier membre suisse de l’European Venture Phil­an­thropy Asso­cia­tion (EVPA). Etienne Eichen­ber­ger ajoute que la Venture Phil­an­thropy ne va pas non plus trans­for­mer ou révo­lu­ti­on­ner le secteur, mais il la considère comme un complé­ment stimu­lant dans ce domaine parti­cu­liè­re­ment hété­ro­gène qu’est la phil­an­thro­pie. Vincent Pfam­mat­ter, avocat et membre du comité de proFonds, l’association faîtière des fonda­ti­ons et asso­cia­ti­ons d’utilité publi­que, fait remar­quer que la «Venture Phil­an­thropy» n’est pas un terme juri­di­que au sens clai­re­ment défini. Elle existe sous de nombreu­ses vari­an­tes. Etienne Eichen­ber­ger la décrit comme une boîte à outils dans laquelle les fonda­ti­ons pour­rai­ent puiser.

Une aide pour atteindre l’autonomie

L’un de ces outils est le finan­ce­ment sur mesure: il permet­trait de nombreu­ses formes de soutien finan­cier, en combi­nant notam­ment dona­ti­ons et prêts. «En raison des règles fisca­les appli­ca­bles aux enti­tés exoné­rées, il convi­ent de défi­nir précis­é­ment si l’on est en présence d’un don ou d’un prêt qui doit être remboursé et qui peut géné­rer un rende­ment», expli­que Vincent Pfam­mat­ter. Les prêts de Venture Phil­an­thro­pes peuvent consti­tuer une aide décisive, en parti­cu­lier au moment d’initier des projets soci­aux. «Les banques n’accordent géné­ra­le­ment pas de prêts pour ce genre de projet», expli­que-t-il. «Un tel enga­ge­ment finan­cier est proche du capi­tal-risque, mais avec un objec­tif social». Grâce à des condi­ti­ons avan­ta­geu­ses et à la volonté d’assumer le risque finan­cier, les prêteurs rendent les projets possi­bles. Cepen­dant, c’est l’organisation à subven­ti­on­ner qui est au centre de l’engagement phil­an­thro­pi­que et non le projet porté comme dans la phil­an­thro­pie tradi­ti­on­nelle. Fabio Segura, co-direc­teur géné­ral de Jacobs Foun­da­ti­ons, déclare: «Nous finan­çons géné­ra­le­ment des orga­ni­sa­ti­ons. Cette façon de faire impli­que un esprit d’entreprise à long terme».

«Pour ce faire, une perspec­tive réali­ste de sortie finan­cière est nécessaire.»

Fabio Segura

Selon Fabio Segura, l’innovation, l’efficacité et les perspec­ti­ves de crois­sance sont égale­ment des éléments clés de la Venture Phil­an­thropy, tout comme la gestion systé­ma­tique de l’impact à long terme. Il ajoute: «Un aspect essen­tiel de la Venture Phil­an­thropy est que l’engagement finan­cier souti­enne un modèle lui permet­tant d’accroître son impact au-delà des subven­ti­ons directes.

«La question est de savoir comment les deux appro­ches s’enrichissent.»

Etienne Eichen­ber­ger

Pour ce faire, une perspec­tive réali­ste de sortie finan­cière est néces­saire.» Depuis des décen­nies, la Fonda­tion Jacobs souti­ent des orga­ni­sa­ti­ons qui s’inspirent du marché, et en 2015, elle a lancé un porte­feuille expé­ri­men­tal de Venture Phil­an­thropy. Elle a d’abord soutenu des start-ups dans le domaine de l’éducation en Afri­que de l’Ouest. «En 2021, elle a intro­duit une sous-classe d’actifs pour des projets éduca­tifs à travers le monde, appe­lée Scien­ti­fic Capi­tal», expli­que-t-il. Par cet enga­ge­ment, la Jacobs Foun­da­tion veut inci­ter les entre­pri­ses subven­ti­onnées à baser leurs services et leurs produits sur des connais­san­ces scien­ti­fi­ques. D’après Etienne Eichen­ber­ger, la Venture Phil­an­thropy convi­ent bien pour soutenir des porteurs de projets où il y a une notion de presta­tion de service – comme cela peut être le cas dans l’éducation – ou d’un produit. Ce type de projet a sans doute plus de chance d’obtenir un finan­ce­ment mixte qui pour­rait condu­ire à une indé­pen­dance financière.

Réseau et connaissances

Parmi les carac­té­ri­sti­ques essen­ti­el­les de la Venture Phil­an­thropy, il convi­ent de citer égale­ment les souti­ens non-finan­ciers ou une mise à dispo­si­tion du réseau du dona­teur. «Il faut aussi une bonne connais­sance des enjeux et des acteurs comme dona­teur», expli­que Etienne Eichen­ber­ger. «Les dona­teurs ont besoin d’une bonne analyse de l’organisation qu’ils veulent soutenir et souvent aiment conve­nir des résul­tats qu’il convi­en­dra d’atteindre ensem­ble.» Pour ce faire, les dona­teurs aurai­ent besoin de ressour­ces suffi­san­tes, expli­que Fabio Segura. Mais le jeu en vaut la chan­delle: «L’expérience montre que les orga­ni­sa­ti­ons qui reçoiv­ent, en plus d’un capi­tal finan­cier, d’autres formes de soutien telles que le savoir-faire ou l’accès à des réseaux perti­nents sont plus suscep­ti­bles de répondre aux objec­tifs phil­an­thro­pi­ques des dona­teurs que les orga­ni­sa­ti­ons qui ne reçoiv­ent qu’un soutien finan­cier.» Toute­fois, la Venture Phil­an­thropy a aussi connu son lot de limi­tes par le passé. En effet, d’après Fabio Segura, de nombreu­ses entre­pri­ses subven­ti­onnées n’ont guère réussi à étendre leur impact au-delà de leur orga­ni­sa­tion. Les moyens mis en œuvre sont en outre restés mode­stes par rapport aux inve­stis­se­ments en capi­tal-risque et aux dons phil­an­thro­pi­ques clas­si­ques. Pour Etienne Eichen­ber­ger, la grande utilité de cette boîte à outils réside surtout dans le fait qu’elle influ­ence aussi la phil­an­thro­pie tradi­ti­on­nelle en inter­pel­lant sa pratique. «La question est de savoir comment les deux appro­ches s’enrichissent sans s’opposer et quel­les nouvel­les appro­ches s’y ajou­te­ront», dit-il. «Il faut recon­naître que la Venture Phil­an­thropy existe depuis 15 ans déjà en Europe. A titre person­nel je pense que les Jeunes Géné­ra­ti­ons de dona­teurs et dona­tri­ces sont déjà en train de déve­lo­p­per le concept qui lui fera suite.»

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !