Tempête sur les marchés financiers

Les événements tragiques en Ukraine dominent l’actualité sur les marchés financiers.

À moyen terme, l’économie russe devrait être bruta­le­ment renvoyée dans les années 90 à la suite des sanc­tions écono­mi­ques impo­sées par l’Occident. Les consé­quen­ces de cette réces­sion sur la crois­sance écono­mi­que mondiale devrai­ent cepen­dant être limi­tées. En effet, la part de la Russie dans le produit inté­ri­eur brut (PIB) mondial ne repré­sente que 3%. Ce sont plutôt les pertur­ba­ti­ons sur les marchés des matiè­res premiè­res qui sont le plus à craindre. Outre le pétrole, le gaz et le char­bon, la Russie est un important four­nis­seur de métaux pour le secteur des semi-conduc­teurs et l’industrie auto­mo­bile, ainsi que le princi­pal produc­teur d’engrais et de blé. L’Ukraine étant égale­ment un grand expor­ta­teur de blé, les prix des denrées alimen­taires de base explosent.

Une nouvelle crise pétrolière?

Dans de nombreux pays en déve­lo­p­pe­ment qui dépen­dent des impor­ta­ti­ons de blé, la famine et les trou­bles poli­ti­ques menacent. Les écono­mies occi­den­ta­les sont moins dépen­dan­tes de ces impor­ta­ti­ons. En outre, les denrées alimen­taires y repré­sen­tent géné­ra­le­ment une part moins importante du coût de la vie. C’est pour­quoi ces régi­ons du monde sont avant tout préoc­cu­p­ées par les coûts de l’énergie et les nouvel­les pertur­ba­ti­ons des chaî­nes d’approvisionnement dues à la pénurie de métaux criti­ques. Avant l’offensive russe, l’inflation aux États-Unis avait déjà atteint 7,5%, un record en quarante ans. La crise ukrai­ni­enne ne manque pas de rappe­ler la crise pétro­lière des années 70. 

Une meilleure effi­cacité énergétique

Heure­u­se­ment, le choc pétro­lier n’est pas aussi violent aujourd’hui. Certes, depuis qu’ils ont atteint leur niveau le plus bas en 2020, les cours connais­sent une hausse compa­ra­ble à celle des années 70. Le prix du baril de pétrole enre­gi­s­tré au plus fort de la pandé­mie de COVID-19, USD 20, n’était toute­fois pas un prix d’équilibre à long terme. Par ailleurs, la dépen­dance éner­gé­tique de l’économie mondiale est aujourd’hui nette­ment plus faible, grâce aux gains d’efficacité et à l’évolution vers une société de services. En 1973, il fallait envi­ron un baril de pétrole pour géné­rer USD 1’000 de PIB aux prix actu­els. Aujourd’hui, la moyenne mondiale s’élève à 0,4 baril, et même à 0,3 baril aux États-Unis. Grâce à la frac­tu­ra­tion hydrau­li­que, les États-Unis sont désor­mais le plus grand produc­teur de pétrole et de gaz au monde, devenant pres­que autosuffisants. 

L’énergie, qui sert d’indicateur des prix à la consom­ma­tion aux États-Unis, ne repré­sente que 7,5% du panier des ména­ges. Il existe pour­tant une éton­nante corré­la­tion entre le cours du pétrole et les prévi­si­ons d’inflation à long terme. Ces derniè­res ont d’ailleurs encore augmenté depuis l’agression russe. L’augmentation atten­due du coût de la vie pèse sur la confi­ance des consom­ma­teurs. Dès lors qu’elle n’est pas compen­sée par des augmen­ta­ti­ons de salaire, les ména­ges doiv­ent éparg­ner davan­tage. La Fed est donc confron­tée à la tâche diffi­cile de contenir l’inflation par un ralen­tis­se­ment mesuré de l’économie sans provo­quer de réces­sion. Un tel atter­ris­sage en douceur pour­rait tout à fait réus­sir. Aux États-Unis, où il règne justement des tensi­ons sur le marché du travail, la hausse des salai­res est le princi­pal moteur de l’inflation, ce qui devrait stabi­li­ser le compor­te­ment de consom­ma­tion. Mais les risques de réces­sion ont nette­ment augmenté avec la guerre en Ukraine, encore plus en Europe qu’outre-Atlantique.

La fin des divi­den­des de la paix

Les consé­quen­ces à long terme de la guerre en Ukraine vont au-delà des risques d’inflation et de réces­sion. Après la fin de la guerre froide, les finan­ces publi­ques occi­den­ta­les ont été visi­ble­ment soula­gées par la contrac­tion des budgets d’armement. L’utilisation de ces fonds à d’autres fins a permis d’accroître la prospé­rité sociale, phénomène appelé les «divi­den­des de la paix». Cette situa­tion risque désor­mais de chan­ger avec le conflit en Ukraine. Indé­pen­dam­ment de leur réac­tion immé­diate face à la crise, l’Europe et les États-Unis seront contraints d’investir davan­tage dans la défense à long terme, au détri­ment des prio­ri­tés socia­les. L’Allemagne a par exemple annoncé vouloir augmen­ter ses dépen­ses mili­taires de 1,4% à plus de 2% du PIB. Paral­lè­le­ment à cela, les inve­stis­se­ments dans les éner­gies renou­ve­l­ab­les doiv­ent être considé­ra­ble­ment accé­lé­rés, en parti­cu­lier en Europe, afin de rédu­ire la dépen­dance vis-à-vis du gaz russe.

Le conflit a par ailleurs renforcé les alli­an­ces mili­taires comme l’OTAN ainsi que les blocs écono­mi­ques comme ceux entre les États-Unis et l’UE et entre la Chine et la Russie, accé­lé­rant ainsi la démondialisation. 

Une demande crois­sante en capital

Au cours des derniè­res décen­nies, l’évolution démo­gra­phi­que dans les pays indu­stria­li­sés a entraîné une hausse des taux d’épargne et la numé­ri­sa­tion crois­sante une baisse de la demande en capi­tal, ce qui expli­que que les taux d’intérêt réels, en d’autres termes les taux d’intérêt nomin­aux moins l’inflation, n’ont cessé de bais­ser. Comme les inve­stis­se­ments dans l’armement et les éner­gies renou­ve­l­ab­les augmen­tent, la demande de capi­tal grimpe à nouveau. La démon­dia­li­sa­tion pousse égale­ment les pays à inve­stir des capi­taux à l’intérieur de leurs fron­tiè­res. Le progrès tech­no­lo­gi­que peut certes absor­ber une partie de la demande de capi­tal, mais il ne pourra pas compen­ser tous les besoins. Les taux d’intérêt réels devrai­ent donc augmen­ter dès que les chif­fres de l’inflation auront dépassé leur point culmi­nant – un facteur décisif dans l’évaluation des actions, car il sert de base à l’actualisation des béné­fices futurs. Pour les inve­stis­seurs, le proces­sus d’ajustement vers des taux d’intérêt réels d’équilibre plus élevés se traduit par des rende­m­ents plus faibles et une plus grande incer­ti­tude. Mais une fois ce nouvel équi­libre atteint, les actions et les obli­ga­ti­ons pour­ront prétendre à des rende­m­ents plus élevés, car la mise à dispo­si­tion de capi­tal devra être rému­n­é­rée en consé­quence en raison de la demande accrue. 

En atten­dant, les inve­stis­seurs ont inté­rêt à prévoir suffi­sam­ment de réser­ves dans leurs porte­feuilles pour tenir compte de l’environnement diffi­cile. Lors de la sélec­tion des actions, il convi­ent de miser sur des entre­pri­ses de qualité, raisonn­a­b­le­ment évaluées, qui, grâce à des marges élevées, peuvent faire face à l’inflation et à un ralen­tis­se­ment économique.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !