Solu­ti­ons numé­ri­ques pour les fonda­ti­ons d’utilité publi­que suisses

La numérisation offre au Conseil de fondation de précieuses opportunités afin de surmonter les défis de la gestion de fortune.

L’un des plus grands défis auxquels sont confron­tés les conseils de fonda­tion est d’assurer l’utilisation et l’investissement appro­priés des actifs de leur fonda­tion. Les tran­sac­tions inter­na­tio­na­les, les actifs situés à l’étranger et l’environnement régle­men­taire (Common Reporting Stan­dard, CRS) peuvent se révé­ler parti­cu­liè­re­ment compli­qués. La tendance actu­elle à la numé­ri­sa­tion offre de précieu­ses oppor­tu­ni­tés aux conseils de fondation.

La comp­ta­bi­lité numé­ri­que exige que la banque four­nisse des données sous forme numé­ri­que. Cela peut s’avérer diffi­cile car les banques utili­sent des formats et des niveaux de qualité différents. Le trai­te­ment auto­ma­tique des données bancai­res numé­ri­ques dans le système comp­ta­ble de la fonda­tion néces­site le déve­lo­p­pe­ment de diver­ses inter­faces électroniques. 

 Une infra­st­ruc­ture infor­ma­tique adap­tée offre de nombreux avan­ta­ges, tels que la réduc­tion des coûts, l’élaboration effi­cace des rapports (comp­tes annu­els, compte de résul­tat et tableau des flux de trésore­rie), la prépa­ra­tion des décla­ra­ti­ons fisca­les, etc. 

Les rapports sur les place­ments four­nis­sent au conseil de fonda­tion une vue d’ensemble trans­pa­rente des actifs banc­a­bles et non banc­a­bles. Ces rapports doiv­ent mesu­rer la perfor­mance des actifs à différents niveaux d’agrégation (par exemple, de la classe d’actifs aux différents porte­feuilles en passant par la perfor­mance conso­li­dée). Ils évalu­ent la perfor­mance à l’aide d’un point de réfé­rence appro­prié. . Par consé­quent, des évalua­tions indé­pen­dan­tes sont crucia­les. Du point de vue de la gestion des risques, les porte­feuilles de place­ment devrai­ent être évalués sur une base inté­grée et conso­li­dée. Le Conseil de fonda­tion doit contrô­ler régu­liè­re­ment les place­ments et les compa­rer à la stra­té­gie de place­ment du cont­rat de gestion de fortune. Selon les statuts de la fonda­tion, l’autorité de surveil­lance compé­tente révi­sera la stra­té­gie de gestion de fortune au même titre que les exigen­ces de la prévoyance profes­si­on­nelle suisse (OPP2). 

Enfin, le contrôle total de l’ensemble des flux de trésore­rie, des honor­ai­res et des coûts est une condi­tion préal­able à l’évaluation de la perfor­mance d’un gesti­onn­aire d’actifs. Ils doiv­ent être compa­rés aux rede­van­ces perçues sur le marché concur­ren­tiel. On peut s’attendre à des écono­mies supplé­men­taires si différents produits, tels que les états finan­ciers annu­els ou les rapports d’investissement, peuvent être créés sur la base des mêmes données.

Certai­nes socié­tés fidu­ci­ai­res suis­ses propo­sent désor­mais à leurs clients des solu­ti­ons numé­ri­ques de comp­ta­bi­lité et de reporting d’investissement, c’est pour­quoi il est conseillé de bien se rens­eig­ner sur les prestataires. 

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !