Notre manque d’ambition est regrettable

Les femmes unies pour l’égalité

Caro­lina Müller-Möhl compte parmi les phil­an­thro­pes les plus enga­gées et les plus célè­bres de Suisse. Elle s’engage en faveur de l’éducation, de la promo­tion écono­mi­que et de la promo­tion de la femme via la Müller-Möhl Foun­da­tion. Elle considère l’imposition indi­vi­du­elle comme une étape essen­ti­elle pour parve­nir à l’égalité des droits.

Vous vous enga­gez depuis envi­ron 20 ans pour l’égalité des droits. Vous jetez des ponts entre les acteurs les plus divers et plai­dez pour la créa­tion de condi­ti­ons-cadres favo­ri­sant l’égalité. Pour­quoi le système d’imposition suisse joue-t-il un rôle central à ce sujet? 

Notre objec­tif est que davan­tage de femmes aient une acti­vité profes­si­on­nelle et occup­ent des postes déci­si­on­nels. Ma longue expé­ri­ence montre que le système d’imposition actuel est un important obsta­cle. L’introduction de l’imposition indi­vi­du­elle pour les couples mariés irait dans le sens de notre objec­tif. Ce serait un véri­ta­ble jalon.

Quelle serait la contri­bu­tion exacte de l’imposition individuelle?

Si un couple avec enfants a un double revenu, il passe dans une tran­che d’imposition plus élevée et perd la subven­tion octroyée pour la crèche. Au plus tard à l’arrivée du deuxi­ème enfant, le deuxi­ème salaire – en géné­ral celui de la femme – couvre tout juste les coûts de la garde des enfants. Cela va à l’encontre de ma vision écono­mi­que libérale. 

Pour­quoi?

Cela doit valoir la peine de travail­ler. Si on ajoute les deux salai­res pour les impôts, cela crée de mauvai­ses inci­ta­ti­ons. Une impo­si­tion indi­vi­du­elle va égale­ment de pair avec une autre idée. Nous venons seuls au monde et mourons seuls. Le sexe ne joue aucun rôle dans ce domaine. Et l’état civil n’a égale­ment aucune import­ance dans ce contexte. Cela se traduit aussi par le fait que nous avons tous un passe­port indi­vi­duel. Ma conclu­sion: nous devr­i­ons tous avoir la responsa­bi­lité de signer notre propre décla­ra­tion d’impôt.

Photo: Anne Gabriel-Jürgens

Quel pour­rait être l’impact de cet examen individuel?

L’imposition indi­vi­du­elle donne­rait des inci­ta­ti­ons à l’emploi posi­ti­ves. En 2019, nous avons passé un cont­rat pour la réali­sa­tion d’une étude chez ecoplan en colla­bo­ra­tion avec alli­ance f. Elle montre ce que nous pouvons atteindre si nous élimi­nons les effets fiscaux néga­tifs sur le salaire du conjoint. Nous pour­r­i­ons recon­quérir des employés pour le marché du travail. L’ordre de gran­deur cité par l’étude est de 40 000 à 60 000 postes à temps plein.

Avec un effet posi­tif sur la pénurie de person­nel qualifié?

Tout à fait. L’imposition indi­vi­du­elle serait utile sur le plan écono­mi­que. Elle pour­rait provo­quer un élan écono­mi­que. Davan­tage de femmes sur le marché du travail appor­te­rai­ent un meil­leur rapport coût-effi­cacité. Nous avons en Suisse un système éduca­tif forte­ment subven­ti­onné jusqu’à un haut niveau d’études. C’est un non-sens écono­mi­que si, par exemple, des juri­stes ou des doctores­ses bien formées quit­tent pour toujours le marché de l’emploi après leur mariage et leur premier enfant. En moyenne, ces femmes haute­ment quali­fiées sont ensuite absen­tes du marché de l’emploi pendant plus de 30 ans.

Pour­quoi est-ce si important pour les femmes de rester sur le marché de l’emploi?

Depuis plusieurs années, le taux de nata­lité s’élève à envi­ron 1,5 enfant par femme. Pour se réin­sé­rer plus tard dans la vie profes­si­on­nelle, il est fonda­men­tal, en fonc­tion de leurs possi­bi­li­tés, que les femmes ne quit­tent pas cette dernière entiè­re­ment et pour très long­temps lorsqu’elles fondent une famille. 

Une acti­vité profes­si­on­nelle conti­nue des femmes réduit leur risque de pauvreté lié à l’âge. Ce serait égale­ment préfé­ra­ble pour leur santé: on sait aujourd’hui que les actifs sont moins souvent mala­des que les inactifs. 

De manière tout à fait géné­rale, quelle est l’importance des aspects finan­ciers pour l’égalité?

L’activité profes­si­on­nelle est synonyme d’argent à soi, d’indépendance finan­cière et de pouvoir d’achat, de meilleure retraite… C’est fondamental.

Où voyez-vous des pistes de solutions?

À mon avis, la solu­tion est dans l’interaction entre diffé­ren­tes actri­ces et différents acteurs. Tout le monde devrait aller dans la même direc­tion. L’économie, la poli­tique, la société, les médias, la culture et en premier lieu les femmes elles-mêmes devrai­ent se mobi­li­ser de la même manière pour l’égalité.

«Je vois un avenir placé sous le signe de l’égalité si une majo­rité de femmes s’engage en sa faveur.»
Caro­lina Müller-Möhl

Et où est la phil­an­thro­pie dans tout cela?

Mon expé­ri­ence montre que l’État et le secteur privé assu­ment la responsa­bi­lité centrale. Mais les fonda­ti­ons peuvent atti­rer l’attention sur des sujets import­ants. Elles peuvent agir plus rapi­de­ment et de manière plus agile. Si l’État n’a pas les moyens de finan­cer une étude, une fonda­tion peut inter­ve­nir rapi­de­ment et aisé­ment. De cette manière, les fonda­ti­ons peuvent ajou­ter des sujets à l’agenda politique. 

C’est ce qui fait que vous avez créé la Müller-Möhl Foundation? 

Je me considère comme une phil­an­thrope, c’est-à-dire litté­ra­le­ment une amie de l’humanité. J’ai toujours eu à cœur de comb­attre les inju­sti­ces et d’offrir mon soutien. De fil en aiguille, il s’est trouvé que j’occupais différents mandats en 2012. La remar­que d’un ami a fina­le­ment servi de déclen­cheur à la créa­tion de la Müller-Möhl Foun­da­tion. Il m’a dit qu’on ne compre­nait plus tout ce que je faisais et que je devrais créer un récepta­cle adapté. 

Vous vouliez regrou­per vos différents engagements?

Je voulais regrou­per sous le même toit tous mes enga­ge­ments, mes centres d’intérêt et mes coopé­ra­ti­ons avec des orga­ni­sa­ti­ons d’utilité publi­que. Et je voulais profes­si­onnali­ser le travail.

C’est-à-dire?

Aujourd’hui, nous sommes une équipe de quatre person­nes. Et nous travail­lons bien entendu égale­ment avec une assi­stance externe, par exemple pour les questi­ons juridiques.

Photo: Anne Gabriel-Jürgens

Vous vous enga­gez dans les domai­nes de l’éducation, de la promo­tion écono­mi­que et de la conci­lia­tion entre vie profes­si­on­nelle et vie fami­liale et de la promo­tion des femmes. Comment ce champ d’activité est-il apparu?

Ce sont tous des sujets qui étai­ent négli­gés en Suisse au moment de la créa­tion de la Müller-Möhl Foun­da­tion, notam­ment ce qui concerne les femmes. 

Comment les domai­nes que vous soute­nez s’articulent-ils entre eux?

Ils vont de pair les uns avec les autres. Par exemple, un meil­leur système d’éducation prés­co­la­ire, de garde et d’éducation nous permet de mieux conci­lier vie profes­si­on­nelle et vie fami­liale. Cela vaut autant pour les mères que pour les pères. Nous l’avons démon­tré dans une étude: les parents se sentent plus confi­ants quand ils savent que leurs enfants sont bien stimu­lés et formés. C’est la base de la conci­lia­tion entre travail et famille. La forma­tion conti­nue est liée à la promo­tion écono­mi­que. Davan­tage de femmes repren­ant une acti­vité profes­si­on­nelle permet une crois­sance écono­mi­que plus forte. Cela est synonyme de promo­tion écono­mi­que et contri­bue à remé­dier à la pénurie de person­nel quali­fié. C’est un domaine dans lequel il existe des recou­pements avec d’autres de mes mandats, par exemple celui que j’occupe chez Avenir Suisse. 

Comment soute­nez-vous les femmes repren­ant une acti­vité professionnelle?

La Müller-Möhl Foun­da­tion souti­ent entre autres le programme de l’Université de Saint-Gall «Women Back to Busi­ness», depuis le départ, c’est-à-dire plus de treize ans. Il offre par exemple des répon­ses à la pénurie de person­nel quali­fié. Nous avons besoin de femmes acti­ves quali­fiées pour y faire face. Cela renforce l’aide régio­nale et la promo­tion écono­mi­que et contri­bue à la prospé­rité future. Ce programme existe en outre en anglais, il conti­nue à être déve­lo­ppé en perma­nence et sera prochai­ne­ment proposé en ligne.

Le programme a‑t-il fait ses preuves?

De nombreu­ses femmes et mères veulent reprendre une acti­vité profes­si­on­nelle, mais elles se sentent peu sûres d’elles parce qu’elles ont quitté leur métier de longues années. Elles sont parfois sous-quali­fiées ou ont trop peu plani­fié leur carri­ère; elles manquent éven­tu­el­lement de confi­ance en elles et n’ont pas suffi­sam­ment fait leur promo­tion. Souvent, les femmes qui ont eu leurs enfants à l’âge de 30 ans ont ensuite de gran­des diffi­cul­tés à reve­nir sur le marché de l’emploi. C’est là qu’intervient «Women Back to Busi­ness». Ce programme de qualité a été déve­lo­p­pe­ment conjoin­te­ment avec la profes­seure Gudrun Sanders de l’Université de Saint-Gall. La Müller-Möhl Foun­da­tion y a parti­cipé durant ces treize années, notam­ment en donnant des idées. Nous avons inve­sti du temps, ouvert des portes et accom­pa­gné et spon­so­risé le projet en lui faisant béné­fi­cier de notre longue expé­ri­ence. C’est toujours de cette manière que nous travail­lons en tant que fondation. 

Quel est le taux de réus­site du programme?

Les trois quarts des parti­ci­pan­tes réus­sis­sent leur retour sur le marché du travail. Ce programme offre donc une contri­bu­tion précieuse à l’égalité. Les femmes sont de retour sur le marché du travail, peuvent se réali­ser sur le plan profes­si­on­nel, devi­en­nent indé­pen­dan­tes et sont mieux proté­gées en raison de leur sensi­bi­li­sa­tion accrue aux aspects financiers. 

Photo: Anne Gabriel-Jürgens

Comment est-il possi­ble de sensi­bi­li­ser aux aspects financiers?

En promou­vant la «Finan­cial Liter­acy», c’est-à-dire la culture géné­rale rela­tive aux questi­ons finan­ciè­res, nous contri­buons d’un côté à intéres­ser les femmes aux finan­ces et de l’autre à proté­ger les jeunes de l’endettement à travers d’autres projets. Les citoy­ennes et les citoy­ens finan­ciè­re­ment auto­no­mes possé­dant des connais­san­ces entre­pre­neu­ria­les et finan­ciè­res agis­sent de manière plus consciente.

Comment jugez-vous la situa­tion sur le plan de l’égalité dans le monde des fondations?

La gent mascu­line domine massi­ve­ment. 80% des prési­dents sont des hommes. Envi­ron un tiers des orga­nes de fonda­ti­ons sont exclu­si­ve­ment mascu­lins. Ces orga­nes de déci­sion qui gèrent des milli­ards de francs ne repré­sen­tent la société en aucune façon. On ne peut chan­ger cela qu’en faisant entrer des femmes dans les fonda­ti­ons l’on siège. Ce n’est toute­fois pas toujours possible.

Pour­quoi?

Il existe des fonda­ti­ons dont les statuts stipu­lent que les dona­teurs sont repré­sen­tés au conseil de fonda­tion. Si l’argent provi­ent d’une entre­prise privée dont le PDG et le prési­dent du conseil d’administration sont des hommes et qu’un des deux doit siéger à la fondation…

… c’est donc un problème structurel?

Oui, tout à fait. 

Comment pour­rait-on donc encou­ra­ger l’égalité dans les entreprises?

L’essentiel est que les condi­ti­ons-cadres soient adap­tées. Edge, une de nos orga­ni­sa­ti­ons parten­aires, est un instru­ment d’évaluation et de certi­fi­ca­tion d’entreprise leader sur le plan mondial pour l’égalité des sexes. À l’aide d’un outil d’évaluation, les entre­pri­ses peuvent se compa­rer à d’autres entre­pri­ses sur le plan de l’égalité. Les critè­res analy­sés sont par exemple les salai­res, les promo­ti­ons et le tuto­rat. Cet outil indi­que égale­ment le poten­tiel d’amélioration de l’entreprise. Un certi­fi­cat est déli­vré à la fin du processus.

Le fait qu’il existe encore des certi­fi­cats montre que cela ne va pas encore de soi. En même temps, on parle de «diver­sity» depuis des décen­nies. Des signes de fati­gue se ferai­ent-ils jour?

Le Global Gender Gap Report 2020 du FEM place la Suisse à la 34e place sur le plan de la parti­ci­pa­tion des femmes à la vie écono­mi­que. Ceci, alors que nous sommes toujours parmi les premiers pour tous les autres indi­ces ayant une valeur écono­mi­que. Nous avons tout simple­ment trop peu d’ambition en matière de parité!

Devrait-il y avoir un poste réservé à la diver­sité des genres dans chaque comité stratégique?

C’est une propo­si­tion valable. Surtout si le comité et la fonda­tion veulent se déve­lo­p­per et rester dans l’air du temps.

Phil­an­thrope par convic­tion on convic­tio
Caro­lina Müller-Möhl a lancé en 2000 le groupe Müller-Möhl, bureau de gestion de patri­moine fami­lial (Single Family Office) spécia­lisé dans les inve­stis­se­ments. Elle a créé la Müller-Möhl Foun­da­tion en 2012. Elle a été conseil­lère d’administration de Nestlé SA et est aujourd’hui notam­ment conseil­lère d’administration de la SA de la NZZ. Elle s’engage égale­ment au sein d’autres instan­ces. Ses princi­pa­les valeurs sont la responsa­bi­lité indi­vi­du­elle, l’indépendance, le courage, la tolé­rance, la justice et la volonté de perfor­mance. Elle se considère comme une citoy­enne enga­gée. Elle croit à la responsa­bi­lité indi­vi­du­elle et à un système de valeurs et écono­mi­que libé­ral.
www.mm-foundation.org

Photo: Anne Gabriel-Jürgens

Vous ne vous enga­gez pas unique­ment pour l’éducation et la promo­tion écono­mi­que, mais égale­ment dans le domaine culturel. 

Nous coopé­rons avec la fonda­tion Orpheum. Celle-ci souti­ent de jeunes soli­stes de musi­que clas­si­que. Quand j’ai reçu cette demande, ma première réac­tion a été de dire que ce n’était vrai­ment pas mon domaine, à moins que nous ne soute­n­i­ons des femmes faisant de la musi­que clas­si­que. En y regar­dant de plus près, nous avons rapi­de­ment réalisé combien il était rare que les postes les plus élevés soient occu­pés par des femmes dans la musi­que clas­si­que. Il n’existe que très peu de chef­fes d’orchestre. Les soli­stes femmes sont aussi bien moins nombreu­ses sur scène que leurs collè­gues mascu­lins. Ceci alors que nous sommes d’accord pour dire que le talent n’a pas de sexe. Nous voulons contreb­a­lan­cer cela en subven­ti­on­nant des concerts offrant une tribune à ces musi­ci­en­nes excep­ti­on­nel­les. En effet, on ne croit que ce qu’on voit. Les exemp­les fémi­nins font école.

La deuxi­ème grève des femmes a été mobilisatrice…

En 2019, la deuxi­ème grève des femmes a montré que les femmes étai­ent soli­dai­res entre elles. Cela m’a touchée. Et cela m’énerve quand des femmes disent que tout va bien, quand des femmes nient entiè­re­ment qu’il existe des obsta­cles struc­tu­rels clai­re­ment iden­ti­fiés, au niveau étatique et entre­pre­neu­rial. Il faut y ajou­ter les biais incon­sci­ents. Tout cela entrave jusqu’à aujourd’hui l’égalité profes­si­on­nelle des femmes et le fait qu’elles puis­sent faire carri­ère au même titre que les hommes.

Comment voyez-vous l’avenir?

Je pars du principe que le 50e anni­ver­saire du droit de vote des femmes, que nous devr­i­ons fêter ensem­ble, va nous booster, y compris pour le proces­sus d’introduction d’une impo­si­tion indi­vi­du­elle. Je vois un avenir placé sous le signe de l’égalité si une majo­rité de femmes (nous sommes stati­sti­que­ment majo­ri­taires) s’engage en sa faveur.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !