L’inclusion comme credo

Une bouffée d’air frais

Bonnes pour le moral, les acti­vi­tés physi­ques sont une véri­ta­ble libé­ra­tion pour les person­nes en situa­tion de handi­cap. Des orga­ni­sa­ti­ons à but non lucra­tif rendent cela possi­ble en élabo­rant un programme adapté au plus grand nombre ou des offres spéciales.

 

«Les acti­vi­tés physi­ques que propose l’association Diffé­ren­ces Soli­dai­res (DS) me permet­tent d’aller en pleine nature, de faire des rencon­tres ou de vivre des sensa­ti­ons hors du commun», souli­gne Antoine.

Il cite l’exemple de la glisse. Antoine souffre de para­ly­sie céré­brale. Ce terme recou­vre des symptô­mes, comme des trou­bles moteurs, liés à une lésion précoce du cerveau encore en matu­ra­tion. Lorsqu’il fait du sport, Antoine est heureux à chaque fois de rele­ver le défi et de se surpas­ser. Il s’enthousiasme: «La liberté de mouve­ment que cela me procure me fait me sentir libre.» Ce qu’il appré­cie dans l’association DS, c’est qu’il y a une très bonne ambi­ance entre les parti­ci­pan­tes et parti­ci­pants et les pilotes. 

Des acti­vi­tés physi­ques bonnes pour le corps et pour l’esprit

Laurence est atteinte d’une myopa­thie, une mala­die des muscles. «La possi­bi­lité d’avoir une acti­vité physi­que aide à penser à autre chose qu’au handi­cap ou à la mala­die, c’est un excel­lent remède pour le moral», insi­ste-t-elle à son tour, avant de pour­suivre: «C’est un moyen de se défou­ler. S’échapper. Pour les accros à l’adrénaline, c’est le pied!» Jean-Luc, père de Lucille, jeune fille handi­capée moteur, fait remar­quer qu’«en tant que poly­han­di­capée, Lucille bouge essen­ti­el­lement en séance de théra­pie. Avec les années, cela devi­ent un peu péni­ble. Grâce à des métho­des adap­tées, elle peut faire de l’exercice en plein air. La durée de l’activité est alors souvent beau­coup plus longue et agré­a­ble qu’en kiné­sithé­ra­pie.» Lucille a connu Diffé­ren­ces Soli­dai­res en discu­tant avec un ami, il y a une dizaine d’années. Son père précise que «grâce à cet ami et à DS, elle s’adonne depuis dix ans à des acti­vi­tés spor­ti­ves et de plein air adap­tées.» Selon lui, il est important pour elle de rencon­trer des amis et de bouger. Il expli­que que «le sport, pour elle, c’est rencon­trer des amis, bouger de manière indé­pen­dante, mais aussi jouer, s’enivrer de la vitesse et épro­u­ver un senti­ment de liberté.» À son sens, sa pratique présente un aspect théra­peu­tique. Les trois adep­tes de sport profi­tent de l’offre de Diffé­ren­ces Solidaires. 

Une ouver­ture à tout le monde

L’association Diffé­ren­ces Soli­dai­res existe depuis plus de douze ans. «À l’époque, il y avait peu de possi­bi­li­tés pour les famil­les comp­tant des membres en situa­tion de handi­cap de parti­ci­per à des acti­vi­tés spor­ti­ves et récréa­ti­ves», raconte Alain Bigey, respons­able de la collecte de fonds chez DS. L’association a commencé avec un projet de ski. Parmi les premiè­res acti­vi­tés propo­sées figu­rait l’entraînement des parents d’enfants handi­capés ou d’autres person­nes intéres­sées. Jusqu’alors, la forma­tion était réser­vée à une mino­rité. Ensuite, DS a mis à la dispo­si­tion des famil­les l’équipement adéquat. Alain Bigey déclare: «Nous voulons que toutes les famil­les puis­sent prati­quer des acti­vi­tés spor­ti­ves. Aujourd’hui, plus de 500 person­nes béné­fi­ci­ent chaque année de notre aide.» Les respons­ables de l’association ont à cœur d’être mobi­les afin de répondre aux besoins des béné­fi­ci­ai­res là où ils se trou­vent. Ils souti­en­nent ainsi les famil­les et les indi­vi­dus dans la plani­fi­ca­tion de leurs activités.

Une bouf­fée d’air frais

Le Behin­der­ten-Sport Club Zürich (BSCZ), qui existe depuis plus de 60 ans, a pour objec­tif de conce­voir une offre aussi attra­yante, variée et profes­si­on­nelle que possi­ble. «Nous souhai­tons encou­ra­ger l’autonomie de nos membres avec une program­ma­tion large et éclec­tique sur différents jours de la semaine, ainsi que des compé­ti­ti­ons et des événe­ments spor­tifs régu­liers», déve­lo­ppe Alain Thüring, direc­teur tech­ni­que du BSCZ. L’association permet aux adep­tes de sport de sortir des struc­tures d’accueil de jour habi­tu­el­les et de multi­plier les conta­cts soci­aux. «Notre but ultime serait que nos membres pren­nent part sur le long terme aux acti­vi­tés spor­ti­ves, à l’équipe enca­drante et au comité direc­teur», expose-t-il.

Le club zurichois entre­ti­ent une étroite colla­bo­ra­tion avec PluSport, la fédé­ra­tion faîtière du sport pour person­nes en situa­tion de handi­cap, qui propose une large gamme de services. Ensem­ble, ils s’engagent en faveur de l’inclusion et mènent des acti­vi­tés de lobby­ing et de spon­so­ring au niveau local et régio­nal. Alain Thüring assure: «Nous avons à cœur de main­tenir les coti­sa­ti­ons des membres aussi basses que possible.» 

Les jeunes, un public encore diffi­cile à atteindre

Tradi­ti­on­nel­lement, le recru­tement des membres se fait par le bouche-à-oreille ou par l’approche directe dans les insti­tu­ti­ons pour person­nes en situa­tion de handi­cap. Cela se reflète dans la pyra­mide d’âge des membres qui s’impliquent, selon Alain Thüring. «Nous voulons utili­ser davan­tage les canaux moder­nes comme les réseaux soci­aux pour mieux atteindre une cible plus jeune», révèle le direc­teur tech­ni­que. Le plus diffi­cile, c’est que les spor­ti­ves et spor­tifs poten­tiels commu­ni­quent ou perçoiv­ent les infor­ma­ti­ons à un autre niveau, selon leur handi­cap. Il est donc extrê­me­ment compli­qué de s’adresser à plusieurs person­nes ensem­ble. Comme pour tout le monde, le défi consi­ste à surmon­ter ses crain­tes. Vus comme un mal néces­saire, le sport et l’activité physi­que appor­tent pour­tant bien-être, voire inspi­ra­tion, et sont synony­mes de contact social. «Effet et consé­quence de la pandé­mie de COVID-19, nous consta­tons en outre une réti­cence accrue de la part des foyers et des insti­tu­ti­ons à lais­ser leurs rési­den­tes et rési­dents parti­ci­per à des acti­vi­tés orga­ni­sées à l’extérieur.»

Une meilleure promo­tion de l’intégration et de l’inclusion

Le 15 avril 2014, la Suisse a rati­fié la conven­tion des Nati­ons unies rela­tive aux droits des person­nes handi­capées (CDPH). PluSport a déve­lo­ppé des mesu­res et une vision en lien. «Les person­nes handi­capées font partie de notre société au même titre que les autres, avec un droit à l’autonomie. Les offres de sport, d’activité physi­que et de presta­ti­ons de PluSport encou­ra­gent l’égalité et appor­tent une contri­bu­tion importante à une société inclu­sive.» Regula Muralt, respons­able du marke­ting et de la collecte de fonds pour PluSport, souli­gne que «la compé­tence clé de PluSport est de déve­lo­p­per et d’offrir un programme adapté à toutes les person­nes intéres­sées par l’activité physi­que et le sport, mais aussi de promou­voir et de faire progres­ser l’intégration et l’inclusion par le biais du sport ordinaire.» Alors que la société change et que des mouve­ments s’élèvent au sein du système spor­tif suisse, les voix deman­dant une ouver­ture complète du monde du sport en faveur de l’inclusion se font de plus en plus entendre. Les efforts de coopé­ra­tion et le travail de sensi­bi­li­sa­tion s’accélèrent rapi­de­ment en ce sens, selon la respons­able marke­ting. Elle fait remar­quer que le besoin d’offres clas­si­ques, telles qu’en propo­sent les clubs et les camps spor­tifs, subsi­ste. PluSport s’efforce de travail­ler effi­cace­ment et avec déter­mi­na­tion sur ces deux voies afin de les consolider. 

Une repré­sen­ta­tion effi­cace des intérêts

Avec PluSport, le sport-handi­cap dispose d’une orga­ni­sa­tion faîtière forte. Sa repré­sen­tante estime que le centre spécia­lisé consti­tue un pôle de compé­ten­ces pour le sport, le handi­cap et l’inclusion. «Nous encou­ra­ge­ons l’accès à un programme de sport et d’activité physi­que varié pour toutes et tous, expli­que Regula Muralt de PluSport, et nous garan­tis­sons une chaîne de promo­tion fermée, de la relève au sport d’élite en passant par le sport popu­laire.» L’association renforce et souti­ent ses plus de 80 clubs membres et veille au bon déploie­ment du sport dans toutes les régi­ons de Suisse. PluSport est membre de Swiss Olym­pic et, avec Sport suisse en fauteuil roulant (SSFR), a créé le Comité paralym­pi­que suisse. 

Un retard à rattra­per en matière d’inclusion dans le sport de haut niveau

Le dépar­te­ment Sport d’élite de PluSport est respons­able du déve­lo­p­pe­ment dura­ble du sport-handi­cap orienté sur les perfor­man­ces. «La chaîne de promo­tion est garan­tie depuis la base, avec la relève, jusqu’à l’élite, confirme Regula Muralt. Nous souten­ons et encou­ra­ge­ons les enfants, jeunes et adul­tes en situa­tion de handi­cap qui prati­quent le sport d’élite. Nos athlè­tes parti­ci­pent à des compé­ti­ti­ons natio­na­les et inter­na­tio­na­les, à l’image des Jeux paralym­pi­ques.» Désor­mais, l’organisation recher­che des syner­gies avec le sport tradi­ti­on­nel, lorsque cela est possi­ble. Toute­fois, la Suisse est un peu à la traîne sur le plan inter­na­tio­nal en raison du manque d’investissements de l’État dans le sport d’élite paralym­pi­que. L’importance d’une forma­tion profes­si­on­nelle initiale et conti­nue pour les moni­teurs et les assi­stants est donc d’autant plus grande. Celle-ci serait égale­ment assu­rée par des program­mes et des projets indi­vi­du­els avec des parten­aires. Regula Muralt témoi­gne: «En tant que maison d’édition de maté­riel pédago­gi­que profes­si­on­nel et didac­tique haut de gamme, nous mettons un point d’honneur à conser­ver une qualité constante à tous les niveaux.» Un travail réalisé en colla­bo­ra­tion avec les parten­aires de PluSport, l’Association suisse des para­plé­giques (ASP) et Procap. Les trois orga­ni­sa­ti­ons forment ensem­ble la commu­n­auté d’intérêts «Sport et Handicap».

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !