La diver­sité est multiple

Un reflet de la société

Les conseils de fonda­tion reflè­tent à bien des égards les désé­qui­li­bres existants de notre société. Dans le même temps, les membres de conseil de fonda­tion témoig­n­ent d’une grande diver­sité à différents niveaux.

63 886 person­nes sont enga­gées en Suisse dans des conseils de fonda­tion. Selon le Rapport sur les fonda­ti­ons 2022, la plupart, soit 92%, ne déti­ent qu’un seul des 70 043 mandats de conseils de fonda­tion. La part des hommes est plus importante à 68%. Les hommes déti­en­nent égale­ment plusieurs mandats: 87% des person­nes possé­dant plus de cinq mandats sont des hommes.

La majo­rité souhaite plus de diversité

Laeti­tia Gill et Dr Aline Kratz-Ulmer ont enquêté dans leur récente publi­ca­tion «Diver­sité et conseils de fonda­ti­ons d’utilité publi­que en Suisse» sur le degré de diver­sité compo­sant les conseils de fonda­tion. Dans leur sondage, la parti­ci­pa­tion des femmes (47%) est surre­pré­sen­tée par rapport à leur présence dans les conseils de fonda­tion. L’étude montre aussi que le désé­qui­libre ne concerne pas unique­ment les sexes, mais aussi l’âge.

36% des person­nes inter­ro­gées ont entre 50 et 59 ans, 31% ont plus de 60 ans et seuls 11% ont moins de 40 ans. «C’est intéres­sant de noter que toutes les tran­ches d’âge s’accordent à dire que la diver­sité est un avan­tage.» », dit Laeti­tia Gill. En revan­che, les diffé­ren­ces appa­rais­sent dans l’évaluation de leur propre conseil car « plus une personne est âgée, plus elle considère que le conseil est diver­si­fié.» Cette diffé­rence s’observe égale­ment selon le genre des person­nes répondan­tes. « Les femmes esti­ment, contr­ai­re­ment aux hommes, que leur conseil de fonda­tion est moins diver­si­fié», dit-elle.

Pas une fin en soi

L’homogénéité se voit égale­ment dans la forma­tion. 79% possè­dent un diplôme acadé­mi­que. 15% ont fréquenté une haute école spécia­li­sée. Une majo­rité de 73% qui souhai­te­rait que l’on accorde plus d’importance à la diver­sité mais, comme le fait remar­quer, Laeti­tia Gill, les diver­si­tés ne sont pas toujours faci­les à iden­ti­fier. «Il ne faut pas oublier la diver­sité invi­si­ble. Par exemple, il est possi­ble d’avoir un conseil composé de cinq person­nes euro­péen­nes, occi­den­ta­les, avec un membre ayant grandi en Afri­que, un autre en Asie, etc.», observe-t-elle. Le multi­lin­gu­isme de la Suisse repré­sente d’ailleurs aussi une diver­sité qui n’est pas toujours visi­ble. La dyna­mi­que de groupe permet­trait de prendre des déci­si­ons. La diver­sité des membres du conseil, lorsqu’elle est accom­pa­gnée par un leadership inclu­sif, favo­ri­sera une dyna­mi­que de groupe stimu­lante et inno­vante. De plus, elle souli­gne qu’une limi­ta­tion de la durée des fonc­tions (seules 2% des fonda­ti­ons inter­ro­gées en ont une) conduit à un renou­vel­lement péri­odi­que du conseil. Laeti­tia Gill reti­ent un point important: «La diver­sité n’est pas souhai­ta­ble juste pour le principe de diver­sité. Nous la considé­rons comme un moyen de rendre les fonda­ti­ons plus efficientes.»

«Amélio­rer et mieux faire connaître ce qui existe déjà»

Andri Silber­schmidt, membre du conseil de fonda­tion de Swiss Entre­pre­neurs Foundation

«Comme dans tous les domai­nes de la vie, beau­coup de choses ont déjà été entre­pri­ses sans être forcé­ment connues de tous», dit Andri Silber­schmidt à propos du poten­tiel d’amélioration de la colla­bo­ra­tion entre l’économie, la poli­tique et le monde des fonda­ti­ons. «Selon moi, il existe déjà un poten­tiel de syner­gie entre les diffé­ren­tes initia­ti­ves afin d’améliorer et de mieux faire connaître ce qui existe déjà, sans devoir créer constam­ment de nouvel­les initia­ti­ves», expli­que le conseil­ler natio­nal et vice-prési­dent du PLR Suisse. Il connaît bien les trois secteurs. Après un appren­tis­sage à la Banque canto­nale de Zurich, il a co-fondé l’entreprise de restau­ra­tion Kaisin. Son mandat en tant que membre du conseil de Swiss Entre­pre­neurs Foun­da­tion s’inscrit dans cet enga­ge­ment plus général.

Passe­relle vers la politique

Andri Silber­schmidt estime que, fonda­men­ta­le­ment, la Suisse est un bon endroit pour entre­prendre. «Bien évidem­ment, je ne suis pas satis­fait de toutes les condi­ti­ons-cadres», avoue-t-il. «Je m’engage donc au parle­ment pour appor­ter diver­ses amélio­ra­ti­ons.» Il s’engage ainsi pour la numé­ri­sa­tion du proces­sus de créa­tion d’entreprises et pour faci­li­ter l’accès au person­nel et au capi­tal. Et les préoc­cup­a­ti­ons des start-ups sont égale­ment prises en compte dans le travail poli­tique d’Andri Silber­schmidt. «Avec la fonda­tion du groupe parle­men­taire Star­tups und Unter­neh­men­tum, nous avons posé la première pierre vers une meilleure impli­ca­tion des besoins de start-ups en poli­tique», expli­que-t-il. Le conseil­ler de fonda­tion de Swiss Entre­pre­neurs Foun­da­tion fait la jonc­tion avec cet enga­ge­ment poli­tique. Car le fait d’avoir de bonnes condi­ti­ons-cadres léga­les fait égale­ment partie des préoc­cup­a­ti­ons de la fonda­tion. «La Swiss Entre­pre­neurs Foun­da­tion s’engage pour un écosy­stème de start-ups vivant et fonc­tion­nant correc­te­ment», selon lui. La fonda­tion propose son soutien aux start-ups dans leur phase de crois­sance et de déve­lo­p­pe­ment inter­na­tio­nal. Elle aide à ce qu’une fonda­tion ne s’oriente pas en premier lieu vers le rende­ment, ou à ce qu’elle ne soit pas soumise à un cadre régle­men­taire comme avec l’État. «Une fonda­tion peut se cons­ac­rer de manière désin­téres­sée à la cause qu’elle défend et s’engager pour un écosy­stème solide, sans être partie», dit-il. Il a été élu conseil­ler de fonda­tion il y a un an. «Le travail dans un conseil de fonda­tion est réel­lement porteur de sens et cette seule raison devrait le rendre suffi­sam­ment attra­yant.» Andri Silber­schmidt est consci­ent des efforts qu’un mandat de conseil­ler de fonda­tion requiert et il est prêt à mettre à l’épreuve cet enga­ge­ment non rému­n­éré: «Si la charge de travail est trop importante, une indem­ni­sa­tion devrait alors être envisagée.»

«Le sujet de la vieil­lesse est captivant»

Eveline Widmer-Schlumpf, prési­dente du conseil de fonda­tion de Pro Senec­tute Suisse

«Le sujet de la vieil­lesse est captivant sur tous les points», déclare Eveline Widmer-Schlumpf pour expli­quer ce qui la motive à s’engager chez Pro Senec­tute Suisse. C’est pour cette raison que l’ancienne conseil­lère fédé­rale a répondu favor­a­ble­ment lorsque la commis­sion de sélec­tion l’a solli­ci­tée en 2017 pour la prési­dence du conseil de fonda­tion de la plus grande orga­ni­sa­tion spécia­li­sée et presta­taire de services pour les questi­ons liées à la vieil­lesse en Suisse. Elle considère que le dialo­gue entre les géné­ra­ti­ons est un important prére­quis pour forger, égale­ment à l’avenir, le socle d’un système social fonc­tion­nel. Les tâches de l’organisation doiv­ent donc aussi être pensées dans le contexte des besoins et des préoc­cup­a­ti­ons des futures person­nes âgées. «Il s’agit de missi­ons passi­on­nan­tes pour lesquel­les je conti­nue à m’engager avec plai­sir, confor­mé­ment à la vision de Pro Senectute.» 

Les person­nes âgées sont une ressource essentielle

Le chan­ge­ment démo­gra­phi­que et le sujet de la vieil­lesse revêtent diver­ses import­an­ces pour le domaine des fonda­ti­ons. C’est pour­quoi de nombreu­ses person­nes âgées s’engagent dans les conseils de fonda­tion. Selon Eveline Widmer-Schlupf, le conseil de Pro Senec­tute est bien repré­senté au niveau des âges avec un équi­libre des sexes. Eveline Widmer-Schlumpf expli­que que si les jeunes géné­ra­ti­ons sont géné­ra­le­ment sous-repré­sen­tées dans les conseils de fonda­tion, cela provi­ent du fait que les jeunes gens sont souvent très occu­pés par leurs emplois et leur famille et peuvent diffi­ci­le­ment assu­mer d’autres enga­ge­ments. Selon elle, en Suisse, le travail béné­vole est princi­pa­le­ment effec­tué par des person­nes âgées de 65 à 75 ans. Les person­nes âgées repré­sen­tent donc une ressource énorme pour la société. «Nous sommes convain­cus que leur contri­bu­tion sera de plus en plus deman­dée à l’avenir, surtout en raison du manque de person­nel quali­fié. Parce qu’ils sont béné­vo­les, ils sont indis­pensables pour notre société», dit-elle en citant notam­ment la prise en charge de parents âgés, l’engagement dans la culture et dans les services soci­aux, mais égale­ment dans la garde des petits-enfants. Pour utili­ser ce poten­tiel, elle encou­rage à inve­stir dans l’implication et la colla­bo­ra­tion des béné­vo­les. Elle souti­ent égale­ment le fait qu’une discus­sion doit avoir lieu sur la compré­hen­sion du travail béné­vole, surtout en ce qui concerne son indem­ni­sa­tion. «Le travail béné­vole n’est pas gratuit», dit-elle. En tant que prési­dente du conseil de fonda­tion de Pro Senec­tute Suisse, elle compte conti­nuer à s’engager person­nel­lement au niveau des préoc­cup­a­ti­ons de la popu­la­tion vieil­lis­sante. Eveline Widmer-Schlumpf résume ainsi son attrait pour sa mission: «Mon travail pour Pro Senec­tute est captivant, motivant et plein de sens».

«S’engager pour les plus vulnérables»

Martin Candi­nas, conseil­ler de fonda­tion d’ARGO

«Les préoc­cup­a­ti­ons des person­nes attein­tes de défi­ci­en­ces étai­ent déjà très import­an­tes à mes yeux lorsque j’étais au Grand Conseil», expli­que Martin Candi­nas, vice-prési­dent du Conseil natio­nal. Il suppose aujourd’hui que c’est grâce à son enga­ge­ment passé qu’on lui a demandé, il y a main­ten­ant dix ans de cela, d’intégrer le conseil de fonda­tion d’ARGO. À l’époque, il était déjà membre actif de la commis­sion canto­nale de Pro Infir­mis Grisons. La fonda­tion ARGO s’engage en faveur des person­nes attein­tes de handi­cap dans les Grisons. Elle agit pour l’intégration sociale et profes­si­on­nelle. À cet effet, elle offre des places proté­gées de loge­ment, de travail et de struc­ture de jour. De plus, la fonda­tion propose des forma­ti­ons et des emplois pour la mise en œuvre de mesu­res d’intégration profes­si­on­nelle et sociale.

Forme mixte entre l’État et le marché

«La fonda­tion comble une lacune importante du système», dit Martin Candi­nas. Il est convaincu qu’une fonda­tion est la forme idéale. Elle remplit mieux ses missi­ons que l’État. Grâce à sa struc­ture décen­tra­li­sée avec des empla­ce­ments à Coire, Ilanz, Davos, Tiefen­ca­stel et Surava, la fonda­tion agit direc­te­ment auprès des person­nes concer­nées et des entre­pri­ses. «Nous connais­sons les besoins de la société et de l’économie», dit-il. Comme il n’y a pas d’argent à gagner avec ce mode de fonc­tion­ne­ment, il ne voit pas comment l’économie privée pour­rait gérer cette fonc­tion. Martin Candi­nas voit les fonda­ti­ons comme une solu­tion mixte entre l’État et le marché. ARGO colla­bore avec l’économie. Elle remplit à la fois les mandats de presta­ti­ons des pouvoirs publics et travaille conjoin­te­ment avec les offices AI. En accord avec l’idée fédé­rale de la Suisse, les tâches doiv­ent être exécu­tées au plus bas niveau possi­ble. «C’est pour­quoi l’État a inté­rêt à prendre soin des fonda­ti­ons», expli­que l’homme poli­tique de centre. «Toutes les tâches qui sont remplies ou soute­nues par les fonda­ti­ons ne sont pas à la charge de l’État.» Afin que la fonda­tion puisse remplir son rôle, elle doit égale­ment être solli­ci­tée. Selon lui, elle doit conti­nuer à se déve­lo­p­per et adap­ter les besoins de l’économie et de la société. Pour qu’AGRO puisse répondre à cette exigence, elle a adapté la struc­ture orga­ni­sa­ti­on­nelle des quatre ateliers, inve­stit dans la numé­ri­sa­tion et souhaite rele­ver le défi de l’automatisation. ARGO peut ainsi agir pour la société et dépas­ser son objec­tif premier. «ARGO contri­bue large­ment à la cohé­sion de la société et des régi­ons dans les Grisons», dit-il. C’est cet objec­tif qui motive Martin Candi­nas à s’engager dans le conseil de fonda­tion. Il affirme: «ARGO s’engage pour les indi­vi­dus les plus vulné­ra­bles de notre pays. Qu’y a‑t-il de plus beau?»

«Un mandat au conseil de fonda­tion est un privilège»

Angela Muel­ler, membre du conseil de fonda­tion de la fonda­tion faîtière Corymbo

Angela Muel­ler a été infor­mée de la posi­tion vacante au conseil de fonda­tion de la fonda­tion faîtière Corymbo via son réseau profes­si­on­nel. Depuis l’obtention de son diplôme univer­si­taire, elle travaille dans le secteur des orga­ni­sa­ti­ons non gouver­ne­men­ta­les. C’est pour­quoi elle a immé­dia­te­ment été intéres­sée par cet enga­ge­ment. «Le courant est tout de suite passé, car les valeurs de Corymbo corre­spon­dent à mes valeurs person­nel­les et profes­si­on­nel­les», expli­que-t-elle. Angela Muel­ler siège au conseil de fonda­tion de Corymbo depuis janvier 2021. Ce qui l’attire parti­cu­liè­re­ment, en plus du contact avec les dona­tri­ces et dona­teurs, c’est la diver­sité des sujets trai­tés par la fonda­tion faîtière. Corymbo souti­ent des projets cultu­rels, écolo­gi­ques et soci­aux. Par exemple, Corymbo souti­ent des projets pour une agri­cul­ture à la fois dura­ble et sociale, que ce soit dans le pays ou à l’étranger. «Ces acteurs ont, au début, souvent besoin d’un finan­ce­ment initial, ils ne peuvent géné­rer des reve­nus qu’à moyen terme et ne peuvent conti­nuer sans soutien finan­cier», expli­que-t-elle. «Il en va de même pour les projets visant à assu­rer la subsi­stance des jeunes par la forma­tion profes­si­on­nelle, par exemple en tant qu’expert en éner­gie solaire au Kenya.» Elle considère que c’est un privilège de pouvoir défendre des projets aussi inno­vants au conseil de fondation.

Pouvoir faire le bien

La fonda­tion faîtière Corymbo fête son 20e anni­ver­saire cette année. Ce n’est pas un hasard si Angela Muel­ler vient de s’engager dans la fonda­tion faîtière. Elle considère qu’il s’agit de l’avenir des fonda­ti­ons. «Souvent, les fonda­ti­ons défi­nis­sent un objec­tif trop étroit. Et les fonds restent bien au chaud à la banque», dit-elle. Pour­tant, le but d’une fonda­tion est d’apporter les moyens finan­ciers aux bonnes person­nes ou aux grou­pes cibles souhai­tés. Selon Angela Muel­ler, une fonda­tion faîtière consti­tue bien souvent une meilleure solu­tion que la créa­tion de sa propre fonda­tion. Elle estime qu’il est du devoir du conseil de fonda­tion d’être sensi­ble aux déve­lo­p­pe­ments de la scène des fonda­ti­ons et de pouvoir évaluer quels projets sont porteurs d’avenir. Pour cela, il est utile de dispo­ser d’une grande diver­sité au sein du conseil de fonda­tion, ce qui permet égale­ment de parta­ger les connais­san­ces. En effet, elle considère justement que le poten­tiel des fonda­ti­ons réside dans leur capa­cité d’innovation. «Les fonda­ti­ons privées ont la possi­bi­lité d’assumer un rôle précur­seur et de réagir de manière proac­tive aux défis de l’avenir», expli­que Angela Muel­ler. «Elles doiv­ent se défaire des struc­tures et des façons de penser habi­tu­el­les et s’ouvrir à la nouveauté, dans tous les domai­nes. C’est ainsi que le chan­ge­ment peut avoir lieu.» Dans l’atmosphère pessi­mi­ste qui règne actu­el­lement dans le monde, elle est fasci­née par la force d’innovation avec laquelle les peti­tes ONG réali­sent de gran­des choses malgré leurs faibles ressour­ces. «Il y a vrai­ment beau­coup de monde qui se donne du mal pour rele­ver les défis actu­els», affirme Angela Muel­ler. «Cela me fascine et m’inspire.»

«C’est la ressource la plus importante»

Heinz Karrer, prési­dent du conseil de fonda­tion de l’UniBE Foundation

«La forma­tion est la base de la paix et de la démo­cra­tie», affirme Heinz Karrer, avant d’ajouter: «et la ressource la plus importante de la Suisse». Selon l’ancien CEO de Axpo et prési­dent de econo­mie­su­isse, elle serait la condi­tion pour que la Suisse dispose d’un person­nel compé­tent. Il n’est pas éton­nant qu’il ait accepté la prési­dence du conseil de fonda­tion de l’UniBE Foun­da­tion, crée en 2021, suite à la solli­ci­ta­tion du recteur de l’Université de Berne, Chri­stian Leumann, ainsi que de l’ancien vice-recteur à la recher­che, Daniel Candinas.

Renforcer le rayon­ne­ment scientifique

L’UniBE Foun­da­tion est une fonda­tion d’intérêt géné­ral de l’Université de Berne qui souti­ent la recher­che, l’enseignement et la forma­tion conti­nue à l’Université de Berne. Heinz Karrer énonce un objec­tif clair: «Nous voulons soutenir l’Université de Berne dans la mise en œuvre de sa stra­té­gie afin de lui appor­ter une visi­bi­lité et un rayon­ne­ment scien­ti­fi­ques encore plus import­ants.» L’université doit conti­nuer de comp­ter parmi les 120 meilleu­res univer­si­tés au monde. Dans certai­nes disci­pli­nes, elle fait même partie du top dix. Pour que la fonda­tion puisse travail­ler effi­cace­ment, Karrer considère que le contact direct avec les cher­cheurs est extrê­me­ment utile. Cela permet égale­ment de moti­ver les membres du conseil de fonda­tion. Plus ils subven­ti­on­nent de projets concrets et attra­yants, plus le travail serait intéres­sant, grati­fi­ant et facile, selon Heinz Karrer. Il accorde une import­ance crois­sante aux coopé­ra­ti­ons natio­na­les et inter­na­tio­na­les. «L’échange scien­ti­fi­que ne connaît pas de fron­tiè­res canto­na­les ou natio­na­les», déclare-t-il. «La colla­bo­ra­tion entre les univer­si­tés et les orga­ni­sa­ti­ons de toute sorte permet d’accélérer l’innovation.» Il observe ici une évolu­tion réjouis­sante. L’intensité des coopé­ra­ti­ons s’est forte­ment déve­lo­p­pée. Il estime que les défis concer­nent surtout le besoin en ressour­ces, les condi­ti­ons-cadres léga­les ainsi que l’administration et la coor­di­na­tion. Heinz Karrer estime qu’il n’est pas prob­lé­ma­tique que l’UniBE Foun­da­tion soit active dans un paysage univer­si­taire dans lequel des fonda­ti­ons prospè­res existent déjà. Au contr­aire. L’objectif commun les rappro­che: «Toute nouvelle fonda­tion prospère aide à renforcer le pôle de recher­che et de forma­tion suisse.»

«Nous devr­i­ons affron­ter les problè­mes collec­tifs de façon collective.»

Shruti Patel, membre du conseil de fonda­tion de Biovision

«Quicon­que travaille dans la coopé­ra­tion du déve­lo­p­pe­ment a des objec­tifs simi­lai­res et devra proba­ble­ment faire face aux mêmes défis», expli­que Shruti Patel. «Nous devr­i­ons faire plus d’efforts pour abor­der ces défis et les affron­ter de façon collec­tive.» C’est pour­quoi elle aime­rait aussi avoir plus d’interactions avec les membres des autres conseils de fonda­tion. Shruti Patel est membre du conseil de fonda­tion de Biovi­sion. Elle trouve que les discus­sions avec les autres membres sont très inst­ruc­ti­ves. «Nous avons tous des expé­ri­en­ces et origi­nes diffé­ren­tes, ce qui fait que nos échan­ges sont toujours riches.»

Le sujet de la diversité

Actu­el­lement, Shruti Patel travaille en tant que maître de confé­ren­ces au NADEL, le centre pour le déve­lo­p­pe­ment et la coopé­ra­tion de l’EPF de Zurich. Elle a été surprise d’être invi­tée à rejoindre le conseil de fonda­tion bien qu’elle soit consci­ente que la diver­sité est une question très actu­elle et qu’en tant que femme avec des origi­nes en Afri­que, ses points de vue sont précieux. Elle a accepté, car elle connaît le travail, l’esprit et l’ambition de l’équipe de Biovi­sion. Elle a elle-même travaillé dans l’organisation huma­ni­taire pendant cinq ans. Elle est aujourd’hui membre du conseil de fonda­tion, et ce, depuis juin 2021. Elle conti­nue à voir le poten­tiel d’interaction entre ses deux domai­nes de travail: la recher­che et les ONG. Elle a remar­qué que les cher­cheurs ont tendance à se tour­ner vers les travaux prati­ques dans le but de collec­ter des données. «C’est justement la démar­che inverse que nous devr­i­ons adop­ter: comment intro­du­ire les travaux prati­ques dans la recher­che?», dit-elle. Comment cela pour­rait-il chan­ger notre façon de penser la science? Elle souli­gne: «Cette inter­ac­tion doit être perma­nente. C’est très important!» Elle atta­che une grande import­ance à la construc­tion d’un écosy­stème qui inclut les œuvres cari­ta­ti­ves et elle considère que les condi­ti­ons en Suisse sont tout à fait posi­ti­ves. Une étude du NADEL qu’elle a menée l’an passé a révélé que 36% des rési­dents suis­ses font des dons aux orga­ni­sa­ti­ons desti­nées à lutter contre la pauvreté dans le monde. Dans les autres pays à reve­nus élevés, les chif­fres sont de 20%. «La popu­la­tion suisse est géné­reuse et a tendance à s’engager acti­ve­ment dans les œuvres cari­ta­ti­ves», remar­que Shruti Patel.

«C’est un enga­ge­ment personnel»

Maria Torta­jada, membre du conseil de fonda­tion de la Ciné­ma­t­hè­que suisse

Photo: Félix Imhof © UNIL

Grâce à son mandat au sein du conseil de fonda­tion, Maria Torta­jada peut à la fois vivre sa passion et soutenir ses recher­ches, et ainsi faire avan­cer la fonda­tion avec ses connais­san­ces spécia­li­sées. Elle enseigne l’histoire et l’esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne et fait partie du conseil de fonda­tion de la Ciné­ma­t­hè­que suisse. «C’est un enga­ge­ment person­nel», déclare-t-elle en ajou­tant: «il est évident que cela a du sens pour moi et pour la fonda­tion». Lorsqu’un mandat au sein du conseil de fonda­tion lui a été proposé en 2011, il lui a semblé natu­rel de l’accepter. Aupa­ra­vant, elle avait orga­nisé des événe­ments et colla­boré avec les archi­ves. En outre, elle dépend des fonds d’archives pour son travail de recher­che. À l’inverse, les archi­vi­stes de la Ciné­ma­t­hè­que suisse conti­nu­ent de suivre des cours à l’université. Ainsi, ces deux insti­tu­ti­ons aux missi­ons diffé­ren­tes se complè­tent bien.

Une import­ance mondiale

Contr­ai­re­ment à la biblio­t­hè­que de l’université, les archi­ves ont une mission triple. Premiè­re­ment, elles conser­vent les films, indé­pen­dam­ment de leur support. Deuxi­è­me­ment, elles veil­lent à la conser­va­tion des appa­reils et des tech­ni­ques. Le person­nel doit être capa­ble de se servir des anci­ens appa­reils et connaître les tech­ni­ques moder­nes. Enfin, les archi­ves conser­vent l’histoire du cinéma et du film suisse. Bien qu’il s’agisse d’une insti­tu­tion privée, celle-ci revêt une import­ance commu­nale, canto­nale et natio­nale. «Il s’agit d’une insti­tu­tion extrê­me­ment importante», affirme Maria Torta­jada à propos de la Ciné­ma­t­hè­que suisse. D’ailleurs, il est peu connu que ce sont les sixiè­mes archi­ves de films les plus import­an­tes au monde. Elles se sont considé­ra­ble­ment déve­lo­p­pées ces vingt derniè­res années et, bien que le nombre de colla­bo­ra­teurs ait beau­coup augmenté, les ressour­ces ont du mal à suivre l’évolution de la demande. «En tant que membre du conseil de fonda­tion, je suis aussi amenée à gérer ce type de diffi­cul­tés», expli­que Maria Torta­jada. Avec son réseau inter­na­tio­nal et ses événe­ments, l’institution est toute­fois convain­cante et elle parti­cipe acti­ve­ment aux débats mondiaux. Son enga­ge­ment fascine Maria Torta­jada qui déclare: «C’est merveil­leux, j’en suis ravie.»

«Un travail honnête et honorable»

Laura Amstutz, membre du conseil de fonda­tion de Markant-Stiftung

«Les deman­des nous permet­tent d’avoir une bonne vue d’ensemble sur les tendan­ces cultu­rel­les et éduca­ti­ves. Mais on voit aussi quels sont les défis auxquels la société doit faire face», déclare Laura Amstutz pour expli­quer ce qui la stimule dans son travail de conseil­lère de fonda­tion chez Markant Stif­tung. La fonda­tion d’utilité publi­que est très diver­si­fiée. Elle souti­ent les projets d’utilité publi­que, cultu­rels ainsi que ceux concer­nant la jeunesse. En plus de ces sujets, Laura Amstutz a été convain­cue par l’approche simple et directe de la fonda­tion. Elle voit quel­les lignes elle peut faire bouger grâce à son travail. «Et il s’agit d’un travail honnête et hono­r­able.» Dans la fonda­tion, Laura Amstutz occupe un double rôle: elle est actuaire et conseil­lère de fonda­tion. Son profil corre­spond à ces tâches. Le contact s’est fait par son réseau person­nel et, lors de la rencontre avec les autres membres du conseil, il était clair que l’alchimie était parfaite. Elle voit ici du poten­tiel encore inex­plo­ité pour le recru­tement des jeunes gens pour des mandats au sein de conseils de fonda­tion. «Ce qui serait souhai­ta­ble, c’est que les fonda­ti­ons publi­ent des annon­ces pour leurs mandats sur des plate­for­mes (de réseaux soci­aux)», dit-elle en énon­çant un deuxi­ème point sur la manière dont les jeunes peuvent être appro­chés pour cette tâche: «Pour qu’ils puis­sent se déga­ger du temps pour ces ressour­ces, une indem­ni­sa­tion serait certai­ne­ment indispensable.»

Choi­sie par le conseil cantonal

Il en a été tout autre­ment pour son deuxi­ème mandat de conseil­lère de fonda­tion: Laura Amstutz a été élue par le Conseil canto­nal pour faire partie de la fonda­tion pour la jeunesse de Lucerne. C’est parce qu’elle était, par le passé, souvent en contact avec des délé­gués à la jeunesse du canton dans divers projets que son nom a été suggéré pour le conseil de fonda­tion. La parti­cu­la­rité du comité: les membres repré­sen­tent d’autres orga­ni­sa­ti­ons. «L’avantage réside certai­ne­ment dans la commu­ni­ca­tion. Les repré­sen­tants des orga­ni­sa­ti­ons font le lien, entre autres, avec les diver­ses orga­ni­sa­ti­ons pour la jeunesse.» En même temps, Laura Amstutz voit un certain risque d’immobilisme en raison de la taille du conseil. Grâce à sa struc­ture orga­ni­sa­ti­on­nelle, la fonda­tion agit diffé­rem­ment: «Les sujets import­ants sont pris en charge par des sous-grou­pes plus petits au sein du conseil de fonda­tion», nous explique-t-elle. 

«Créer une plus-value pour la société»

David Suhr, conseil­ler de fonda­tion de Qhubeka Stiftung

À l’origine, il y avait des dona­tri­ces et des dona­teurs prêts à soutenir la Qhubeka Charity en Afri­que du Sud. «C’est ainsi qu’est venue l’idée de créer une fonda­tion en Suisse afin de collec­ter des fonds», raconte David Suhr. Il était partant depuis le début. L’approche simple mais précieuse consi­stant à utili­ser des vélos pour faci­li­ter l’accès à l’éducation, à la santé et à l’environnement, l’a immé­dia­te­ment convaincu. Qhubeka connaît différents program­mes. Le vélo est toujours le point de départ de la subven­tion. Pour les enfants, le vélo leur permet d’accéder à l’éducation et au sport. Les jeunes adul­tes et les person­nes sans emploi peuvent obtenir un vélo de diffé­ren­tes maniè­res, par exemple par des travaux manu­els. Et pour que le programme soit dura­ble, Qhubeka forme sur place des méca­ni­ci­en­nes et méca­ni­ci­ens et offre des forma­ti­ons à la sécu­rité. L’engagement de David Suhr dans ce domaine est inti­me­ment lié à ses valeurs. En plus de sa foi chré­ti­enne, il a été marqué par ses parents qui étai­ent des spécia­li­stes et des diri­ge­ants dans le domaine de la coopé­ra­tion au déve­lo­p­pe­ment: «Cela me motive à m’investir pour un monde plus juste.» 

Une grande responsabilité

En tant que membre du conseil de fonda­tion de Qhubeka en Suisse, il souhaite créer une plus-value pour la société sur le long terme. Il considère que les orga­ni­sa­ti­ons à but non lucra­tif ont une responsa­bi­lité envers l’État, les citoy­ennes et les citoy­ens. Comme les fonda­ti­ons ne sont pas impo­sables, elles dispo­sent de fonds qui serai­ent autre­ment à la dispo­si­tion du système démo­cra­tique. «À mon avis, le rôle de la fonda­tion est de travail­ler pour son objec­tif défini, d’essayer de nouvel­les choses dans ces domai­nes et en même temps de repré­sen­ter les voix des parties pren­an­tes concer­nées avec lesquel­les la fonda­tion colla­bore depuis le début.» Pour que plus de jeunes s’engagent aussi dans les conseils de fonda­tion, il suggère que des annon­ces pour les postes vacants soient publiées et qu’elles soient commu­ni­quées de manière ciblée sur les canaux adap­tés aux jeunes. En outre, les colla­bo­ra­teurs existants des conseils de fonda­tion doiv­ent être prêts à concé­der les mêmes droits et devoirs aux jeunes collè­gues. «Cela semble simple, mais de mon point de vue, ce n’est pas encore vrai­ment le cas dans la pratique», dit-il. Pour renforcer la posi­tion des jeunes gens, il serait utile de mettre en place une forma­tion ciblée pour le rôle au sein d’un conseil de fonda­tion, comme le fait par exemple Board for Good avec des bourses.

«L’égalité sala­riale doit deve­nir réalité le plus rapi­de­ment possible»

Lisa Mazzone, membre du conseil de la Fonda­tion EQUAL-SALARY

EQUAL-SALARY offre aux entre­pri­ses, via un système de certi­fi­ca­tion, une procé­dure profes­si­on­nelle visant à les soutenir pour combler l’écart sala­rial. Ce pont important jeté par la Fonda­tion trans­pose les exigen­ces poli­ti­ques dans la réalité des entre­pri­ses et leur permet de faire connaître leur enga­ge­ment. Cette théma­tique a convaincu Lisa Mazzone de s’engager en tant que membre du conseil de fonda­tion. «L’égalité sala­riale est un droit humain fonda­men­tal», souli­gne la conseil­lère aux États genevoise (Verts), avant d’ajouter: «Elle n’est malheu­re­u­se­ment pas encore une réalité.» Selon elle, il est fonda­men­tal d’œuvrer en faveur de l’égalité des chan­ces au travail. Mettre fin aux discri­mi­na­ti­ons améliore concrè­te­ment la condi­tion des femmes. «Il y a toute­fois encore beau­coup à faire dans ce domaine», indi­que-t-elle. C’est pour­quoi elle s’engage en tant que membre du conseil de fonda­tion. «L’égalité sala­riale doit deve­nir réalité le plus rapi­de­ment possi­ble, déclare Lisa Mazzone à propos de son enga­ge­ment, et j’ai envie d’y contribuer.»

La responsa­bi­lité de la sphère politique

Selon Lisa Mazzone, la sphère poli­tique a aussi sa part de responsa­bi­lité à assu­mer pour que la Fonda­tion ait encore plus d’impact. La poli­tique doit être plus exige­ante et plus ambi­ti­euse pour combler l’écart sala­rial, souli­gne-t-elle. C’est en sa qualité de repré­sen­tante de la sphère poli­tique que la conseil­lère aux États a été élue au conseil de fonda­tion. Elle exerce cette fonc­tion depuis un an et constate le dyna­misme avec lequel la Fonda­tion va de l’avant. «La Fonda­tion est très inno­vante», déclare Lisa Mazzone. EQUAL-SALARY apporte égale­ment des outils pour l’égalité des chan­ces. Une grille sala­riale rigo­u­re­use ne protège en effet pas des écarts sala­ri­aux sur le moyen terme. «Il s’agit d’analyser le recru­tement, la forma­tion, la promo­tion. La poli­tique devrait s’inspirer de cette démar­che qui permet de s’attaquer aux biais incon­sci­ents qui sont à l’origine de discriminations.»

«Pour faire progres­ser au mieux l’énergie»

Fran­ziska Gsell, conseil­lère de fonda­tion de Laureus

«Avec un large éven­tail d’expériences asso­cié à une vision entre­pre­neu­riale dans différents domai­nes, il est possi­ble de faire progres­ser au mieux l’énergie», Fran­ziska Gsell cite ainsi les avan­ta­ges dont béné­fi­cie le conseil de la Fonda­tion Laureus. Avec les repré­sen­tan­tes et repré­sen­tants de différents sports et secteurs écono­mi­ques, la CMO de IWC Schaff­hau­sen s’engage au sein du conseil. L’entreprise est un parten­aire inter­na­tio­nal de la fonda­tion depuis 2005. C’est de cette façon que le contact s’est établi. Fran­ziska Gsell est conseil­lère de fonda­tion depuis un an main­ten­ant. Les origi­nes diver­ses des différents membres repré­sen­tent, à certains moments, un défi pour elle. Mais elle affirme: «Les défis sont parfois le moteur d’une colla­bo­ra­tion fruc­tu­euse. Exac­te­ment comme dans le sport, la fran­chise, le respect, la tolé­rance, la vision à long terme et l’équité sont des condi­ti­ons de base centrales.»

L’esprit d’entreprise

Pour le succès d’une fonda­tion, Fran­ziska Gsell estime que la commu­ni­ca­tion trans­pa­rente concer­nant la répar­ti­tion des fonds et le déve­lo­p­pe­ment de la fonda­tion est parti­cu­liè­re­ment importante. Et il faut que les fonda­ti­ons aient l’esprit d’entreprise: «Pour faire bouger les choses sur le long terme, les fonda­ti­ons doiv­ent aussi former leurs colla­bo­ra­teurs, impli­quer des experts ou inve­stir dans l’infrastructure et le marke­ting.» Mais elle considère que les fonda­ti­ons ont parfois un avan­tage sur les entre­pri­ses. «Elles sont bien souvent plus agiles, plus flexi­bles et moins poli­ti­sées. C’est seule­ment ainsi qu’elles peuvent remplir leur rôle, qui va bien au-delà du profit», dit-elle. «Si chaque entre­prise pouvait suivre un objec­tif social, l’économie pour­rait faire des mira­cles.» Selon elle, IWC intègre­rait cette idée. L’entreprise a défini depuis peu son «objec­tif»: Engi­nee­ring beyond time. IWC souhai­te­rait ainsi créer un meil­leur avenir pour les géné­ra­ti­ons à venir. L’engagement auprès des enfants a égale­ment été déter­mi­nant pour Fran­ziska Gsell dans sa mission en tant que conseil­lère de fonda­tion: «Je suis heure­use d’apporter ma contri­bu­tion, de rendre le monde un peu meil­leur pour nos enfants.»

«Un excel­lent outil de poli­tique sociale»

Marco Chiesa, conseil­ler de fonda­tion de Pro Infantia

Le cons­tat de la néces­sité d’une struc­ture juri­di­que solide avec des membres compé­t­ents et moti­vés, pour le bien des enfants, des famil­les et des colla­bo­ra­teurs, a poussé Marco Chiesa à fonder Pro Infan­tia avec quatre autres alliés. «Les fonda­ti­ons sont un excel­lent outil de poli­tique sociale», dit-il. Parmi les indi­vi­dus qu’il a rencon­trés, il a toujours trouvé des person­nes moti­vées et compé­ten­tes. «Par convic­tion, elles appor­tent leur contri­bu­tion à la société, sans exiger de cont­re­par­tie.» Lui-même s’engage parce qu’il souhaite appor­ter une contri­bu­tion précieuse pour quel­que chose de bien et d’important. «Le salaire de ce travail c’est le sourire des enfants, la passion des colla­bo­ra­teurs et la satis­fac­tion des parents», expli­que-t-il. Il voit cepen­dant un poten­tiel d’amélioration avec une mise en rela­tion entre la poli­tique et le monde des fonda­ti­ons. Cela pour­rait aider les gens ayant les mêmes préoc­cup­a­ti­ons à réali­ser des projets tels que Pro Infantia.

Une répar­ti­tion claire des tâches

Pro Infan­tia a été fondée en 2017 dans le but de contri­buer à l’éducation des enfants en âge prés­co­la­ire au Tessin. Ce sujet repré­sente une réelle préoc­cup­a­tion pour le prési­dent de l’UDC. «L’éducation est de la responsa­bi­lité des parents. En tant que mères et pères, nous sommes respons­ables de leur déve­lo­p­pe­ment», rappelle-t-il avant d’ajouter: «Cette tâche ne peut pas être délé­guée à l’État ou à une insti­tu­tion privée.» Marco Chiesa recon­naît que dans certai­nes situa­tions les infra­st­ruc­tures telles que les crèches pour­rai­ent contri­buer à amélio­rer la conci­lia­tion entre travail et famille. Pour le Tessin, en tant que petite région lingu­istique comp­tant une cinquan­taine de crèches, il voit l’importance fonda­men­tale de l’initiative publi­que-privée avec une répar­ti­tion claire des tâches. L’État est respons­able de l’élaboration de règles et de contrô­les de qualité. «La gestion des crèches est dans les mains des initia­ti­ves privées. Les frais sont étab­lis en fonc­tion des reve­nus», dit-il en souli­gnant la poli­tique sociale menée au Tessin et déclare: «Ce ne sont pas les défis qui manquent, mais nous sommes sur la bonne voie.» 

Vous avez tous répondu à notre invi­ta­tion sur LinkedIn à rendre votre enga­ge­ment visi­ble. Nous vous en remer­ci­ons de tout cœur. Le monde des fonda­ti­ons est dyna­mi­que. Il est varié et vit de l’engagement person­nel et de la passion d’individus. Avec vous, chères lectri­ces et chers lecteurs, nous voulons trou­ver ces prochains mois des idées et des formats pour faire avan­cer le secteur de manière parti­ci­pa­tive et collaborative.

«En tant que conseil­lère de fonda­tion, je peux faire en sorte que les cais­ses de pension et les parti­cu­liers suis­ses inve­stis­sent dans des entre­pri­ses réel­lement dura­bles et pren­nent en compte dès aujourd’hui les inté­rêts des géné­ra­ti­ons futures.»

Corne­lia Diethelm

Membre du conseil de fonda­tion d’Ethos

«Je m’engage pour la fonda­tion Idée­Sport parce que l’innovation et le déve­lo­p­pe­ment de son programme s’adaptent aux chan­ge­ments de notre société et font de la Suisse un endroit meil­leur et plus accueillant.»

Gior­gio Panzera

Membre du conseil de fonda­tion d’IdéeSport

«En plaçant une part considé­ra­ble de leur fortune dans une fonda­tion juri­di­que­ment indé­pen­dante, mes parents ont créé un trésor qui renferme un poten­tiel incroy­a­ble que je souhaite explo­i­ter et préserver.»das ich erschlies­sen und bewah­ren möchte.» 

Oliver Degen

Membre du conseil de fonda­tion Werner und Helga Degen

«Je m’engage pour notre fonda­tion afin de pouvoir amélio­rer dura­ble­ment la vie des gens.» Marc-André Pradervand

Marc-André Prader­vand

Prési­dent du conseil de fonda­tion de Baustei

«L’effet posi­tif de la théra­pie sur les enfants est tellement évident que je suis heureux d’apporter mon temps et ma créa­ti­vité à la fonda­tion, car je constate des progrès en matière de colla­bo­ra­tion avec les hôpi­taux et les théra­peu­tes, et que le travail au sein du conseil de fonda­tion avec notre équipe opéra­ti­on­nelle me procure beau­coup de plaisir!»

Daniel Frutig

Vice-prési­dent du conseil de fonda­tion d’Art-Therapie

«En combi­nant mes connais­san­ces et mon expé­ri­ence ainsi que mon souhait de parti­ci­per acti­ve­ment à la construc­tion de l’avenir, j’aimerais appor­ter ma contri­bu­tion afin que la Pensi­ons­kasse Stadt Zürich puisse conti­nuer à remplir la mission qu’elle a assu­mée vis-à-vis de ses assurés.»

Mela­nie Gajowski

Prési­dente du conseil de fondation

«C’est justement dans la situa­tion actu­elle avec ses nombreux défis (écono­mi­ques et poli­ti­ques) que l’intérêt géné­ral est souvent écarté au profit des inté­rêts person­nels. Je considère qu’il est donc encore plus important d’agir au sein d’organisations (en tant que conseil­ler de fonda­tion) qui s’investissent pour que les person­nes soient soute­nues dans leurs droits, qu’elles soient encou­ra­gées dans leurs compé­ten­ces et qu’elles soient accom­pa­gnées en se concen­trant sur leur inclu­sion comme le fait la fonda­tion HUMANITAS.»

Corne­lia Trachsler-Ariol

Membre du conseil de fonda­tion de HUMANITAS – Travail­ler, habi­ter et vivre pour les person­nes en situa­tion de handicap. 

«Les enfants, la forma­tion, les oppor­tu­ni­tés, tout cela fait partie des sujets qui me tien­nent à cœur. La fonda­tion Pesta­lozzi Schul­camps ramène les enfants qui sont en marge de la société au centre et leur permet de vivre et d’apprendre pendant une semaine avec le meil­leur de la musi­que, de la danse et des scien­ces. Le fait que la fonda­trice et direc­trice de l’entreprise gère le tout de manière rigo­u­re­use et entre­pre­neu­riale, tout en s’investissant corps et âme, et avec ses enfants, est quel­que chose de très parti­cu­lier. Le fait d’avoir pu accom­pa­gner la fonda­tion depuis le début par des conseils et des actions me remplit d’une grande gratitude.»

Fran­ziska Juch

Membre du conseil de fonda­tion de Pesta­lozzi Schulcamps

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !