Pour et avec les artistes

Donner l’espace nécessaire

La fonda­tion Landis & Gyr fête ses 50 ans d’existence. Elle s’engage avec passion en faveur de la culture. Depuis le mois d’août, Nela Bunje­vac dirige cette fonda­tion cultu­relle zougo­ise riche de traditions.

La fonda­tion Landis & Gyr est nichée au cœur de Zoug, là où elle a toujours été ces 50 derniè­res années. Elle a été créée en 1971 à partir du groupe indu­striel Landis & Gyr, spécia­lisé dans l’électrotechnique. Cette année-là, l’entreprise fêtait ses 75 ans et connais­sait son apogée. «L’entreprise tour­nait à plein régime, jouis­sait d’une renom­mée inter­na­tio­nale et employait 13 000 person­nes à travers le monde. Avec près de 5000 employés, Landis & Gyr était le premier employ­eur du canton de Zoug», raconte Nela Bunje­vac. Dans ce climat d’entreprise prospère est alors née l’idée de créer une fonda­tion à partir de cette société avec la famille Gyr. Cela n’a donné lieu ni à une fonda­tion fami­liale, ni à une fonda­tion d’entreprise, mais à une fonda­tion culturelle.

Atta­chés aux employés et au site

La direc­trice souli­gne que «la créa­tion de la fonda­tion est l’expression d’une grande responsa­bi­lité envers les employés et la popu­la­tion zougo­ise. Les respons­ables ont toujours été très atta­chés à leur site.» Les employés et la popu­la­tion devai­ent profi­ter du succès de l’entreprise. À travers les acti­vi­tés, on voulait au départ surtout expri­mer sa grati­tude envers les employés et leur donner accès à la culture en leur offrant des billets pour des concerts, des confé­ren­ces et des expo­si­ti­ons d’œuvres d’art. En paral­lèle, la fonda­tion a créé sa collec­tion d’œuvres d’art et apporté son soutien à des arti­stes issus de la Suisse centrale avec des prix de promo­tion et des finan­ce­ments de projets. La notion de culture s’était déjà large­ment déve­lo­p­pée et englo­bait égale­ment la fonda­tion sur le plan social, tech­ni­que et scientifique.

Deux instru­ments de finan­ce­ment clairs

Au début des années 80, la fonda­tion a défini ses acti­vi­tés princi­pa­les. «Notre aide repose désor­mais sur deux instru­ments clairs: nous aidons les créa­teurs cultu­rels indi­vi­du­els à travers des ateliers et des bour­ses de voyage et de réali­sa­tion d’œuvres d’art, d’une part, et souten­ons finan­ciè­re­ment des produc­tions et projets d’autre part», souli­gne Nela Bunjevac.

L’Europe de l’Est au cœur de notre action

Après la réuni­fi­ca­tion alle­mande en 1989, la fonda­tion a défini un nouvel élément phare de son acti­vité, l’Europe de l’Est, avec la volonté de déve­lo­p­per les échan­ges cultu­rels. Elle a alors inve­sti dans le déve­lo­p­pe­ment d’instituts de scien­ces humai­nes et socia­les, tels que les Insti­tu­tes for advan­ced studies à Buca­rest, Buda­pest et Sofia. Son enga­ge­ment est aujourd’hui parti­el­lement main­tenu. «À Buca­rest, Buda­pest et Sofia, nous propo­sons des appar­te­ments ateliers», déclare la direc­trice, et, depuis quel­ques années, des bour­ses de voya­ges dans les Balkans et en Turquie se sont ajou­tées à cette offre.

Vivre avec son temps

«En matière d’interculturalité, nous avons une acti­vité de soutien rela­ti­ve­ment nouvelle», se réjouit Nela Bunje­vac. «Nous voulons jouer un rôle plus important et soutenir les projets cultu­rels de person­nes issues de famil­les ayant immi­gré. Une fonda­tion cultu­relle doit être vivante et réagir face aux situa­tions actu­el­les. Pendant la crise du coro­na­vi­rus, alors que tout était à l’arrêt et que les scènes étai­ent vides, la fonda­tion a solli­cité des dona­teurs supplé­men­taires de manière simple et rapide pour aider les arti­stes. Aujourd’hui, la demande repart à la hausse. Les gens veulent travail­ler; ils sont dans les star­ting-blocks et ont envie des créer après cette pause forcée.

Extrait de la plaquette commé­mo­ra­tive: I, arti­ste spon­so­risé, o, manu­fac­ture histo­ri­que, r, siège de la fondation.

L’engagement fort de la famille des fondateurs

À la fin des années 80, la fonda­tion Landis & Gyr s’est entiè­re­ment déta­chée de l’entreprise. Depuis, elle pour­suit sa route de manière tota­le­ment indé­pen­dante. Toute­fois, elle a gardé un lien étroit avec la famille des fonda­teurs qui lui fait régu­liè­re­ment d’importantes dona­ti­ons. Trois des neuf membres du conseil d’administration repré­sen­tent la troi­sième géné­ra­tion de cette famille. «Le conseil d’administration se compose de person­nes ayant des spécia­li­tés très diffé­ren­tes», se réjouit Nela Bunje­vac, avant d’ajouter: «C’est très enrichissant.»

Nela Bunje­vac a pris ses fonc­tions en août et tien­dra bien­tôt sa première réunion du conseil d’administration. Forte de sa solide expé­ri­ence en matière de promo­tion de la culture, elle est toute­fois déjà plei­ne­ment impli­quée dans le quoti­dien de la fonda­tion et se réjouit de travail­ler en lien direct avec les créa­teurs cultu­rels et d’entretenir avec eux un contact étroit.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !