Bild zVg: Der Vorstand aus der Frühzeit von SwissFoundations mit dem Autoren Benno Schubiger (vorne Mitte)

Swiss­Foun­da­ti­ons: une asso­cia­tion qui, en 20 ans, a su s’imposer et faire bouger les choses

SwissFoundations

Le 18 mai 2001, onze fonda­ti­ons de toutes tail­les se sont regrou­pées au sein de l’Association des fonda­ti­ons dona­tri­ces suis­ses. La créa­tion de Swiss­Foun­da­ti­ons (SF) reflé­tait la situa­tion macroé­co­no­mi­que et l’esprit du tour­nant du siècle. 

Propul­sée par une hausse bour­sière, la Suisse a connu dans les années 1990 une forte vague de créa­ti­ons de fonda­ti­ons. Dans le même temps, les débuts d’Internet ont renforcé des tendan­ces en plein essor telles que la mise en rela­tion entre égaux et la trans­pa­rence entre pairs. Les fonda­ti­ons dona­tri­ces, long­temps sous l’égide de banques et de cabi­nets, se sont trans­for­mées en un secteur au profil caractéristique. 

Les fonda­ti­ons membres de SF se sont enga­gées mutu­el­lement à publier leur poli­tique de finan­ce­ment et leurs indi­ca­teurs, créant rapi­de­ment un envi­ron­ne­ment de confi­ance favo­ri­sant à son tour les échan­ges. Des valeurs ajou­tées concrè­tes sont appa­rues grâce à la profes­si­onnali­sa­tion du fonc­tion­ne­ment des fonda­ti­ons et à des coopé­ra­ti­ons entre elles. Qu’il s’agisse du déve­lo­p­pe­ment commun d’outils de travail concrets, de forma­tion conti­nue tech­ni­que ou de trans­fert de connais­san­ces dans leurs prop­res orga­nes de publi­ca­tion, l’accent a toujours été mis sur le groupe d’intérêt des fonda­ti­ons (requé­ran­tes, projets subven­ti­onnés, etc.). L’orientation vers le bien commun de SF se mani­fe­ste dans des coopé­ra­ti­ons de soutien que les fonda­ti­ons membres ont étab­lies entre elles (et parfois avec d’autres promo­tri­ces et promo­teurs). Le programme de promo­tion de start-up «Venture Kick» ou le «Bureau suisse de succes­si­ons d’artistes» sont des exemp­les de tels parten­a­ri­ats stra­té­giques qui aurai­ent diffi­ci­le­ment pu abou­tir sans une rela­tion de confi­ance de type associatif. 

SF a opté très tôt pour un posi­ti­on­ne­ment ambi­tieux du thème des fonda­ti­ons dona­tri­ces et a toujours gardé à l’esprit l’environnement situé en dehors de son éven­tail de membres. L’association s’est dotée pour ce faire d’un code de condu­ite rela­tif à la gestion d’une fonda­tion, le Swiss Foun­da­tion Code, publié pour la première fois en 2005, dont la quatrième édition paraî­tra en juin 2021. Celui-ci pose des jalons sur le plan inter­na­tio­nal et a déjà fait de nombreu­ses émules en dehors de la Suisse. A suivi l’initiative ayant vu la créa­tion d’un insti­tut univer­si­taire pour les fonda­ti­ons et la phil­an­thro­pie, qui a commencé en 2008 ses acti­vi­tés fruc­tu­eu­ses sur le plan de la recher­che, de l’enseignement et de la forma­tion conti­nue sous le nom de Center for Phil­an­thropy Studies de l’Université de Bâle. 

SF ne doit pas sa puis­sance de trans­for­ma­tion unique­ment à ses idées préci­ses, à son atta­che­ment à des idéaux ou à son vaste réseau, elle la doit égale­ment à sa bonne dota­tion finan­cière qui faci­lite les inve­stis­se­ments dans la recher­che et le déve­lo­p­pe­ment du secteur terti­aire. Les membres de l’association versent en effet des droits d’entrée et des coti­sa­ti­ons annu­el­les rela­ti­ve­ment élevés. Un certain nombre de fonda­ti­ons membres dont les objec­tifs sont adap­tés et qui souhai­tent s’engager davan­tage injec­tent des moyens supplé­men­taires dans des projets de coopé­ra­tion cari­ta­tifs ou dans l’évolution du secteur. 

SF réunit actu­el­lement 191 fonda­ti­ons répar­ties sur tout le terri­toire. Ces derniè­res dépen­sent au total plus d’un milli­ard de francs de dons chaque année, ce qui repré­sente plus d’un tiers des dona­ti­ons annu­el­les effec­tuées par des fonda­ti­ons d’utilité publi­que en Suisse. Ces fonds d’origine privée permet­tent de faire bouger les choses. 

Bien sûr, le succès de SF n’est pas illi­mité. Le degré d’organisation des fonda­ti­ons via les adhé­si­ons à SF et à proFonds (l’organisation faîtière des fonda­ti­ons d’utilité publi­que de Suisse fondée dès 1990) est d’à peine quatre pour cent et donc bien infé­ri­eur à celui de l’Allemagne, par exemple. Lors de la révi­sion du droit des fonda­ti­ons en cours (intro­du­ite il y a sept ans par l’initiative parle­men­taire «Renforcer l’attractivité de la Suisse pour les fonda­ti­ons» de l’ancien membre du Conseil des États Werner Lugin­bühl), le lobby­ing des deux asso­cia­ti­ons en faveur d’une moder­ni­sa­tion de la légis­la­tion sur les fonda­ti­ons a jusqu’à présent obtenu des résul­tats inter­mé­di­ai­res plus que mode­stes. La disso­lu­tion sans plus de céré­mo­nies du groupe parle­men­taire Phil­an­thro­pie et fonda­ti­ons au début de la légis­la­ture en cours va dans le même sens. Le secteur suisse des fonda­ti­ons doit déci­dé­ment conti­nuer à évoluer.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !