Foto: Fred Merz

Faire le bien ne connaît aucune limite

La philanthropie, partie intégrante de l’ADN d’entreprise

Patrick Odier est Asso­cié-gérant senior de la banque privée Lombard Odier et prési­dent du Conseil de la fonda­tion d’entreprise Lombard Odier. Repré­sen­tant de la sixième géné­ra­tion, il incarne la tradi­tion de cette maison fondée en 1796 et les valeurs de sa famille. 

The Philanthropist: L’engagement phil­an­thro­pi­que fait-il partie de la responsa­bi­lité qu’assume une entre­prise envers la société?

Patrick Odier: C’est lié, mais il ne faut pas les confondre. Notre banque, comme toute entre­prise, doit obtenir un résul­tat qui lui permette de se déve­lo­p­per et d’étendre ses services. Elle a un objec­tif de renta­bi­lité. En tant qu’entreprise, nous avons la responsa­bi­lité de main­tenir les emplois. Dans le domaine phil­an­thro­pi­que, nous avons une voca­tion qui ne débou­che pas néces­saire­ment sur un rende­ment finan­cier. Nous permet­tons la mise en œuvre de projets qui, sans la contri­bu­tion phil­an­thro­pi­que, ne pour­rai­ent souvent pas être réalisés. 

La phil­an­thro­pie est-elle l’une des valeurs de Lombard Odier?

Elle fait partie de notre ADN en ce sens que nous avons la volonté de nous impli­quer, de contri­buer et d’avoir un impact.

Imprime-t-elle sa marque sur l’ensemble de l’entreprise?

En tant que société diri­gée et déte­nue entiè­re­ment par ses Asso­ciés-gérants, notre maison est forte­ment orien­tée sur le facteur humain. Notre responsa­bi­lité envers notre commu­n­auté et l’écosystème au sein duquel nous évoluons est importante à nos yeux. C’est sans doute plus marqué dans une entre­prise en mains privées, déte­nue par ses proprié­taires et diri­ge­ants, que dans une société cotée en Bourse. La responsa­bi­lité fait partie de notre philo­so­phie. Nous l’avons concré­ti­sée en déve­lo­ppant, par exemple, notre offre dans le domaine de la finance dura­ble et en devenant une entre­prise certi­fiée B Corp. La pensée phil­an­thro­pi­que se retrouve à tous les niveaux de l’entreprise. Elle est importante pour le conseil à la clien­tèle, mais aussi pour nos équi­pes, afin qu’elles puis­sent s’identifier entiè­re­ment avec ces valeurs. 

Une tradi­tion chez Lombard Odier: Patrick Odier, repré­sen­tant de la sixième géné­ra­tion.
Photo: Fred Merz

Comment y parvenez-vous?

Nous avons déve­lo­ppé des outils qui nous permet­tent de mobi­li­ser les ressour­ces de l’entreprise. De ce fait, nos colla­bo­ra­teurs et colla­bo­ra­t­ri­ces sont encou­ra­gés à déve­lo­p­per des projets phil­an­thro­pi­ques. Ils savent que notre Maison a les capa­ci­tés et les moyens de les mettre en œuvre. 

Quel rôle joue votre famille?

Dans notre famille, comme dans toutes les famil­les fonda­tri­ces, il existe des causes privi­lé­giées, différents axes qui dépen­dent des sensi­bi­li­tés et des compé­ten­ces des membres concer­nés. Certains membres sont très intéres­sés par l’engagement huma­ni­taire, d’autres se concen­t­rent sur la science ou sont actifs dans le domaine social. On retrouve ces différents axes dans toute la famille, à travers toutes les géné­ra­ti­ons. Chacune a ses préoc­cup­a­ti­ons, en lien avec son propre envi­ron­ne­ment et ses sensibilités. 

«La phil­an­thro­pie consi­ste à redon­ner à la société.»

Patrick Odier

Qu’est-ce qui domine aujourd’hui?

Au sein de la Fonda­tion Lombard Odier, nous avons créé un programme de deux ans, afin de soutenir le domaine de la culture durant la pandé­mie de Covid-19. Nous nous concen­trons sur les insti­tu­ti­ons cultu­rel­les en Suisse, et ce dans les lieux où nous sommes prés­ents au travers de succur­sa­les du Groupe. Nous sommes égale­ment actifs dans le domaine de la migra­tion. Celui-ci a toujours été empreint de diffi­cul­tés, mais elles se sont accen­tuées ces derniers temps. En plus de l’aide huma­ni­taire, notre fonda­tion d’entreprise est active dans le domaine de l’éducation et de la forma­tion. Nous avons régu­liè­re­ment un impact concret et incar­nons ces valeurs. Nous encou­ra­ge­ons nos équi­pes par notre attitude. 

Est-ce plus simple dans une entre­prise familiale?

Je pense que oui. Nous sommes quatre famil­les fonda­tri­ces. Nous avons une sensi­bi­lité accrue par rapport à notre responsa­bi­lité envers la commu­n­auté. Bien sûr, le fait que nous soyons direc­te­ment aux comman­des, en tant que proprié­taires et diri­ge­ants, faci­lite les choses. C’est très effi­cace pour trans­mettre les valeurs. 

Parce que vous les incarnez?

Oui. Chez nous, nos asso­ciés et nos colla­bo­ra­teurs sont à l’origine de notre enga­ge­ment. Si nos colla­bo­ra­teurs ont une cause privi­lé­giée, ils ont la possi­bi­lité de propo­ser un projet. Nous avons égale­ment mis en place une plate­forme qui encou­rage nos colla­bo­ra­teurs et colla­bo­ra­t­ri­ces actifs à échan­ger sur leurs expé­ri­en­ces et de prendre des initia­ti­ves. Notre enga­ge­ment au moment de la crise du coro­na­vi­rus est un bon exemple d’actions spontanées.

Qu’avez-vous fait?

Par l’initiative Covid-19 Relief, notre fonda­tion a soutenu des projets dans le monde entier, par exemple de Méde­cins Sans Fron­tiè­res en Afri­que du Sud. En Espa­gne, quand les écoles étai­ent fermées, nous avons fourni des repas aux enfants dans le besoin avec la Fund­a­ción «La Caixa». Nous nous sommes égale­ment mobi­li­sés pour distri­buer des moyens de protec­tion tels que des masques. La diffi­culté a été de nous en procu­rer à un moment où ils n’étaient quasi­ment pas dispo­ni­bles. Nous nous sommes rassem­blés avec un groupe d’industriels et avons pu nous procu­rer des masques via une fonda­tion suisse active en Chine. Le groupe de contrôle de marchan­di­ses SGS a testé leur qualité et Swiss a mis un avion à dispo­si­tion pour le trans­port. C’est de la phil­an­thro­pie d’entreprise, faite par des indi­vi­dus. Nous avons la capa­cité de mobi­li­ser nos pairs et l’utilisons.

Et vous inci­tez aussi d’autres socié­tés à agir avec la Marche de l’espoir des entreprises?

La Fonda­tion Lombard Odier a soutenu le projet de Terre des Hommes Suisse par un finan­ce­ment de départ et un soutien dans la phase d’incubation. Le projet découle de la Marche de l’espoir, qui existe depuis trois décen­nies. Lors de cette course qui a lieu à Genève, des enfants marchent afin de collec­ter des dons permet­tant de finan­cer des program­mes en faveur des droits de l’enfant. La crise du Covid-19 a inter­rompu cette tradi­tion, portant un coup dur aux ressour­ces de Terres des Hommes. La Marche de l’espoir des entre­pri­ses a été lancée en 2021. Des colla­bo­ra­teurs et colla­bo­ra­t­ri­ces se font parrai­ner par leur entre­prise pour soutenir cette cause.

Travail­lez-vous souvent en réseau? 

Nous travail­lons avec un réseau de fonda­ti­ons. Nous ne voulons pas réin­ven­ter la roue. Sur certains sujets, nous ne sommes pas experts et cher­chons donc les spécia­li­stes adéquats dans ces domaines.

Quel est l’avantage d’avoir sa propre fondation?

Parfois, donner de l’argent ne suffit pas. Nous entre­te­nons des rela­ti­ons de longue date avec le Comité inter­na­tio­nal de la Croix-Rouge (CICR) et sommes membre fonda­teur de son Corpo­rate Support Group. Lors d’un échange avec le prési­dent du CICR, nous avons réflé­chi ensem­ble à la manière de fédé­rer notre exper­tise finan­cière et les connais­san­ces du CICR dans le domaine de l’aide huma­ni­taire. Le résul­tat a été le lance­ment d’un nouvel instru­ment finan­cier, le Programme d’investissement à impact (PHII), aussi connu sous le nom de « Huma­ni­ta­rian Impact Bond ». Il permet de construire et de faire fonc­tion­ner des centres de réad­ap­t­ation physi­que en Répu­bli­que démo­cra­tique du Congo, au Nige­ria et au Mali. La Fonda­tion Lombard Odier a pris en charge le finan­ce­ment de départ du projet et a apporté son soutien dans le déve­lo­p­pe­ment de l’outil, financé par des inve­stis­seurs privés. Nous voulons conti­nuer à faire avan­cer de telles solu­ti­ons inno­van­tes de finan­ce­ment. De cette manière, nous voulons géné­rer de nouveaux moyens pour des projets huma­ni­taires ou sanitaires.

Est-ce que la présence de nombreu­ses orga­ni­sa­ti­ons à Genève vous simpli­fie la tâche?

Bien sûr! On se connaît. En tram, on peut être en dix minu­tes en plein cœur des orga­ni­sa­ti­ons inter­na­tio­na­les. Ce concept suisse de la Genève inter­na­tio­nale, soit l’internationalité de la cause huma­ni­taire et du dialo­gue multi­la­té­ral, est très important pour pouvoir être effi­cace dans ce domaine. Cette concen­tra­tion aide énormément.

«Parfois, donner de l’ar­gent ne suffit pas.»

Patrick Odier

Est-ce la raison pour laquelle Genève est attra­yante pour les fondations?

Ce qui est décisif, ce n’est pas seule­ment la quan­tité d’organisations présen­tes, mais aussi leur qualité. Genève est un réser­voir d’expertes et d’experts dans de nombreux domai­nes. C’est excep­ti­on­nel. Il existe peu de sujets que nous ne puis­si­ons pas trai­ter ici. 

Vous soute­nez égale­ment le Centre en phil­an­thro­pie de l’Université de Genève.

Oui, avec fierté et enthousiasme. 

Pour­quoi vous enga­gez-vous dans la recher­che sur la philanthropie?

Nous sommes parten­aires fonda­teurs du Centre par l’intermédiaire de notre fonda­tion. Nous avons toujours pensé que la recher­che acadé­mi­que est perti­nente dans le domaine finan­cier. Elle apporte une accré­di­ta­tion scien­ti­fi­que néces­saire dans le domaine phil­an­thro­pi­que, de même que dans celui de l’investissement à impact social ou la finance dura­ble. De nombreu­ses questi­ons se posent dans le domaine de la phil­an­thro­pie : par exemple comment attri­buer des fonds de manière sûre et effi­cace à des projets pouvant être très comple­xes? Répondre à cette question néces­site des outils qui ne peuvent pas être déve­lo­p­pés unique­ment dans la pratique, sans inputs issus de la recher­che appli­quée ou théo­ri­que. Il n’existe pas non plus de véri­ta­ble gouver­nance uniforme pour les orga­ni­sa­ti­ons phil­an­thro­pi­ques. Il en existe différents modè­les. Mener des recher­ches à ce sujet, les déve­lo­p­per et les tester pas à pas est le travail de la recher­che. Se pose égale­ment par exemple la question de l’exonération fiscale.

C’est-à-dire?

Aux États-Unis, c’est une théma­tique qui dispose d’un puis­sant effet de levier. Moins dans d’autres régi­ons. Dans certains milieux, l’exonération fiscale est remise en question. L’idée sous-jacente est que seuls les nantis ferai­ent des dons. Il n’y aurait donc aucune raison de leur permettre de dédu­ire leurs dons de leur revenu impo­sable. Ces réfle­xi­ons se situ­ent entre la philo­so­phie et la recher­che acadé­mi­que, entre argu­ments finan­ciers et fiscaux. Il est important qu’un organe neutre et compé­tent mène des recher­ches à ce sujet. Le Centre peut remplir cette mission. Mais bien entendu, il ne faut pas «sur-intel­lec­tua­li­ser» le sujet. 

Le rôle de la phil­an­thro­pie est-il controversé?

Il est important de débattre de ce rôle. La phil­an­thro­pie est en soi néces­saire. Le fait que seule une mino­rité serait en mesure de faire des dons ne signi­fie pas qu’on doive en avoir peur. Au contr­aire. Je pense que pres­que tout le monde a les moyens requis pour être phil­an­thrope. Ce n’est pas seule­ment une question d’argent. Souvent, ce sont les compé­ten­ces qui compt­ent. De nombreux méde­cins s’engagent dans des zones sini­strées en offrant leurs compé­ten­ces sans se faire payer. Il est possi­ble de mobi­li­ser des gens pour une bonne cause. La phil­an­thro­pie consi­ste à donner à la commu­n­auté du temps, de l’énergie, des compé­ten­ces ou de l’argent. Mais il est important de mener ce débat. Quel est le rapport entre la phil­an­thro­pie et l’État? Il ne s’agit pas de les considé­rer sépa­ré­ment, mais ensem­ble – en asso­ci­ant peut-être aussi le rôle de la finance durable.

Comment voyez-vous l’évolution du secteur? Voyez-vous un dépla­ce­ment au niveau des valeurs et des axes d’action chez la nouvelle génération?

Non. La sensi­bi­lité de la société a évolué, c’est un fait. Mais je ne pense pas que ce soit une question de géné­ra­tion. Certains sujets ont une signi­fi­ca­tion parti­cu­lière pour une géné­ra­tion donnée, en parti­cu­lier par exemple, la protec­tion du climat et le gaspil­lage des ressour­ces. Certes, ces sujets ont un poids important pour la géné­ra­tion à venir. Mais ils sont aussi prés­ents dans la géné­ra­tion actu­elle. Le clivage entre les géné­ra­ti­ons me paraît moindre sur ce sujet-là. Peut-être existe-t-elle plutôt dans les domai­nes de la culture ou de la technologie. 

Photo: Fred Merz

Comment évolue le rôle des entre­pri­ses en philanthropie?

Les entre­pri­ses joue­r­ont un rôle plus important. C’est une forme de partage de la réus­site écono­mi­que. Et elles le feront de plus en plus à l’aide d’outils adap­tés. Cela mènera à un équi­libre, entre le modèle de la pure renta­bi­lité écono­mi­que et un modèle pren­ant en compte les aspects écono­mi­ques et soci­aux. Nous sommes en plein dans cette tran­si­tion. Les entre­pri­ses qui renon­cent à une partie de leur marge à court terme afin de mettre en œuvre des proces­sus plus dura­bles, contri­buent-elles aussi à une redis­tri­bu­tion des ressour­ces, qui leur sera favor­able à long terme. Je pense que c’est éminem­ment souhai­ta­ble. La phil­an­thro­pie se déve­lo­p­pera égale­ment dans cette direc­tion. Certains champs d’activité ne pour­ront être inve­stis parce qu’ils sont diffi­ci­les d’approche ou trop spéci­fi­ques, aussi intéres­sants soient-ils. Ces causes reste­ront celles de l’engagement phil­an­thro­pi­que. La diffi­culté consi­stera à gérer effi­cace­ment cet enga­ge­ment. De nombreu­ses fonda­ti­ons se cons­acrent par exemple à la recher­che sur le cancer. Mais comment parve­nir à mieux regrou­per ces ressources? 

Les colla­bo­ra­ti­ons gagn­ent-elles en importance? 

Oui. Mais il ne faut pas s’organiser à l’extrême. Il faut rester prag­ma­tique, effi­cace et agile. Ne pas trop inve­stir dans l’organisation, mais faire en sorte que tout le monde béné­fi­cie des informations.

De nouveaux mouve­ments de la société civile se mobi­li­sent en faveur des causes qui leur tien­nent à cœur. Le finan­ce­ment parti­ci­pa­tif est un nouveau modèle de finan­ce­ment. Est-ce une concur­rence pour la phil­an­thro­pie traditionnelle?

C’est un mauvais point de départ que de parler de concur­rence quand il s’agit de donner pour la bonne cause. Il faut au contr­aire encou­ra­ger ces initia­ti­ves. Faire le bien ne connaît aucune limite. Ce qui compte, c’est notre capa­cité à faire le bien. Certains modè­les sont plus adap­tés à certains contex­tes. Il ne faut pas les mettre en concur­rence. Il n’existe pas de mauvais exemp­les de géné­ro­sité phil­an­thro­pi­que. Mais il faut encou­ra­ger une profes­si­onnali­sa­tion. Des normes sont néces­saires. Dans le même temps, il faut préser­ver la spon­ta­né­ité de ces mouve­ments, qui fait la force de nombreu­ses causes. Elle permet de multi­ples réali­sa­ti­ons qui n’auraient pas été possi­bles. J’ai déjà lancé avec mes enfants une produc­tion parti­ci­pa­tive («crowd­sour­cing») pour un petit projet d’infrastructure de santé publi­que. Le fait de pouvoir trans­mettre des infor­ma­ti­ons concer­nant un projet à un vaste public est un immense avan­tage. Nous avons une responsa­bi­lité, celle d’utiliser ces nouvel­les tech­no­lo­gies. Nous devons encou­ra­ger cela, en interne égale­ment. Les orga­ni­sa­ti­ons cari­ta­ti­ves ont aussi besoin de ces compé­ten­ces afin d’avoir elles-mêmes le réflexe de les utiliser.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !