Phil­an­thro­pie régionale

En janvier 2023 débu­tera la forma­tion de type CAS Opera­tio­nal Phil­an­thropy, propo­sée par l’UNIGE. L’un de ces modu­les, inti­tulé «Inter­ac­ting with regio­nal Phil­an­thro­pic Reali­ties», jette un regard neuf sur la phil­an­thro­pie et le déve­lo­p­pe­ment, dans une perspec­tive locale et non occi­den­tale. À cet égard, il met en lumière la déco­lo­ni­sa­tion de la phil­an­thro­pie. Pour mener à bien des projets avec succès et de manière éthi­que, au-delà des fron­tiè­res et des cultures, les orga­ni­sa­ti­ons phil­an­thro­pi­ques doiv­ent étab­lir des rela­ti­ons soli­des avec les ONG et les mouve­ments de base sur le terrain. Ce module se concentre sur les stra­té­gies permet­tant d’impliquer les enti­tés loca­les dans l’analyse et la plani­fi­ca­tion des projets, et d’anticiper les éven­tu­el­les consé­quen­ces non inten­ti­on­nel­les de ces derniers. Il aborde égale­ment la polé­mi­que actu­elle sur la légiti­mité de la phil­an­thro­pie, qui donne lieu à des initia­ti­ves trans­fron­ta­liè­res bien inten­ti­onnées, mais mal conçues. Gul Rukh Rahman, direc­trice de la fonda­tion Empower Fami­lies for Inno­va­tive Phil­an­thropy Foun­da­tion (ERFIP) et inter­ven­ante dans ce module, déclare dans un entre­tien en ligne avec The Philanthropist: «En soi, il n’y a rien à redire à la phil­an­thro­pie mondiale. Mais il est très préoc­cup­ant que toutes les déci­si­ons soient prises ailleurs que dans la commu­n­auté ou le pays béné­fi­ci­aire.» Elle s’exprimera sur l’écart Nord-Sud, le concept de phil­an­thro­pie parachu­tée, la phil­an­thro­pie mondiale et la culture de la dépendance.

Voir l’in­ter­view

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !