La confi­ance est la base de toute coopé­ra­tion de qualité

L’aide dans le secteur social

Divers acteurs œuvrent dans le secteur social. Quels avan­ta­ges cela apporte-t-il et que peuvent apprendre les différents acteurs les uns des autres? Quels doiv­ent être les points communs des dona­teurs pour que la coopé­ra­tion soit une réussite?

La Suisse moderne est marquée par le principe de subsi­dia­rité depuis 150 ans. Ce «cont­rat social» a été inscrit comme principe dans la Consti­tu­tion fédé­rale de 1848. Il déter­mine les inter­ac­tions entre l’État, le marché et la société civile, tout en renfor­çant l’autodétermination et la responsa­bi­lité indi­vi­du­elle. Ainsi, le modèle poli­tique, socié­tal et social suisse se base sur l’engagement volon­taire de la population.

En Suisse, le volon­ta­riat et la société civile sont perçus non pas comme des éléments étant à l’opposé de l’État mais comme des complé­ments de celui-ci servant de correc­tifs et de lieux propi­ces à l’innovation. Si l’État est d’abord respons­able de l’application des bases juri­di­ques, la force d’innovation à l’origine de nouvel­les impul­si­ons dépend souvent de la société civile. Celle-ci parti­cipe acti­ve­ment aux chan­ge­ments soci­aux. Les habi­tan­tes et habi­tants de notre pays agis­sent en tant que société civile de manière auto-orga­ni­sée et publi­que en faveur de projets à but non lucra­tif – non pas en tant que membres d’une famille, employés ou fonc­tion­n­aires de l’État, mais en tant que citoy­ennes et citoy­ens, par exemple comme membres d’une asso­cia­tion ou dona­teurs/-trices.

La question de savoir qui se charge de quelle mission dans notre société n’est pas défi­ni­ti­ve­ment réglée et revi­ent sans cesse sur la table – à l’exception de certai­nes missi­ons clés de l’État. La société civile perçoit souvent des fail­les dans le système, prend des initia­ti­ves et lance des acti­vi­tés qui sont bien souvent repri­ses par le secteur public quel­ques années plus tard. Par exemple, des asso­cia­ti­ons de femmes orga­nis­ent souvent des dîners pour les enfants, lesquels sont désor­mais inscrits dans la loi dans le canton de Zurich. Autre exemple: le secteur public délè­gue des missi­ons incluant un mandat de presta­ti­ons à la société civile, tandis que le marché inter­vi­ent surtout lorsqu’il peut géné­rer du profit, par exemple avec des crèches privées.

Connaître la culture de l’autre

La société civile joue souvent le rôle de moteur d’innovation. Ses acteurs sont capa­bles de gérer les risques, d’agir assez rapi­de­ment mais aussi d’élaborer, d’évaluer et de redi­men­si­on­ner un modèle pilote. Les fonda­ti­ons dona­tri­ces font partie de la société civile. Dans le cadre de leur objec­tif de fonda­tion, elles ont la possi­bi­lité de soutenir de nouvel­les initia­ti­ves sans forma­li­tés inuti­les et de permettre la réali­sa­tion de projets qui n’ont pas encore été main­tes fois testés, ni insti­tu­ti­onnali­sés. Le secteur public a toute­fois besoin d’une base juri­di­que pour agir et doit rendre des comp­tes au grand public. Il peut prendre moins de risques. Les proces­sus sont donc plus lents et, du point de vue de la société civile, souvent un peu stagnants. La mission, la direc­tion et les tâches sont égale­ment très différentes.

L’interaction entre les différents acteurs est importante et néces­saire pour gérer les défis comple­xes. Mieux on connaît la culture de l’autre, plus le travail en est faci­lité. Telle est la base des coopé­ra­ti­ons menées «sur un pied d’égalité» comme le veut cette expres­sion souvent citée. Peu importe qui travaille avec qui – des fonda­ti­ons entre elles, avec leurs parten­aires dona­teurs, avec l’État ou le secteur privé, la connais­sance du rôle de l’autre, la compré­hen­sion de ses missi­ons, la légiti­ma­tion et les compé­ten­ces sont la clé pour valo­riser une colla­bo­ra­tion.
De nombreu­ses orga­ni­sa­ti­ons dona­tri­ces acti­ves dans le secteur social cher­chent des projets inno­vants qui en sont à leurs débuts. On oublie que les projets soci­aux ont souvent une durée plus longue. C’est pour­quoi il est important d’en­cou­ra­ger égale­ment les proces­sus de conso­li­da­tion et de transformation.

Une nouvelle façon commune de voir les choses

Les fonda­ti­ons dona­tri­ces et les orga­ni­sa­ti­ons devrai­ent réflé­chir ensem­ble à ce que signi­fie réel­lement “promo­tion dans le domaine social”. D’une part en repous­sant l’attention portée au projet indi­vi­duel à l’arrière-plan au profit d’une nouvelle façon de voir les choses pour s’interroger sur l’utilité géné­rale de celui-ci pour l’organisation à soutenir et se deman­der comment les dona­teurs peuvent aider concrè­te­ment cette orga­ni­sa­tion à agir de manière effi­cace et à remplir ses missi­ons. D’autre part en discu­tant de nouveaux modè­les de soutien communs, tels que les finan­ce­ments en commun (effet de levier plus important) ou les finan­ce­ments de suivi (les fonda­ti­ons pren­nent en charge le finan­ce­ment des diffé­ren­tes phases d’un projet les unes après les autres).

Pour que la coopé­ra­tion soit couron­née de succès, il doit y avoir un objec­tif commun, une défi­ni­tion claire des rôles, une fiabi­lité, un respect mutuel, une commu­ni­ca­tion trans­pa­rente, une orien­ta­tion sur l’efficacité et surtout une grande confi­ance. Un climat de confi­ance ne s’instaure pas de lui-même. Il se déve­lo­ppe progres­si­ve­ment et doit être cultivé par les deux parties. C’est un inve­stis­se­ment dans le parten­a­riat qui en vaut la peine et apporte une valeur ajou­tée à chacun. La confi­ance est la base de toute coopé­ra­tion de qualité et lorsqu’elle est bien étab­lie, les retom­bées sont considé­ra­bles pour tous: contrô­ler, c’est bien, faire confi­ance, c’est encore mieux.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !