La pandé­mie dope la numérisation

Le deuxi­ème baromètre des fonda­ti­ons montre l’impact de la pandé­mie sur les métho­des de travail des fonda­ti­ons et les défis qu’elles iden­ti­fient. StiftungSchweiz, le maga­zine DIE STIFTUNG et la Banque Canto­nale de Zurich ont réalisé l’enquête en collaboration.

Les réuni­ons et les webin­aires sur MS Teams, Skype ou Zoom se sont impo­sés dans l’univers des fonda­ti­ons pendant la pandé­mie. 64% des fonda­ti­ons inter­ro­gées esti­ment que la commu­ni­ca­tion en ligne s’est étab­lie dura­ble­ment. Ce n’est pas autant le cas pour le télé­tra­vail. Quoi qu’il en soit, 36% ont accepté ce modèle de travail. Chez 30% d’entre elles, la numé­ri­sa­tion des docu­ments a égale­ment progressé. Néan­moins, une fonda­tion sur quatre répond qu’aucun des chan­ge­ments indi­qués ne la concerne. Tels sont les résul­tats du dernier baromètre des fondations.

Du poten­tiel pour les outils numé­ri­ques de collecte de fonds

Après la première édition de l’année dernière, les fonda­ti­ons ont pris pour la deuxi­ème fois posi­tion par rapport aux évolu­ti­ons actu­el­les. Cette année aussi, envi­ron 200 fonda­ti­ons ont parti­cipé et contri­bué à dessi­ner un portrait intéres­sant du secteur. Par exemple, il s’avère que l’évolution du télé­tra­vail ne se traduit pas dans la même mesure par des horai­res de travail plus flexi­bles. Seuls 16% des fonda­ti­ons ont indi­qué que ceux-ci se sont impo­sés. Les outils numé­ri­ques de collecte de fonds sont de surcroît négli­gés à ce jour. Seuls 7% ont indi­qué que ces derniers se sont étab­lis dura­ble­ment. Dans le même temps, 45% ont précisé que la collecte de fonds et le finan­ce­ment étai­ent leur plus grand défi. Au total, 30% des fonda­ti­ons inter­ro­gées effec­tu­ent régu­liè­re­ment des collec­tes de fonds. Lors d’occasions spécia­les telles que Noël ou après des cata­stro­phes, 13% solli­ci­tent des fonds supplé­men­taires, et 12% ont prévu de recher­cher à l’avenir des finan­ce­ments à l’aide de collec­tes de fonds. Hans­jörg Schmidt, membre de la direc­tion de la Banque Canto­nale de Zurich, souli­gne l’importance des collec­tes de fonds. Il conseille des fonda­ti­ons et des OSBL et déclare: «Les collec­tes de fonds sont perti­nen­tes. Même pendant la crise du coro­na­vi­rus, les Suis­ses sont restés tout aussi enclins à faire des dons, le volume total augmen­tant même parfois.» Mais la collecte de dons est un exer­cice ardu qui prend du temps. Inter­ro­gées sur les diffi­cul­tés rencon­trées lors des collec­tes de dons, 41% des fonda­ti­ons ont cité les exigen­ces élevées des dona­tri­ces et des donateurs.

«Le conseil de fonda­tion est respons­able de la stra­té­gie de place­ment

Hans­jörg Schmidt, Zürcher Kantonalbank

«Les person­nes inter­ro­gées enten­dent par là notam­ment les atten­tes des dona­teurs, qui veulent que leurs fonds soient utili­sés de manière très ciblée et que seule une petite partie d’entre eux serve à finan­cer l’administration», précise Hans­jörg Schmidt. 40% ont cité la concur­rence et le manque de temps à parts égales comme étant d’autres diffi­cul­tés à surmon­ter. En revan­che, seuls 4% considè­rent la numé­ri­sa­tion comme un défi, et 20% indi­quent ne pas avoir de diffi­cul­tés à collec­ter des fonds. Elles sont autant à avoir indi­qué manquer de compé­ten­ces techniques.

Utili­ser ses prop­res ressources

L’importance des collec­tes de fonds diffère suivant les fonda­ti­ons. Certai­nes sont entiè­re­ment dépen­dan­tes de ces finan­ce­ments, pour d’autres, ils repré­sen­tent seule­ment quel­ques pour cent. Pour les fonda­ti­ons dispo­sant de moyens finan­ciers import­ants, la question des inve­stis­se­ments dura­bles gagne en import­ance. Hans­jörg Schmidt le perçoit égale­ment dans son travail: «La plupart des fonda­ti­ons qui s’intéressent actu­el­lement au place­ment de leurs capi­taux en les rest­ruc­turant et en les réori­en­tant veulent inclure des impé­ra­tifs de déve­lo­p­pe­ment dura­ble.» 59% des fonda­ti­ons inter­ro­gées dans le cadre du baromètre des fonda­ti­ons ont indi­qué respec­ter des critè­res de dura­bi­lité. Ces fonda­ti­ons misent sur diffé­ren­tes stra­té­gies. Sur les 118 fonda­ti­ons faisant des inve­stis­se­ments dura­bles, 61% misent sur des critè­res ESG (envi­ron­ne­men­taux, soci­aux et de gouver­nance). 47% exclu­ent certai­nes caté­go­ries ou certai­nes entre­pri­ses pour leurs inve­stis­se­ments. D’autres métho­des telles que le best-in-class ou l’investissement à impact social suiv­ent loin derrière avec respec­ti­ve­ment 15 et 14%. Mais qui décide? 42% des fonda­ti­ons pren­nent seules les déci­si­ons en matière d’investissement. 26% deman­dent au moins des conseils, tandis que 21% des fonda­ti­ons ont mandaté un gesti­onn­aire d’actifs. En outre, 28% des fonda­ti­ons solli­ci­tent un soutien externe en matière de commu­ni­ca­tion. Pour la numé­ri­sa­tion, 38% mettent à profit le savoir d’expertes et d’experts externes.

Trai­te­ment des données

Les exigen­ces en matière de protec­tion des données augmen­tent avec la numé­ri­sa­tion. Une nouvelle loi sur la protec­tion des données entrera en vigueur en milieu d’année 2022. Seuls 26% des fonda­ti­ons inter­ro­gées ont indi­qué être sur la bonne voie en matière de prépa­ra­tifs. 30% esti­ma­i­ent ne pas être concer­nées par la nouvelle loi. 11% n’ont pas donné de réponse et 33% n’avaient pas encore appro­fondi la question.

Deuxi­ème baromètre des fondations

StiftungSchweiz, le maga­zine Die Stif­tung et la Banque Canto­nale de Zurich ont réalisé cette enquête anonyme. 199 fonda­ti­ons de Suisse romande et de Suisse aléma­ni­que ont parti­cipé à l’enquête entre le 30 août et le 10 octobre 2021. 74 d’entre elles sont pure­ment opéra­ti­on­nel­les. 77 sont des fonda­ti­ons dona­tri­ces, et 48 ont indi­qué être dona­tri­ces et réali­ser leurs prop­res projets. L’enquête four­nit des impres­si­ons, mais n’est pas représentative.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !