Laetitia Gill

La diver­sité est un avantage

Dans le cadre des activités du Centre en Philanthropie de l’Université de Genève, Laetitia Gill et Dr Aline Kratz-Ulmer ont enquêté sur la diversité dans les conseils de fondation en Suisse. Il s’agit du premier travail de recherche dans ce domaine. Le résultat montre que: la diversité est en majorité considérée comme positive. Mais il y a encore du potentiel.

Vous êtes co-auteure d’une étude sur la diver­sité dans les conseils de fonda­tion. Où en est la recher­che aujourd’hui?

Tout le monde parle de diver­sité, mais il n’existe que peu de données. C’est pour­quoi il est important de les coll­ec­ter et de les analy­ser. Il n’y a eu aupa­ra­vant aucune étude sur la situa­tion en Suisse.

Quel­les ont été les réac­tions à vos demandes?

Nous avons uniquement pris en compte les données de fonda­ti­ons qui ont entiè­re­ment répondu à notre questi­on­n­aire. Nous avons ainsi obtenu les données de 107 fonda­ti­ons ce qui repré­sente 720 membres de conseils de fonda­tion. Le sondage était en alle­mand et en fran­çais et nous avons reçu envi­ron autant de répon­ses provenant de Suisse aléma­ni­que que de Suisse romande.

Toute­fois, toutes les tran­ches d’âge s’accordent sur le point suivant: la diver­sité est un avantage. 

Laeti­tia Gill

Y a‑t-il eu des retours concer­nant les résul­tats publiés?

Beau­coup nous ont encou­ragé à contin­uer. Il y a une attente pour appro­fon­dir le sujet de la part des person­nes répond­an­tes comme de la Société civile. Avec Aline Kratz-Ulmer, nous avons été favora­blem­ent surpri­ses du taux de réponse et de l’accueil réservé à cette enquête.

Quelle est la situa­tion dans les conseils de fonda­tion aujourd’hui?

65% des person­nes inter­ro­gées considè­rent leur conseil comme diver­si­fié. Des diffé­ren­ces appa­rais­sent toute­fois. Les femmes considè­rent ainsi leur conseil de fonda­tion moins diver­si­fié que les hommes. Les diffé­ren­ces concer­nent aussi l’âge. Plus une personne est âgée, plus elle considère son conseil comme diver­si­fié. Toute­fois, toutes les tran­ches d’âge s’accordent sur le point suivant: la diver­sité est un avan­tage. 73% souhai­terai­ent d’ailleurs que le sujet ait une plus grande importance.

Qu’est-ce qui empêche que les conseils soient plus diversifiés ?

Souvent, les recru­tements ont lieu au sein du propre réseau des person­nes déjà en place. La recher­che ciblée d’autres person­nes néces­site des ressour­ces. Un travail de sensi­bi­li­sa­tion sur nos biais incon­sci­ents et préju­gés contri­buer­ait à plus de diver­sité ; ce sujet est d’ailleurs traité dans le module « leader­ship et diver­sité » de la forma­tion conti­nue en phil­an­thro­pie de l’Université de Genève (DAS in Phil­an­thropy).

En ce qui concerne les forma­ti­ons, les membres de conseils de fonda­tion sont égale­ment peu diversifiés.

La grande majo­rité possède un diplôme univer­si­taire ou d’études supérieures.

Est-ce que vous y voyez un problème?

Cela dépend du domaine d’activité de la fonda­tion. La question est de savoir si la compo­si­tion du conseil est en adéqua­tion par rapport à l’activité de la fonda­tion et des défis qu’elle doit relever.

Il faut inclure les jeunes et aussi les encou­ra­ger à expri­mer leur vision de la philanthropie.

Laeti­tia Gill

Est-ce que le manque de rému­n­é­ra­tion joue égale­ment un rôle?

Il s’agit effec­ti­ve­ment parfois d’un obsta­cle. Les jeunes gens, qui justem­ent sont dans une phase où ils construi­sent leur vie profes­si­on­nelle et person­nelle et serai­ent précieux dans certa­ins conseils de fonda­tion, ne peuvent pas toujours se permettre de travail­ler sans rému­n­é­ra­tion. Cepen­dant, le manque de rému­n­é­ra­tion n’est qu’une composante.

La majo­rité des membres de conseils de fonda­tion a plus de 50 ans. En même temps, il est souvent diffi­cile de trou­ver des succes­seurs. Est-ce que ces deux sujets sont liés?

Les jeunes sont prêts à s’engager, nous le consta­tons clai­re­ment dans le domaine du chan­ge­ment clima­tique. Mais il est néces­saire d’avoir un leader­ship inclu­sif qui permette à chaque membre de pouvoir expri­mer libre­ment son opinion et de prendre en compte les diver­gen­ces de points de vue. Il faut inclure les jeunes et aussi les encou­ra­ger à expri­mer leur vision de la phil­an­thro­pie. Cette diver­sité inter­gé­né­ra­ti­on­nelle, ce dialo­gue sera une force pour le secteur.

Est-ce que la taille du conseil de fonda­tion peut contri­buer à la diver­sité? Y a‑t-il une taille idéale?

Bien que cela dépende de la taille de la fonda­tion, cinq à sept membres serait l’idéal, deux à trois semble un peu faible. Le travail au sein du conseil de fonda­tion est un travail de groupe. Il manquera assez proba­blem­ent des compé­ten­ces s’il n’y a que deux membres. La dyna­mi­que de groupe et la complé­men­ta­rité des profils, des sensi­bi­li­tés favo­ri­sent l’intelligence coll­ec­tive et donc la .La qualité de la gouver­nance . Le renou­vel­le­ment des mandats est égale­ment décisif. Actu­el­le­ment, quasi­ment aucune fonda­tion ne connaît de limi­ta­tion de mandat. Cela égale­ment contri­buer­ait une dyna­mi­que positive.


Rapport: Diver­sité dans la gouver­nance du secteur non-profit


La diver­sité est multiple

Les conseils de fonda­tion reflè­tent à bien des égards les désé­qui­li­bres existants de notre société. Dans le même temps, les membres de conseil de fonda­tion témoig­n­ent d’une grande diver­sité à différ­ents niveaux. 

plus.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !