Photos: Peter Kruppa

Un excé­dent de capi­tal d’épargne

Mark Dittli, rédacteur en chef de The Market, un média en ligne consacré à la finance, écrit pour The Philanthropist ses réflexions sur les marchés financiers en ce début de nouvelle décennie. Qu’est-ce qui pourrait constituer l’élément déclencheur pour inverser la tendance actuelle des taux négatifs?

Une décen­nie d’extrêmes sur les marchés finan­ciers a pris fin. Au début de l’année 2010, alors que l’économie mondiale venait d’échapper à la pire réces­sion de l’après-guerre, personne n’aurait prédit que les marchés bour­siers connaî­trai­ent un boom de plus de dix ans. Ou que les taux d’intérêt zéro et néga­tifs devi­en­drai­ent bien­tôt la norme dans de gran­des parties du monde et que des pays comme la Suisse, l’Allemagne, la France ou le Japon pour­rai­ent émettre des obli­ga­ti­ons à rende­m­ents néga­tifs. Il y a dix ans, les taux d’intérêt nomin­aux néga­tifs étai­ent encore considé­rés comme impos­si­bles.

Mark Dittli, direc­teur géné­ral et rédac­teur en chef de «The Market»

Les prévi­si­ons sont diffi­ci­les

Tout commen­ta­teur et acteur des marchés finan­ciers devra se rappe­ler cette expé­ri­ence lorsqu’il s’agira de faire des prévi­si­ons pour la nouvelle décen­nie, encore aujourd’hui. En toute honnêteté, nous ne savons pas comment la struc­ture des prix sur les marchés va évoluer. Nous ne pouvons qu’essayer d’identifier ce qui peut être observé objec­ti­ve­ment et, à partir de là, élabo­rer des scéna­rios possi­bles pour l’avenir.

Le plus important des faits actu­el­lement obser­v­a­bles concerne sans aucun doute le niveau histo­ri­que­ment bas des taux d’intérêt. Selon toute proba­bi­lité – mais il s’agit déjà là d’une inter­pré­ta­tion – ceci est dû à un excé­dent global de capi­tal d’épargne ou à une demande globale insuf­fi­sante de capi­tal d’investissement. Ceci peut s’expliquer par l’évolution démo­gra­phi­que ou par la dimi­nu­tion de l’intensité capi­ta­li­stique de l’économie de services.

Comme le taux d’intérêt sans risque sert à son tour de point d’ancrage central pour tous les calculs d’évaluation sur les marchés finan­ciers, le faible niveau des taux d’intérêt favo­rise la hausse constante des prix des inve­stis­se­ments plus risqués tels que les obli­ga­ti­ons d’entreprises, les actions ou l’immobilier.

La question plutôt déli­cate est désor­mais de savoir combien de temps les taux d’intérêt reste­ront aussi bas. Ce à quoi nous répon­dons honnête­ment que nous n’en savons rien. Les banques et les gesti­onn­aires d’actifs affir­ment de plus en plus souvent que les taux d’intérêt reste­ront «dura­ble­ment bas». C’est possi­ble, mais cette décla­ra­tion ressem­ble dange­reu­se­ment aux paro­les de l’économiste améri­cain respecté Irving Fisher, qui décla­rait à la fin de l’été 1929 que le marché bour­sier améri­cain avait atteint un niveau «dura­ble­ment élevé». Quel­ques semai­nes plus tard surve­nait le plus grand krach de l’histoire de l’économie améri­caine.

Penser en scéna­rios

D’où l’importance de la réfle­xion dans les scéna­rios. Oui, peut-être que les taux d’intérêt reste­ront effec­ti­ve­ment à leur bas niveau actuel. Dans ce cas, les inve­stis­seurs de toutes sortes reste­ront contraints de se tour­ner vers les secteurs les plus risqués des marchés finan­ciers afin d’obtenir des rende­m­ents intéres­sants. Cette situa­tion est parti­cu­liè­re­ment diffi­cile pour les insti­tu­ti­ons qui doiv­ent préser­ver la valeur de leurs actifs tout en ayant besoin de liqui­di­tés pour finan­cer leur travail. Le point d’équilibre de ce scéna­rio est consti­tué par les actions d’entreprises de haute qualité présen­tant des bilans soli­des. Ces entre­pri­ses, qui sont aujourd’hui malheu­re­u­se­ment déjà valo­risées (un exemple en Suisse est Nestlé) sont de plus en plus considé­rées sur le marché comme un substi­tut aux obli­ga­ti­ons «sûres» grâce à leur rende­ment en divi­den­des d’environ trois pour cent.

Dans le même temps, il faut égale­ment envi­sa­ger le scéna­rio selon lequel les taux d’intérêt ne reste­ront pas bas sur le long terme. Bien sûr, il est peut-être diffi­cile pour le moment d’imaginer ce qui pour­rait faire monter les taux d’intérêt. Mais c’est exac­te­ment ce que doit faire un inve­stis­seur prudent: réflé­chir aux scéna­rios qui semblent impensables à première vue.

L’élément déclen­cheur pour une augmen­ta­tion des taux d’intérêt, que personne ou pres­que ne considère actu­el­lement comme possi­ble, pour­rait être une hausse surpren­ante de l’inflation, déclen­chée par exemple par une augmen­ta­tion des salai­res ou par une forte hausse du prix du pétrole. Dans ce scéna­rio, les marchés obli­ga­taires serai­ent les premiers touchés, en parti­cu­lier les obli­ga­ti­ons ayant une longue durée rési­du­elle (dura­tion), tandis que les actions et l’immobilier offri­rai­ent tout de même une certaine protec­tion.

Qui sait, peut-être que dans dix ans nous repen­se­rons aux années 2020 en nous deman­dant comment il a été possi­ble de penser qu’à la fin de 2019, les taux d’intérêt rester­ai­ent encore long­temps à un niveau bas.


Mark Dittli est jour­na­li­ste écono­mi­que depuis 20 ans. Il a notam­ment été rédac­teur en chef de Finanz und Wirt­schaft pendant six ans. Il a travaillé comme corre­spondant à New York durant cinq ans. Il a écrit durant une bonne année pour le maga­zine en ligne Repu­blik. Aujourd’hui, il est direc­teur géné­ral et rédac­teur en chef de The Market. Ce nouveau média en ligne a été lancé il y a près d’un an. Il s’adresse aux inve­stis­seurs et propose des clas­se­ments, des analy­ses et des avis sur ce qui se passe sur les marchés finan­ciers. The Market est une entre­prise commune entre l’équipe fonda­trice et le groupe de média NZZ. themarket.ch

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !