Faut-il se conten­ter de bons résultats?

Les femmes unies pour l’égalité

Certai­nes fonda­ti­ons se sont penchées sur les questi­ons de genre lors de leurs actions de dona­tion ou dans leurs statuts. De bons résul­tats ont été atteints. Le poten­tiel demeure. Il suffit de jeter un coup d’œil à la compo­si­tion des conseils de fonda­tion pour constater que les femmes conti­nu­ent à être sous-repré­sen­tées, comme dans les orga­nes de direc­tion économiques.

«Les femmes ont obtenu de nombreu­ses avan­cées, et il reste beau­coup à faire!», estime Rita Schmid. Elle est prési­dente du conseil de fonda­tion de la Fonda­tion pour l’étude du travail fémi­nin fondée en 1960. Les béné­fices déga­gés lors de la deuxi­ème Expo­si­tion natio­nale suisse du travail fémi­nin (SAFFA) en 1958 ont permis de créer la fonda­tion. L’exposition, orga­ni­sée par diffé­ren­tes asso­cia­ti­ons fémi­ni­nes et leur orga­ni­sa­tion faîtière, avait pour thème le rôle de la femme dans la société moderne. Les femmes voulai­ent parti­ci­per à la vie active en plus de leurs tâches fami­lia­les et de leur travail bénévole. 

La SAFFA 58 a égale­ment joué un rôle de «mani­fe­sta­tion promo­ti­on­nelle» pour le droit de vote des femmes, même si ce fut en vain, en tout cas dans l’immédiat. En 1959, les hommes suis­ses se pronon­cè­rent une nouvelle fois contre le suffrage fémi­nin lors d’une votation.

Le travail féminin

«La créa­tion de la fonda­tion fut un message fort: le travail fémi­nin est un sujet de recher­che multi­di­men­si­on­nel», précise Rita Schmid en ajou­tant que des mili­tan­tes acti­ves pour le droit de vote et d’éligibilité des femmes consti­tuai­ent le conseil de la fonda­tion. Le suffrage fémi­nin a fina­le­ment été intro­duit en 1971. Rita Hermann-Huber considère comme une preuve de la répar­ti­tion des rôles alors en vigueur le fait qu’il ait fallu encore attendre plus de dix ans après la SAFFA 58 pour que les femmes obti­en­nent leurs droits poli­ti­ques. «La SAFFA 58 n’a certai­ne­ment pas fait l’unanimité à l’époque chez de nombreux hommes et de nombreu­ses femmes. Les femmes étai­ent censées s’occuper des tâches ména­gè­res et des enfants», relate la prési­dente de la Fonda­tion pour la forma­tion civi­que. Cette dernière a égale­ment été créée grâce aux béné­fices géné­rés par l’exposition. La fonda­tion s’est alors cons­acrée à prépa­rer les femmes à leurs responsa­bi­li­tés civi­ques. Elle voulait appro­fon­dir la compré­hen­sion des femmes envers leurs tâches dans la vie publi­que. Depuis, certai­nes choses se sont améliorées. 

Depuis l’introduction du droit de vote des femmes, Rita Hermann-Huber a constaté que la poli­tique avait subi un important chan­ge­ment. «Heure­u­se­ment», dit-elle, non sans ajou­ter: «La parité homme-femme n’est pas encore atteinte à tous les niveaux. L’égalité des salai­res ou la conci­lia­tion de la vie profes­si­on­nelle et fami­liale sont toujours des thèmes prob­lé­ma­ti­ques.» Il est donc néces­saire d’agir. Cette néces­sité carac­té­rise l’engagement de la fonda­tion. Les projets soute­nus doiv­ent contri­buer à l’égalité de trai­te­ment. La fonda­tion peut s’engager sur le plan finan­cier à raison de 25 à 30 projets par an. Elle ne réalise pas de projets de sa propre initia­tive. «Les requêtes envers notre fonda­tion émanent en géné­ral d’organisations fémi­ni­nes», expli­que Rita Hermann-Huber. Elle a néan­moins constaté ces derniè­res années un chan­ge­ment dans les deman­des enre­gi­s­trées. Les projets à desti­na­tion de femmes migran­tes sont plus nombreux. Le thème des violen­ces faites aux femmes et les questi­ons de genre ont gagné en import­ance. «Nous avons p. ex. reçu un projet de livre centré autour de portraits de person­nes en grève en lien avec la grève des femmes», raconte-t-elle. Ceci étant, la fonda­tion ne souti­ent ce type de projet que lorsque des orga­ni­sa­ti­ons ou des grou­pes fémi­nins publi­ent les livres. Actu­el­lement, de nombreu­ses orga­ni­sa­ti­ons prévoi­ent des événe­ments à l’occasion du cinquan­ten­aire du droit de vote des femmes. «De nombreux projets en lice prou­vent que la question de l’égalité de trai­te­ment est toujours d’actualité», ajoute Rita Hermann-Huber.

Une pola­ri­sa­tion voulue

Droits poli­ti­ques et travail: les obsta­cles pour les femmes étai­ent de taille. Les femmes ont été obli­gées de se battre pour tout. Un des argu­ments couram­ment invo­qués était celui selon lequel la lutte des femmes pour leurs droits provo­quer­ait une frac­ture sociale. «Les femmes ont été remi­ses à leur place. Des thèmes géné­raux tels qu’une crise écono­mi­que ou une préten­due menace exté­ri­eure de la Suisse ont été avan­cés pour défendre le principe d’unité», estime Fran­ziska Schutz­bach. Cette socio­lo­gue et cher­cheuse en questi­ons de genre le constate encore aujourd’hui: «Il faut du courage et aussi recon­naître que les luttes, les conflits et la pola­ri­sa­tion peuvent égale­ment être import­ants et avoir du bon.» 

Cela vaut parti­cu­liè­re­ment pour les thèmes rela­tifs à l’égalité. En effets, ceux-ci pola­ri­sent. Mais la culture de consen­sus domi­nante a toujours freiné le mouve­ment fémi­nin, dit-elle. Comme les femmes n’avaient pas de droits poli­ti­ques, les asso­cia­ti­ons et les orga­ni­sa­ti­ons pour femmes étai­ent des forces abso­lu­ment centra­les. Le fait de prendre ainsi appui sur différents canaux vaut encore aujourd’hui. D’après Fran­ziska Schutz­bach, la poli­tique parle­men­taire ne suffit pas. La société civile, la rue et les orga­ni­sa­ti­ons comme les fonda­ti­ons sont tout autant néces­saires. Elle souhaite que ces derniè­res «agis­sent avec un peu plus de courage à cet égard». Les fonda­ti­ons qui s’exposent via un enga­ge­ment géné­ral et une orien­ta­tion poli­tique claire en faveur de l’égalité de trai­te­ment font à son avis parti­cu­liè­re­ment défaut. Fran­ziska Schutz­bach travaille à la mise en place d’un insti­tut fémi­ni­ste pour étudier les prob­lé­ma­ti­ques liées au genre et les commu­ni­quer à un large public. Cet insti­tut a pour but d’effectuer des recher­ches judi­cieu­ses, perti­nen­tes pour la société, mais aussi enga­gées sur le plan poli­tique, et doit égale­ment se distin­guer des acadé­mies tradi­ti­on­nel­les sur le plan de la méthode et de la culture. Ce ne serai­ent pas les listes de publi­ca­ti­ons et les postes de profes­seurs qui y jouer­ai­ent un rôle central, mais l’élaboration des connais­san­ces pour une société éman­ci­pa­toire. Tandis qu’en Allema­gne, les fonda­ti­ons proches de parties telles que la fonda­tion Rosa Luxem­burg ou la fonda­tion Hein­rich Böll s’occupent de l’éducation à la vie poli­tique, de telles insti­tu­ti­ons manquent ici en Suisse. Le savoir critique reste cantonné aux acadé­mies et est quasi­ment absent de la société en géné­ral, entre autres parce que de nombreux élèves quit­tent l’école à partir de la 9e classe ou font une forma­tion profes­si­on­nelle. Or l’éducation poli­tique et la réfle­xion critique indi­vi­du­elle sont fonda­men­ta­les pour une démo­cra­tie directe.

Des femmes impressionnantes

Mais il y a eu très tôt des femmes qui se sont expo­sées. Et égale­ment des hommes qui ont reconnu cet enga­ge­ment. C’est ce que montre la créa­tion de la fonda­tion pour les femmes Irma Landolt-Lech­ner en 1974. Karl Landolt était impres­si­onné par l’écrivaine et fémi­ni­ste Meta von Salis-Marsch­lins. «Elle l’impressionnait parce qu’elle ne voulait pas se lais­ser forcer à jouer le rôle fémi­nin déter­miné à l’avance par la société», raconte Ariane Bolli-Landolt, la prési­dente du conseil de fonda­tion. Il vivait un parten­a­riat équi­li­bré avec sa femme Irma, qui élevait quatre enfants en plus de son travail à l’institut. «Ils avai­ent certes une répar­ti­tion des rôles très claire, mais il n’y avait aucune diffé­rence dans le juge­ment de valeur de l’activité considé­rée», ajoute-t-elle.

Rien d’étonnant donc à cet ancien direc­teur d’un insti­tut de filles crée une fonda­tion cons­acrée spéci­fi­que­ment à la promo­tion des femmes. «C’est une marque de recon­nais­sance et un signe d’estime envers les femmes en géné­ral, Irma Lech­ner qui était sa compa­gne, et Marie Landolt-Übel­mann, mère céli­ba­taire, en parti­cu­lier», expli­que Ariane Bolli-Landolt. Un homme joue égale­ment un rôle dans la genèse de la fonda­tion Elisa­be­then­werk. «À cette époque-là et pour cette géné­ra­tion, le fait qu’un homme s’implique pour une fonda­tion qui fait la promo­tion d’activités fémi­ni­nes était progres­si­ste», estime Rosma­rie Koller-Schmid, membre du conseil de fonda­tion. Karl Hompesch a créé la fonda­tion Elisa­be­then­werk en 2003. Catho­li­que, il connais­sait bien l’histoire de sainte Élisa­beth, qui s’est enga­gée pour les pauvres. Il connais­sait égale­ment l’Elisabethenwerk de la Ligue suisse des femmes catho­li­ques (SKF). «Il aurait bien entendu pu tout aussi bien faire un legs à l’Elisabethenwerk», remar­que Liliane Parmig­giani, collec­trice de fonds pour l’Elisabethenwerk. Mais il lui impor­tait que les dons alimen­tent direc­te­ment les projets de l’Elisabethenwerk.
L’Elisabethenwerk fait la promo­tion des femmes en Ouganda, en Inde et en Boli­vie et les aide à sortir de la pauvreté indé­pen­dam­ment de leur appar­ten­ance reli­gieuse ou ethni­que. Sur place, les colla­bo­ra­t­ri­ces du projet déve­lo­p­pent avec les femmes en situa­tion de pauvreté des stra­té­gies pour que ces derniè­res génè­rent leurs prop­res reve­nus; elles leurs trans­met­tent des connais­san­ces sur l’hygiène et la plani­fi­ca­tion fami­liale et font de la préven­tion sur la traite des femmes et les violen­ces dome­sti­ques. Les projets de l’Elisabethenwerk ont égale­ment pour objec­tif de renforcer la confi­ance en soi des femmes.

Le travail de l’Elisabethenwerk révèle une image progres­si­ste de la femme qu’on ne s’attendrait pas néces­saire­ment à trou­ver dans un contexte catho­li­que. C’est le fait du SKF, la plus grande orga­ni­sa­tion faîtière fémi­nine reli­gieuse, auquel il est ratta­ché. «Il existe une Église catho­li­que en dehors de l’Église insti­tu­ti­on­nelle», expli­que Liliane Parmig­giani: «Le SKF surprend régu­liè­re­ment posi­ti­ve­ment par son carac­tère progres­si­ste.» Cela se mani­fe­ste dans l’engagement de l’association pour l’égalité des droits au sein de l’Église catho­li­que ou pour les questi­ons d’égalité de trai­te­ment liées au mariage, deux causes soute­nues par le comité de l’association. L’action de l’Elisabethenwerk se concentre sur la coopé­ra­tion dura­ble en matière de déve­lo­p­pe­ment pour les femmes en situa­tion de pauvreté.

Liliane Parmig­giani ajoute: «Pour oser reven­di­quer leurs droits, les femmes ont besoin d’autonomie et d’une assise finan­cière. De travail.» Cela vaut aussi pour la Suisse.

Qu’est-ce que le travail?

Fran­ziska Schutz­bach souli­gne égale­ment l’importance de l’emploi comme signe d’égalité. Elle constate que des progrès nota­bles ont été accom­p­lis depuis la première grève des femmes. Aujourd’hui, une majo­rité de femmes sont en acti­vité. Mais cela demeure un sujet déli­cat. De nombreu­ses femmes travail­lent à temps partiel. Elles en subis­sent des incon­vé­ni­ents sur le plan de leur carri­ère et des pertes en matière de prévoyance vieil­lesse. «Souvent, l’activité profes­si­on­nelle consi­ste à s’adapter en profon­deur à des envi­ron­ne­ments mascu­lins. Si inté­grer notre mode de produc­tion écono­mi­que capi­ta­li­ste devait être le seul succès obtenu, je trou­ver­ais qu’il s’agit là d’une inter­pré­ta­tion bien triste de l’émancipation.», relève-t-elle. En effet, une inéga­lité et une discri­mi­na­tion demeu­rent. Les femmes acti­ves conti­nu­ent d’assumer les tâches dome­sti­ques et fami­lia­les. «En Suisse, les femmes ont toujours dû lutter âpre­ment pour leur statut», assure Fran­ziska Schutz­bach. De nombreu­ses évolu­ti­ons sont arri­vées tard. Le viol conju­gal est reconnu seule­ment depuis 2004 comme un délit pour­suivi d’office. Le congé mater­nité a été intro­duit seule­ment en 2005. «Le fait que nous lutti­ons encore aujourd’hui pour un salaire égal et exigi­ons des mesu­res de la part de l’État est parfois quali­fié de dicta­ture», dit-elle en précisant: «C’est le contr­aire qui est le cas. C’est un signe de démo­cra­tie de lutter contre les discri­mi­na­ti­ons et les inéga­li­tés, et c’est en outre un mandat consti­tu­ti­on­nel. L’État doit veil­ler à l’égalité des salai­res et à prendre des mesu­res.» Rita Schmid déplore elle aussi que l’égalité des salai­res ne soit pas encore atteinte, non sans regar­der vers l’avenir: «La numé­ri­sa­tion du monde du travail fait surgir de nouvel­les questi­ons qui doiv­ent être exami­nées à travrs le prisme du genre.» Cette dimen­sion très d’actualité est tout aussi importante pour la Fonda­tion pour l’étude du travail fémi­nin que l’analyse histo­ri­que. La fonda­tion veut d’une part donner de la visi­bi­lité aux réali­sa­ti­ons fémi­ni­nes pour la mémoire histo­ri­que et cultu­relle d’une société éclai­rée; d’autre part, elle veut contri­buer à ce que les condi­ti­ons de travail des champs d’activité comportant une propor­tion de femmes supé­ri­eure à la moyenne, comme le travail d’aide ou le commerce de détail, fassent l’objet d’un examen critique. «L’égalité et le travail sont étroi­te­ment liés», affirme Rita Schmid. Cela commence avec le terme de travail. Qu’est-ce qui est considéré comme du travail? Si certai­nes acti­vi­tés sont considé­rées comme import­an­tes pour la société, elles doiv­ent être recon­nues comme étant du travail et rému­n­é­rées de manière appro­priée. «Comme nous le savons, il existe sur le plan histo­ri­que et actu­el­lement dans une perspec­tive de genre de gran­des diffé­ren­ces dans l’évaluation des presta­ti­ons de travail, de la rému­n­é­ra­tion et des évolu­ti­ons de carri­ère ainsi que des questi­ons de conci­lia­tion de la vie profes­si­on­nelle et fami­liale et des chan­ces sur le marché de l’emploi. La recon­nais­sance et l’estime dont font l’objet les presta­ti­ons de travail sont toujours émail­lées de discri­mi­na­ti­ons au détri­ment des femmes malgré les grands progrès réali­sés ces derniè­res décen­nies», précise Rita Schmid. Une vision des choses parta­gée par Ariane Bolli-Landolt: «C’est un fait connu que les femmes sont à l’origine d’accomplissements remar­qu­ables non seule­ment sur le plan fami­lial, mais plus géné­ra­le­ment dans l’accompagnement de proches (mala­des), dans des acti­vi­tés de volon­ta­riat ou encore dans le cadre de projets socio­cul­tu­rels. Cela n’est nullement reconnu à sa juste valeur et fait encore moins l’objet d’une rémunération.»

Une diver­sité bénéfique

Pour s’assurer que les questi­ons de genre soient trai­tées avec tout le soin requis dans leur fonda­tion, elles sont inscri­tes dans les statuts de la fonda­tion faîtière Kyria. Tanja Bootz et Brigitt Küttel ont fondé Kyria ensem­ble en 2019. Il s’agit de la première fonda­tion faîtière voulant expli­ci­te­ment inté­grer et appuyer les femmes. «Il est important pour nous de mettre cela en avant», affirme Brigitt Küttel, sa direc­trice. «La diver­sité apporte tellement d’aspects béné­fi­ques et précieux», renché­rit Tanja Bootz. Brigitt Küttel a grandi avec cette question. On discu­tait déjà d’égalité autour de la table fami­liale. Brigitt Küttel avait huit ans lors de l’introduction du droit de vote des femmes. Elle se souvi­ent de ce moment important. «Quand on a demandé à ma mère, Elisa­beth Kopp, si elle voulait se présen­ter au conseil commu­nal, le sujet a encore gagné en import­ance, car elle ne pouvait pas s’être battue des années durant pour refu­ser ensuite la possi­bi­lité d’une candi­da­ture.» Aujourd’hui, l’ancienne conseil­lère fédé­rale Elisa­beth Kopp est membre du conseil de la fonda­tion Kyria. Pour cette raison et à cause de l’importance du sujet, la fonda­tion faîtière a fondé le fonds Elisa­beth Kopp pour la promo­tion des femmes. Son premier projet a été d’initier et de finan­cer une base de données. Cette dernière regroupe plus de 200 fonda­ti­ons de toute la Suisse promou­vant les femmes et les acti­vi­tés fémi­ni­nes. Ce rôle actif remonte à une déci­sion prise au début de l’existence de Kyria. «Lors de notre première séance du conseil de fonda­tion, nous avons décidé que nous ne vouli­ons pas unique­ment créer des fonds et des fonda­ti­ons cons­acrés à des questi­ons et à des thèmes qu’on nous soumet­trait. Nous vouli­ons aussi être actifs nous-mêmes et insi­ster sur nos valeurs», ajoute Brigitt Küttel. La fonda­tion faîtière Kyria ouvre dans ce but des fonds prop­res. Ces derniers doiv­ent permettre aux peti­tes fonda­tri­ces et aux petits fonda­teurs de s’engager en faveur de ces sujets et de ces valeurs.

 Gagner en visibilité

«Le thème du genre est importante, mais nous ne voulons pas être réduits à cette question», souli­gne Tanja Bootz, prési­dente du conseil de fonda­tion. La fonda­tion veut plutôt être active partout où c’est important pour elle et agir de multi­ples maniè­res. Son conseil de fonda­tion est donc mixte. En revan­che, le conseil de la fonda­tion pour les femmes Irma Landolt-Lech­ner est composé unique­ment de femmes. Mais ce n’est pas fixé par écrit. «Aujourd’hui, c’est sans doute comme une loi de fait», estime Ariane Bolli-Landolt. «Je ne vois pas cela comme une condi­tion néces­saire à un travail crédi­ble, mais j’apprécie de nommer nos lauréa­tes dans un conseil entiè­re­ment fémi­nin.» Le conseil récom­pense des femmes qui se sont distin­guées dans le domaine cultu­rel ou social. Il est plus important pour Ariane Bolli-Landolt de donner de la visi­bi­lité à ces accom­plis­se­ments plutôt que d’avoir une repré­sen­ta­tion pari­taire au sein du conseil de fonda­tion. Si l’on considère l’ensemble des fonda­ti­ons suis­ses, on constate que les femmes sont de toute façon toujours mino­ri­taires dans les conseils de fonda­tion. Ainsi, le rapport sur les fonda­ti­ons 2020 pour l’année 2019 recense 12 763 prési­den­ces de fonda­tion. Les femmes en occup­ent 20,4%. Leur propor­tion parmi les 61 106 mandats de conseil­lers de fonda­tion est un peu plus élevée: elle est de 27,9%. Au niveau de la direc­tion, la propor­tion de femmes est de 34,4%. Ces chif­fres font dire à Brigitt Küttel que comme dans l’ensemble de la société, le secteur des fonda­ti­ons est en retard. Et Tanja Bootz d’ajouter: «Nous consta­tons néan­moins que de plus en plus de femmes s’affirment. Par ailleurs, elles dispo­sent de plus en plus fréquem­ment d’argent qui leur appar­tient et leur permet de s’engager.» Elles considè­rent toutes les deux d’un œil critique le fait de vouloir augmen­ter la propor­tion de femmes en intro­du­i­sant des quotas: «Nous ne trou­vons pas qu’un quota obli­ga­toire de femmes soit quel­que chose d’intelligent», avance Brigitt Küttel, «le plus important demeure la meilleure quali­fi­ca­tion pour un poste donné et des affi­ni­tés avec l’objet de la fonda­tion. Un quota peut du moins faire en sorte qu’on s’efforce davan­tage de trou­ver des femmes pour occuper des postes dans les orga­nes et les conseils, et c’est en tout cas un aspect posi­tif.» Fran­ziska Schutz­bach n’est pas non plus une fan des quotas obli­ga­toires de femmes, même si elle les souti­ent en tout état de cause. «S’il est néces­saire d’introduire des quotas, cela prouve combien d’autres aspects font défaut», estime-t-elle. «Ce serait égale­ment réduc­teur de se conten­ter de faire entrer quel­ques femmes dans les conseils.» L’important est que les fonda­ti­ons s’engagent acti­ve­ment pour la question du genre. Quasi­ment chaque sujet comporte égale­ment des aspects liés au genre. Ici, il faud­rait selon les cas faire appel à une exper­tise externe. Par exemple, qu’est-ce que l’écologie a à voir avec l’égalité des genres? Ou la promo­tion dans le domaine de l’art? Fran­ziska Schutz­bach: «Bien sûr, cela peut aussi consi­ster à confier à davan­tage de femmes des postes de direc­tion de fonda­ti­ons. Mais souvent, et des recher­ches sont égale­ment menées à ce sujet, si des orga­ni­sa­ti­ons forte­ment domi­nées par des hommes s’engagent en faveur de questi­ons d’égalité des genres, ces orga­ni­sa­ti­ons devi­en­nent elles-mêmes auto­ma­ti­que­ment plus sensi­bles à ces sujets, ce qui se reflète dans leurs struc­tures: avec le temps, elles pour­voi­ent leurs postes de manière plus paritaire.»

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !