Karin Schumacher, à l’entrée de la salle de réunion Nissan. Photo: Kostas Maros.

Sauter le pas de la numérisation

Chère lectrice, cher lecteur,

Vous vous deman­dez peut-être qui, de nos jours, a encore besoin d’un nouveau maga­zine papier? Et n’est-ce pas une contra­dic­tion que de cons­ac­rer le premier numéro au thème de la numérisation?

Au contr­aire. Les gens sont multi­di­men­si­on­nels. Nous évoluons dans un monde numé­ri­que et analo­gi­que. Penchant parfois plus pour l’un que pour l’autre, parfois pour les deux en même temps. Bien sûr, notre réalité quoti­di­enne devi­ent de plus en plus numé­ri­que. Mais nous n’avons pas à choi­sir l’une ou l’autre de ces deux dimen­si­ons. Il nous incombe au contr­aire de les relier. 

C’est la raison pour laquelle je ne considère pas The Philanthropist comme un produit exclu­si­ve­ment papier. Nous créons des conte­nus passi­on­nants que nous diffu­sons au format numé­ri­que et papier. Ceux qui lisent le maga­zine imprimé sont invi­tés à visi­ter l’espace numé­ri­que. C’est exac­te­ment ce qui corre­spond à l’univers actuel des fonda­ti­ons. Car cet univers est multi­ple: des cryp­to­fon­da­ti­ons, qui sont parfois des zones d’ombre même pour de nombreux adep­tes du numé­ri­que, aux très peti­tes fonda­ti­ons, qui rangent leurs archi­ves papier dans des boîtes à chaus­su­res. C’est cette diver­sité que nous souhai­tons montrer. Bien sûr, il est vrai que de nombreu­ses fonda­ti­ons ne sont qu’aux balbu­tie­ments de la numé­ri­sa­tion. Nous ne pouvi­ons donc pas éviter ce sujet. 

Avec ce maga­zine, nous voulons nous saisir de conte­nus communs et contri­buer à rappro­cher les acteurs des fonda­ti­ons. Notre secteur a beau­coup de poten­tiel. Et la numé­ri­sa­tion peut nous aider. Elle peut contri­buer à nous rendre plus effi­caces. Ainsi, si nous parvenons à éveil­ler votre curio­sité envers nos conte­nus et les sujets trai­tés, alors nous aurons déjà atteint notre premier objec­tif. Le secteur des fonda­ti­ons a besoin de person­nes curi­eu­ses et ouver­tes aux nouvel­les idées.

Je vous souhaite une lecture inspirante. 

Dr. Peter Buss
PDG et éditeurs

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !