L’interaction entre les géné­ra­ti­ons

Accepter les besoins de l’autre génération

Dans l’ensemble de la société comme dans les commu­n­au­tés sur lesquel­les on a une vue d’ensemble, l’interaction entre les géné­ra­ti­ons prend de l’ampleur. Le temps de vie commun prolongé en raison du chan­ge­ment démo­gra­phi­que exige une compré­hen­sion mutu­elle des besoins de chaque géné­ra­tion. Ainsi, la plate­forme Inter­ge­nera­tion donne de la visi­bi­lité à des projets inter­gé­né­ra­ti­on­nels et la fonda­tion Quin­ten lebt œuvre pour le «vivre ensem­ble» dans un village.

C’est le calme plat. Quand le bateau revi­ent et acco­ste en dehors de la saison, il a peu de passa­gers. La crise du coro­na­vi­rus a cimenté ce calme. Le trans­port des touri­stes est à l’arrêt. Quin­ten. Le village se situe sur la rive sud du lac de Walen. Chaque été, son climat médi­ter­ra­néen attire près de 200 000 touri­stes. En dehors de la saison, les 38 habi­tants restent le plus souvent entre eux. Quin­ten n’est acces­si­ble que par le lac. En 1835, 171 person­nes vivai­ent encore dans ce village idyl­li­que. Mais Quin­ten est marqué par l’exode rural comme les autres villa­ges ruraux. Il manque de jeunes. Pour­tant, le village vit. Il se bat pour sa qualité de vie. Sa première mesure a été de créer la commu­n­auté d’intérêts «Quin­ten lebt» (Quin­ten vit). Sa deuxi­ème a été de créer la fonda­tion du même nom. Pour déve­lo­p­per la vie du village, il faut que les jeunes y emmé­na­gent. 

Connaître les besoins mutu­els

Ce qui consti­tue un défi pour un village est valable pour toute la société. Notre société vit de l’interaction entre les géné­ra­ti­ons. Les questi­ons de la géné­ra­tion vieil­lis­sante peuvent unique­ment être réso­lues avec la jeune géné­ra­tion. «Lorsque nous avons commencé à nous pencher davan­tage sur les rela­ti­ons entre les géné­ra­ti­ons, nous avons clai­re­ment vu qu’il y avait un chan­ge­ment démo­gra­phi­que et que celui-ci allait s’accentuer», déclare Monika Blau, direc­trice du programme d’Intergeneration. L’idée d’une plate­forme en ligne est née en 2010, à l’occasion des 200 ans de la SSUP, la Société suisse d’utilité publi­que. Celle-ci porte le projet qui a depuis long­temps dépassé la plate­forme numé­ri­que. Les chan­ge­ments considé­ra­bles vont mettre la société à rude épreuve. Les rapports s’inversent. Les jeunes sont en mino­rité par rapport aux person­nes âgées. «Cela ne doit pas signi­fier que nous ne prêtons plus une oreille atten­tive aux jeunes», affirme Ruedi Schnei­der, direc­teur adjoint du programme Inter­ge­nera­tion. «Il est important que l’on connaisse et recon­naisse les inté­rêts et les besoins des autres tran­ches d’âge. Cela est valable dans les deux sens.» C’est l’objectif du programme d’aide. En faisant connaître les projets, il entend renforcer la rela­tion entre les géné­ra­ti­ons. Les projets qui lient les géné­ra­ti­ons entre elles doiv­ent avoir de la visi­bi­lité. Les porteurs et respons­ables des projets doiv­ent se mettre en rela­tion les uns avec les autres.

Recher­che une jeune famille

La rela­tion entre les géné­ra­ti­ons est importante. Cela est valable au sein de la famille entre les petits-enfants et les grands-parents. Cela est valable dans la société et même dans un village comme Quin­ten. «L’idée de la fonda­tion Quin­ten lebt vient de mon voisin», expli­que Joel Schmid, prési­dent de la fonda­tion. C’est aussi lui qui a jeté les bases de la fonda­tion avec son soutien finan­cier. Mais seule, la fonda­tion ne pouvait pas réali­ser les projets prévus. Joel Schmid souli­gne que la fonda­tion Hans und Hilde Schütze à Zurich a soutenu les projets de Quin­ten. «La fonda­tion a vu que ses fonds étai­ent utili­sés direc­te­ment chez nous dans un projet dura­ble. C’est une coopé­ra­tion réus­sie; deux fonda­ti­ons ont fait bouger les choses ensem­ble.» Le «projet Quin­ten» a aussi attiré l’attention des médias. Ils ont parti­cu­liè­re­ment parlé du projet Dörfli 1370. Dans une maison non ache­vée, la fonda­tion a aménagé deux loge­ments et un bed and break­feast avec un bistrot. Le bistrot doit être ouvert à l’année pour le village. Mais l’attention média­tique s’est surtout tour­née vers l’offre de la fonda­tion qui propo­sait une somme d’argent à une jeune famille qui emmé­na­ge­rait à Quin­ten.

Plus de temps

L’attractivité des villes est repar­tie à la hausse chez toutes les géné­ra­ti­ons. Les gens emmé­na­gent dans les villes. «À la campa­gne comme en ville, la ségré­ga­tion des âges, c’est-à-dire la sépa­ra­tion des tran­ches d’âge dans la vie quoti­di­enne, en parti­cu­lier entre les jeunes et les person­nes âgées, est très marquée», déclare Monika Blau. «Au quoti­dien, les enfants et les adole­scents rencon­t­rent rare­ment les anci­ens.» Dans le même temps, les échan­ges entre les géné­ra­ti­ons gagn­ent en import­ance. Parce que nous vivons plus long­temps, la péri­ode de coexi­stence des diffé­ren­tes géné­ra­ti­ons ne cesse d’augmenter. Cela néces­site une colla­bo­ra­tion entre les géné­ra­ti­ons. «Les projets sont une réus­site lorsque toutes les géné­ra­ti­ons parti­ci­pan­tes en tirent profit et non lorsque l’une d’entre elles réalise quel­que chose pour l’autre ou bien lorsque l’utilisation est répar­tie unila­té­ra­le­ment, voire lorsqu’une tran­che d’âge est instru­men­ta­li­sée», affirme Ruedi Schnei­der. La plate­forme pilote 340 projets. Tous se basent sur une colla­bo­ra­tion à laquelle parti­ci­pent diffé­ren­tes géné­ra­ti­ons. À Quin­ten aussi, la commu­n­auté d’intérêts et la fonda­tion travail­lent sur plusieurs fronts pour amélio­rer la qualité de vie de chacun: livrai­son quoti­di­enne du cour­rier, raccor­de­ment à une conne­xion Inter­net rapide ou encore liai­son de trans­port vers Zurich. Il est déter­mi­nant d’accepter les besoins des diffé­ren­tes géné­ra­ti­ons. Cela est parti­cu­liè­re­ment important, car de manière géné­rale les ressour­ces dispo­ni­bles sont limi­tées. «Il y a des discus­sions et des conflits concer­nant la répar­ti­tion», expli­que Monika Blau. À titre d’exemple, elle cite le budget alloué à l’éducation des enfants et des adole­scents qui entre en concur­rence avec les dépen­ses de soins et de prise en charge des géné­ra­ti­ons vieil­lis­san­tes. «Ces derniers profi­tent aussi des jeunes gens qui reçoiv­ent aujourd’hui une bonne forma­tion, car à l’avenir, c’est la jeune géné­ra­tion qui se char­gera d’offrir une prise en charge et des soins adap­tés aux person­nes âgées et le fait d’avoir une bonne forma­tion leur faci­li­tera la tâche», dit-elle – une décla­ra­tion qui donne à réflé­chir.

Valo­riser l’artisanat tradi­ti­on­nel, vivre et mourir

À Quin­ten, la fonda­tion a créé une nouvelle source de reve­nus grâce aux savoirs anci­ens. Le Raupen­ho­tel fait revivre la tradi­tion séri­ci­cole (c’est-à-dire l’élevage de vers à soie) comme elle existait autre­fois à Quin­ten. De plus, la fonda­tion «Quin­ten lebt» a lancé un autre projet très spécial qui occupe surtout la géné­ra­tion vieil­lis­sante mais concerne tout le monde. Elle veut construire son propre cime­tière. «Cela répond à un besoin local. Les habi­tants veulent être enter­rés ici», déclare Joel Schmid. «C’est égale­ment important pour faire son deuil.» Bien évidem­ment, ce n’est pas un besoin que l’on va spon­ta­né­ment évoquer à quelqu’un lorsqu’on se balade dans le village. «Mais à chaque fois que nous avons abordé ce point dans les réuni­ons, cela a toujours créé une ambi­ance très spéciale», expli­que Joel Schmid.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !