Dans les locaux de «Unternehmen Mitte» au cœur de Bâle, à l’occasion du lancement de la campagne de financement participatif de la fondation le 13 septembre 2019.

Un autre type de fondation

Une fondation qui emploie beaucoup de monde et qui s’adresse à un grand nombre de personnes devrait donner à l’ensemble de la population la possibilité de participer à la vie politique. La plateforme WeCollect souhaite lancer une fondation pour la démocratie. Le 13 septembre, WeCollect a démarré une campagne de crowdfunding au profit de cette future fondation.

«La numé­ri­sa­tion est l’occasion de répar­tir le pouvoir poli­tique en Suisse parmi un plus grand nombre de person­nes», déclare Daniel Graf, le fonda­teur de la plate­forme WeCollect. Elle permet de recueil­lir des signa­tures dans la société civile en faveur d’initiatives poli­ti­ques. M. Graf envi­sage désor­mais de fonder avec Che Wagner une fonda­tion pour la démo­cra­tie à Bâle. La numé­ri­sa­tion doit contri­buer à donner une voix à la société civile. Daniel Graf ne souhaite rien de moins que le déve­lo­p­pe­ment de la démo­cra­tie suisse. «C’est le bon moment», affirme-t-il. Il cite comme exemple l’impulsion poli­tique en faveur de l’initiative sur les glaciers: en à peine 4 mois, les initia­teurs ont récolté plus de 120 000 signa­tures grâce à la plate­forme WeCollect. Cet exemple a égale­ment montré que de nombreu­ses person­nes étai­ent prêtes non seule­ment à signer, mais aussi à soutenir finan­ciè­re­ment la cause. La prochaine étape consi­ster­ait à moti­ver davan­tage de citoy­ens à parti­ci­per aux initia­ti­ves et aux réfé­ren­dums. Car aujourd’hui, de nombreux élec­teurs n’ont encore jamais parti­cipé à ce genre de vota­tion de leur vie. 

Neutra­lité politique

Actu­el­lement, l’objectif de cette fonda­tion est de faire progres­ser le déve­lo­p­pe­ment de la démo­cra­tie. Il s’agira d’une entité indé­pen­dante et poli­ti­que­ment neutre, qui sera diri­gée par un conseil rest­reint. Ce conseil aura pour mission de déci­der du soutien des initia­ti­ves et des réfé­ren­dums, de gérer les fonds de projets et d’exploiter des plate­for­mes en ligne telles que WeCollect. Pour mettre en œuvre cette idée, il faut repen­ser la forme de la fonda­tion. «Bien sûr, la fonda­tion aura un but bien défini», déclare Daniel Graf. «Mais nous aimer­i­ons créer une fonda­tion qui soit fédé­ra­t­rice.» Comme lors d’une campa­gne de crowd­fun­ding, l’argent vient de la popu­la­tion. L’objectif est d’atteindre envi­ron 1000 souti­ens. Si nous y parvenons, nous nous atten­dons à un inté­rêt public dans cette fonda­tion, son objec­tif étant de donner plus de voix à la société civile. La fonda­tion veut sensi­bi­li­ser en parti­cu­lier les jeunes élec­teurs et les mobi­li­ser pour qu’ils parti­ci­pent acti­ve­ment à la démo­cra­tie. M. Graf considère comme un avan­tage le fait qu’elle fonc­tionne indé­pen­dam­ment des struc­tures de partis existan­tes, car la fonda­tion peut ainsi nouer de nouvel­les alli­an­ces et fixer ses prop­res prio­ri­tés indé­pen­dam­ment de tout programme poli­tique. Dans cette optique, la plate­forme WeCollect est un outil important. Elle va d’ailleurs être déve­lo­p­pée et élar­gie à l’avenir aux inté­rêts nation­aux, canto­n­aux et commu­naux. Cette plate­forme pour la démo­cra­tie fonc­tionne comme un incu­ba­teur: selon Daniel Graf, elle permet de mettre en avant des préoc­cup­a­ti­ons poli­ti­ques et de lancer le débat. Début octobre, l’objectif de 1000 souti­ens a été atteints et plus de 100 000 francs ont ainsi pu être collec­tés en petits dons.

https://www.demokratie.ch/

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !