Photo: Herbert Zimmermann

«Nous avons besoin de la nature. Elle n’a pas besoin de nous.»

Durable par nature

L’ancienne conseil­lère d’État argo­vi­enne Susanne Hoch­uli est prési­dente de Green­peace Suisse depuis 2018. Elle souli­gne le côté prag­ma­tique de Green­peace et le carac­tère inviol­able de son indépendance.

Êtes-vous sous surveil­lance parti­cu­lière en tant que prési­dente du conseil de fonda­tion de Greenpeace?

Susanne Hoch­uli: Je ne le pense pas. Je ne suis pas parti­cu­liè­re­ment active dans le domaine public dans cette fonc­tion. Mon travail est tourné vers l’intérieur, ce que j’apprécie beau­coup. Nous avons nos exper­tes et nos experts. Ce sont eux qui repré­sen­tent nos inté­rêts à l’extérieur.

Mais ne subis­sez-vous pas la pres­sion consi­stant à devoir vous comporter en exemple par rapport au reste de la société en matière environnementale?

Conseil­lère d’État des Verts dans un canton bour­geois, j’ai été respons­able de l’hébergement des deman­deurs d’asile – j’ai l’habitude des atta­ques (rires). Mais bien entendu, je me sens enga­gée en faveur du déve­lo­p­pe­ment dura­ble sur le plan person­nel. Je ne suis pas un ange, mais j’ai passé mon enfance dans une ferme. Mon ex-parten­aire et moi l’avons trans­for­mée en ferme bio. Je suis chez les Verts. J’ai été à l’initiative de la start-up «welt­weit-essen». Nous produi­sons des aliments biolo­gi­ques culti­vés en permaculture.

Quel cela fonctionne-t-il?

L’idée est de prendre soin de la nature. On prend, mais on donne égale­ment. C’est un savoir ance­stral. L’utilisation consci­en­cieuse de la nature me donne grande satis­fac­tion. Si l’humanité veut survivre, nous avons besoin que les bases de notre existence, le sol, l’eau, l’air, mais aussi le climat, soient préser­vées. Nous n’avons pas besoin de nous faire de souci pour l’environnement: il nous survivra. 

Il ne s’agit donc pas à vos yeux de proté­ger l’environnement, mais l’espèce humaine?

Tout dépend de la manière dont nous considé­rons le monde. Quand j’observe la nature, je suis souvent éton­née de la force avec laquelle elle s’adapte aux chan­ge­ments. La question est de savoir si l’humanité va survivre à ces chan­ge­ments. La vision pour­sui­vie par Green­peace est que la vie puisse exister dans toute sa diver­sité. Je souhaite une terre où il ne soit pas question unique­ment de survie. Ça a des allu­res de combat. Je veux une Terre sur laquelle ce qui compte, c’est que la vie soit belle, socia­le­ment équi­ta­ble et saine pour chacun d’entre nous. Et ramené à la nature, cela signi­fie ceci: nous avons besoin de la nature. Elle n’a pas besoin de nous. Si nous savons quelle propor­tion de sols devi­ent stérile chaque année parce que nous le surex­ploitons, c’est à la portée d’un enfant de comprendre que nous nous privons – et privons de nombreux autres êtres vivants – des fonde­m­ents de notre existence. Ce que nous faisons subir à la nature nous retombe dessus tôt ou tard. La santé des écosy­stè­mes, des êtres humains et des animaux est une unité. Voilà pour­quoi la loi sur le CO2 est si importante et pour­quoi je souti­ens les deux initia­ti­ves sur les pesticides. 

Nous devons prendre davan­tage consci­ence que nous nous nuisons à nous-mêmes.

Comment faire?

La pandé­mie de coro­na­vi­rus en est un exemple. Elle est un problème pour nous, les Hommes, pas pour la nature. Le fait qu’on ait pu en arri­ver là s’explique par notre style de vie, la dest­ruc­tion d’habitats, la mondia­li­sa­tion et notre niveau élevé de mobi­lité. J’espère que les gens se deman­dent à qui notre compor­te­ment nuit, car c’est d’abord à nous-mêmes que nous nuisons.

Vous avez été conseil­lère d’État. Vous savez comment celui-ci fonc­tionne. Les ONG et les béné­vo­les sont-ils actifs là où l’État échoue?

En Suisse, énor­mé­ment de travail béné­vole est réalisé dans un grand nombre de domai­nes. Est-ce un manque­ment de la part de la classe poli­tique? Ou plutôt un manque­ment de la part de la société? Dans une démo­cra­tie, la classe poli­tique est une image de la société. Je dirais donc qu’il s’agit de manque­ments de la part de la société dans son ensem­ble. C’est si simple de rejeter la faute sur la classe poli­tique. Cela permet de ne pas être soi-même dans le collimateur.

Qu’est-ce qu’une fonda­tion est plus capa­ble de faire que l’État ou une entreprise?

L’économie est surtout soucieuse de maxi­mi­ser ses profits. Les ONG donnent la prio­rité à une cause. Elles défen­dent cette cause, elles s’y sont enga­gées. Les ONG ou les fonda­ti­ons peuvent atti­rer régu­liè­re­ment l’attention de la société de manière plus sincère ou plus auda­cieuse sur les manque­ments consta­tés. Elles ne sont pas aussi liées au pouvoir. Elles ne sont pas obli­gées d’avoir autant d’égards.

Quel est votre degré de liberté en tant que Green­peace Suisse par rapport à l’organisation internationale?

Nous faisons bien entendu front commun. Nous souten­ons les objec­tifs de Green­peace Inter­na­tio­nal au niveau mondial. Nous les mettons en œuvre en Suisse en tant que qu’organisation natio­nale. Si la prio­rité est donnée à la protec­tion de l’Antarctique ou des mers, nous essay­ons de les «helvé­ti­ser». Nous réflé­chis­sons à la manière de rendre ce thème acces­si­ble aux person­nes vivant en Suisse. 

L’Antarctique et la chasse à la baleine donnent lieu à des images spectaculaires.

Les images fortes émeu­vent les gens. Prenez le problème du plastique. La Suisse a une consom­ma­tion de plastique extrême. Nous contri­buons nous aussi à la pollu­tion des mers due au plastique. Nous l’utilisons. Nous faisons en sorte qu’il soit fabri­qué. On a le droit d’attirer l’attention sur ces problè­mes à l’aide d’images spec­ta­cu­lai­res. Mais Green­peace ne travaille pas seule­ment en utili­sant de telles images. Nous travail­lons scien­ti­fi­que­ment. Cet hiver, nous avons montré à travers une étude de terrain comment les pesti­ci­des chimi­ques de synthèse dériv­ent et se disper­sent par la voie des airs. Green­peace aide en outre à trou­ver des solu­ti­ons. Nous essay­ons de montrer comment notre société peut s’améliorer et de l’aider dans ce sens. 

Quelle est l’intensité de votre coopé­ra­tion avec les acteurs économiques?

Nous échan­ge­ons avec d’autres acteurs. Par exemple, nous iden­ti­fi­ons des alter­na­ti­ves aux embal­la­ges à usage unique. Paral­lè­le­ment, nous gardons toujours notre indé­pen­dance pour pouvoir criti­quer les entre­pri­ses publiquement. 

Photos: Herbert Zimmermann

Vous avez appelé à faire usage des offres à l’emporter des restaurants. 

La pandé­mie est une situa­tion excep­ti­on­nelle. Elle tourmente les gens et les met en situa­tion de détresse. Notre appel avait pour objec­tif d’attirer l’attention sur la situa­tion diffi­cile de la gastro­no­mie et de présen­ter des solu­ti­ons très pragmatiques.

Mais les plats à l’emporter sont synony­mes de plastique?

Le fait est que de nombreu­ses entre­pri­ses de restau­ra­tion sont passées rapi­de­ment aux offres à l’emporter. La plupart d’entre elles n’ont pas eu le temps de se procu­rer des embal­la­ges réuti­li­sables. Mais Green­peace veut contri­buer à résoudre ce problème à long terme. Se conten­ter de montrer du doigt les erreurs des autres n’est utile à personne. 

Où posez-vous la limite avec l’économie?

Nous n’accepterons jamais d’argent ou de presta­ti­ons. L’indépendance est très forte­ment ancrée chez nous. Nous accep­tons des dons en proven­ance de person­nes privées et de fonda­ti­ons. Nous sommes indé­pen­dants sur le plan finan­cier et voulons le rester, de la même manière que nous sommes indé­pen­dants sur le pan politique. 

C’est-à-dire?

L’exercice de mandats poli­ti­ques au niveau commu­nal ou plus élevé n’est pas compa­ti­ble avec un emploi chez Green­peace. Cela comprend l’exercice de fonc­tions exécu­ti­ves, légis­la­ti­ves et judi­ci­ai­res et la candi­da­ture à ces fonctions.

Green­peace est indé­pen­dante sur le plan poli­tique mais inter­vi­ent sur des thèmes poli­ti­ques. Certai­nes voix veulent actu­el­lement inter­dire aux ONG exoné­rées d’impôts d’intervenir au niveau poli­tique. Observe-t-on une situa­tion simi­laire dans d’autres pays?

Certains pays connais­sent très bien cette situa­tion. Certains de nos bureaux connais­sent une pres­sion extrême et sont même perqui­si­ti­onnés. Il est diffi­cile de rece­voir dans ces pays l’argent néces­saire pour faire notre travail. 

Et en Suisse?

Jusqu’à l’initiative multi­na­tio­na­les respons­ables, la pres­sion sur les ONG n’était pas très forte en Suisse. Mais la campa­gne de vota­tion était empoi­son­née. Nous ne pour­rons jamais riva­li­ser avec le pouvoir finan­cier et de lobby­ing des multi­na­tio­na­les. De plus en plus de person­nes n’acceptent plus ce pouvoir des multi­na­tio­na­les. Et c’est une bonne chose! Les liens entre les multi­na­tio­na­les et la classe poli­tique sont un poison pour le climat, la biodi­ver­sité et le bien commun. Green­peace dénonce, docu­mente, mobi­lise et apporte son exper­tise dans la protec­tion de l’environnement et du climat. Nous mettons le doigt dans la plaie. Je pense qu’il est très dange­reux de dire que les ONG n’ont pas le droit d’être acti­ves sur le plan politique. 

Pour­quoi?

Dans un pays comme la Suisse, les chan­ge­ments ont lieu via la poli­tique. Nous aurons régu­liè­re­ment à parti­ci­per à des votes. Il est important que les voix des ONG soient enten­dues: les autres voix se feront égale­ment entendre. 

Est-il devenu plus diffi­cile de se faire entendre? Le déve­lo­p­pe­ment dura­ble est d’actualité. De plus en plus d’organisations ne pren­nent-elles pas posi­tion sur ce thème?

Cela ne me dérange pas si de nombreux acteurs travail­lent sur ce sujet. Chaque orga­ni­sa­tion réus­sit à toucher de nouvel­les person­nes. Le mouve­ment clima­tique parle aux très jeunes et les motive à s’engager et à avoir une pensée poli­tique. Bien sûr, on pour­rait dire qu’il s’agit de dona­tri­ces et de dona­teurs poten­tiels que nous perdons. Mais pour moi, il n’y a pas de concurrence. 

Plutôt une collaboration?

Le déve­lo­p­pe­ment dura­ble est un sujet important. Nous pouvons nous esti­mer heureux d’avoir des alliés travail­lant sur d’autres aspects qui ont un autre accès à la poli­tique ou à l’économie. C’est un bon complé­ment. Nous avons besoin de cet enga­ge­ment commun. 

Mais le thème s’est comple­xi­fié. Est-il plus diffi­cile pour vous d’expliquer ce qui rend Green­peace unique?

Je ne vois pas cela de manière néga­tive. Plus nous nous immer­ge­ons dans un sujet complexe, plus nous réali­sons que nous ne savons pas encore tout. Créer des connais­san­ces et les trans­mettre, telle est la mission de Green­peace. Nous devons rendre les choses intel­li­gi­bles. Et nous le faisons à notre façon à la fois unique et indé­pen­dante. Nous avons bien entendu besoin de dons et ne pouvons faire ce travail que si les gens nous le confient.

Quels grands défis voyez-vous pour Greenpeace?

Les défis ne concer­nent pas seule­ment Green­peace, nous sommes tous dans le même bateau. Nous devons prendre soin de notre Terre. Nous, Suis­ses, sommes parti­cu­liè­re­ment mis au défi parce que nous avons les ressour­ces, l’éducation et les possi­bi­li­tés de mettre en œuvre les chan­ge­ments. Les gens ont besoin de vivre une vie à la fois belle et équi­ta­ble dans toute sa diver­sité sur toute la planète.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !