Plus de rende­m­ents et moins de risques pour le porte­feuille de votre fondation

Les fondations d’utilité publique ont toutes un objectif. Afin de l’atteindre, elles versent généralement une partie de leurs revenus à leurs bénéficiaires. Ces revenus proviennent des investissements réalisés avec les actifs de la fondation.

L’investissement des actifs de la fonda­tion doit répondre à plusieurs critè­res, qui sont parfois en conflit les uns avec les autres. L’investisseur déter­mine d’abord son objec­tif sous la forme d’un rende­ment espéré ou d’un budget de risque. Cinq condi­ti­ons doiv­ent être prises en compte: l’horizon de place­ment, les besoins régu­liers en liqui­di­tés ou en capi­taux, les aspects fiscaux et juri­di­ques, mais aussi les restric­tions indi­vi­du­el­les telles que l’interdiction d’investir dans le tabac ou l’armement.

La mission d’un gesti­onn­aire de patri­moine consi­ste à atteindre l’objectif visé dans les condi­ti­ons défi­nies par l’investisseur.

Pr. Uwe Heller, CFA Senior Invest­ment Stra­te­gist Respons­able Recher­che et Développement.

La stra­té­gie d’investissement d’un porte­feuille de fondation

Habi­tu­el­lement, les actifs de la fonda­tion sont inve­stis de manière défen­sive. Les obli­ga­ti­ons sont géné­ra­le­ment la princi­pale compo­sante du porte­feuille d’une fonda­tion. Ces derniè­res années, cepen­dant, les rende­m­ents des obli­ga­ti­ons n’ont cessé de bais­ser. Actu­el­lement, nous avons même atteint des rende­m­ents néga­tifs pour les obli­ga­ti­ons fédé­ra­les suis­ses, quelle que soit leur échéance.

T.I.N.A.

Jean-David von Orelli, Expert en finan­ces et inve­stis­se­ments Busi­ness Deve­lo­p­ment, Drey­fus Banquiers.

Compte tenu de cette évolu­tion, la question se pose de savoir quel­les sont les alter­na­ti­ves d’investissement aux obli­ga­ti­ons. C’est dans ce contexte que nous avons le plai­sir de vous présen­ter «T.I.N.A». T.I.N.A est l’acronyme de «There Is No Alter­na­tive», il n’y a pas d’alternative aux actions en raison des faibles taux d’intérêt.

Récem­ment, de nombreux conseils de fonda­tion ont décidé d’augmenter la propor­tion d’actions dans leurs porte­feuilles. Ils ont eu raison de prendre cette déci­sion jusqu’à présent, car les prix sur les marchés bour­siers mondiaux ont pres­que triplé depuis la crise finan­cière de 2007–2008.

Depuis quel­que temps, les marchés bour­siers se préci­pi­tent d’un record à l’autre. De nombreux inve­stis­seurs se méfient de cette évolu­tion. Alors que dans un passé plus loin­tain, le cours des actions augmen­tait d’environ cinq pour cent par an, cette évolu­tion a pres­que doublé depuis la crise finan­cière. Au vu de cette progres­sion, il est légitime de se deman­der combien de temps cette tendance peut encore se poursuivre.

Il est diffi­cile de trou­ver le bon moment pour vendre des actions. Bien qu’il existe divers indi­ca­teurs avan­cés qui prévoi­ent une crise sur les marchés bour­siers, il est souvent diffi­cile de l’identifier.

Anoma­lie du marché: plus de rende­ment et moins de risques

Il est plus facile de prépa­rer le porte­feuille pour la crise, même en péri­ode de hausse des prix des actions. Vous pouvez profi­ter d’une anoma­lie sur le marché financier.

La théo­rie clas­si­que des marchés finan­ciers stipule qu’un risque (systé­ma­tique) plus élevé (mesuré par la fluc­tua­tion du prix de l’action) doit être compensé par un rende­ment plus élevé. Dans la pratique, cepen­dant, on observe depuis des décen­nies un phénomène diffé­rent sur le marché bour­sier. Sur le long terme, les rende­m­ents des actions à faible vola­ti­lité ont dépassé ceux des actions plus risquées (cf. graphi­que 1). Cette stra­té­gie est égale­ment connue dans les milieux spécia­li­sés sous le nom de «vola­ti­lité minimale». 

Déve­lo­p­pe­ment à long terme d’une stra­té­gie de vola­ti­lité mini­male par rapport à un indice mondial d’actions pondéré en fonc­tion de la capi­ta­li­sa­tion (MSCI AC World).

Elle présente toute­fois une faiblesse. Dans les phases de hausse des marchés bour­siers, cette stra­té­gie est souvent à la traîne par rapport à l’indice de capi­ta­li­sa­tion bour­sière. En péri­ode de baisse des prix des actions, cepen­dant, le manque à gagner est plus que compensé. Dans l’ensemble, l’investisseur obti­ent un rende­ment plus élevé dans le temps avec une stra­té­gie de vola­ti­lité mini­male, pour moins de risques.

Afin d’éviter de se retrou­ver trop loin derrière un indice dans les phases de hausse des prix des actions, il est conseillé d’ajouter au porte­feuille des actions qui répon­dent à des normes de qualité spéci­fi­ques. Nous recom­man­dons un ratio de mélange d’un tiers d’actions de qualité pour deux tiers de vola­ti­lité minimale.

La qualité est attendue

Lors de la sélec­tion de ces actions de qualité, vous devez prêter atten­tion à trois critè­res: l’évaluation, la qualité et la vola­ti­lité. En véri­fi­ant l’évaluation, vous évitez d’acheter des actions suréva­luées. Dans la litté­ra­ture spécia­li­sée, la qualité d’une entre­prise est géné­ra­le­ment défi­nie par une renta­bi­lité élevée et stable. À cela s’ajoutent des carac­té­ri­sti­ques telles qu’un faible finan­ce­ment par l’emprunt et une grande effi­cacité opéra­ti­on­nelle. En ce qui concerne la vola­ti­lité, veil­lez à nouveau à ne pas inclure dans votre porte­feuille des socié­tés dont le cours des actions fluc­tue fortement.

Un porte­feuille de qualité pour le marché mondial des actions comprend des actions indi­vi­du­el­les de premier plan telles que Louis Vuit­ton (LVMH) et Novo Nordisk. Les entre­pri­ses tech­no­lo­gi­ques de la nouvelle écono­mie, telles que Apple, Amazon et Alpha­bet (autre­fois Google), répon­dent égale­ment à ces normes de qualité. Selon nous, les meilleu­res entre­pri­ses suis­ses en termes de qualité sont Emmi, Lonza et Sika.

Diver­si­fiez votre portefeuille

Comme alter­na­tive aux actions et aux obli­ga­ti­ons, l’immobilier suisse et l’or peuvent être ajou­tés au porte­feuille par souci de diversification.

Il est possi­ble d’investir dans l’immobilier direc­te­ment, c’est-à-dire physi­que­ment sous la forme d’un appar­te­ment ou d’une maison, ou indi­rec­te­ment par le biais de parts et de fonds immo­bi­liers. Ces derniers devrai­ent d’ailleurs toujours se retrou­ver dans un porte­feuille de fonda­tion. Bien que les prix de l’immobilier indi­rect aient forte­ment augmenté ces derniers temps, il existe encore quel­ques titres à la valeur attrac­tive, tels que Nova­vest Real Estate AG ou SF Urban Proper­ties AG.

Dans un contexte de taux d’intérêt bas et d’anticipations crois­san­tes de déva­lua­tion moné­taire (infla­tion), l’or en parti­cu­lier génère des profits. L’or a toujours été considéré comme un refuge et est utilisé pour proté­ger un porte­feuille. Selon nous, le prix de l’or devrait conti­nuer à augmen­ter dans un avenir proche. Toute­fois, n’oubliez pas le risque de change, car l’or est négo­cié en dollars améri­cains. Étant donné la diffé­rence actu­elle de taux d’intérêt entre le dollar améri­cain et le franc suisse et les coûts de couver­ture élevés qui y sont asso­ciés, nous nous abstien­d­r­i­ons actu­el­lement de couvrir (entiè­re­ment) ce risque de change.

En résumé, pour un inve­stis­se­ment promet­teur des actifs d’une fonda­tion, on peut dire qu’il est crucial de défi­nir la bonne stra­té­gie d’investissement et de la mettre en œuvre de manière profes­si­on­nelle et disci­pli­née. Et surtout, vous devez toujours garder les risques à l’esprit. La stra­té­gie que vous avez choi­sie est-elle la bonne et avez-vous correc­te­ment évalué les risques actu­els?
Adres­sez-vous à votre conseil­ler bancaire.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !