Janine Händel et Roger Federer en Zambie (Afrique australe) en 2018.. | Photos: Roger Federer Foundation / Jens Honore

Faire le bien, mais bien le faire

Un travail efficace

Quand charité rime avec responsa­bi­lité: la fonda­tion Roger Fede­rer expli­que pour­quoi son impact est aussi important que l’objectif qu’elle poursuit.

«Lorsque nous dépen­sons 100 milli­ons de francs et que nous parvenons à régler une prob­lé­ma­tique, nous sommes cont­ents», déclare Janine Händel, «mais nous seri­ons encore plus heureux d’y parve­nir en ne dépensant que 50 milli­ons de francs.» La direc­trice géné­rale de la Fonda­tion Roger Fede­rer estime que les fonda­ti­ons ont la responsa­bi­lité de gérer effi­cace­ment l’argent qui leur est confié car elles priv­ent l’État de recet­tes fisca­les. Or, l’exonération fiscale est une hypo­thèse: une fonda­tion doit toujours la justi­fier. C’est pour­quoi la Fonda­tion Roger Fede­rer accorde une grande import­ance à la mesura­bi­lité de son travail. «Nous devons avoir l’ambition d’être aussi renta­bles et effi­caces que possi­ble, tout en gardant à l’esprit que notre retour sur inve­stis­se­ment sera social et non finan­cier», déclare madame Händel. Pour atteindre cet objec­tif, la fonda­tion s’est profes­si­onnali­sée. Elle s’attache notam­ment à mener de nombreu­ses recher­ches et missi­ons de plani­fi­ca­tion et à adop­ter un certain degré d’innovation afin de tester de nouvel­les appro­ches. «L’efficacité d’action au sein d’une fonda­tion ne tombe pas du ciel», estime la directrice.

L’impact du fondateur

Roger Fede­rer, à l’origine de la fonda­tion et prési­dent de son conseil, est le garant d’un travail effi­cace. Il le façonne avec ses prop­res valeurs. «Chaque être humain a ses points forts. Ce sont ces forces que nous devons encou­ra­ger. Les person­nes déti­en­nent des clés en elles», déclare Janine Händel. La responsa­bi­lité indi­vi­du­elle et le respect des person­nes sont donc essen­tiels. Ce sont elles qui connais­sent le mieux leurs problè­mes et leurs diffi­cul­tés. C’est pour­quoi la Fonda­tion Roger Fede­rer ne veut pas impo­ser ses prop­res solu­ti­ons à ces person­nes par son travail phil­an­thro­pi­que, mais plutôt les accom­pa­gner dans l’analyse de leurs diffi­cul­tés et les assi­ster dans la recher­che et la mise en œuvre de solu­ti­ons. À titre d’exemple, Janine Händel présente un projet au Zimbabwe. Dans une région marquée par la pauvreté, les mères se sont mobi­li­sées et orga­ni­sées en grou­pes. Elles four­nis­sent les denrées alimen­taires et prépa­rent le déjeu­ner à l’école du village. Le fait de recourir à leurs prop­res moyens a eu un effet de levier. Dans cette école, 600 écoliers béné­fi­ci­ent d’un repas pres­que chaque jour, et ce, depuis que le projet a été initié il y a plus de huit ans. «Avec un inve­stis­se­ment d’environ 1000 francs, nous avons analysé la situa­tion avec les mamans et élaboré une ébau­che de solu­tion. Nous les avons aidées à s’organiser», expli­que madame Händel. Depuis lors, ces femmes four­nis­sent des repas aux écoliers pour 20 000 francs par an, à raison de 25 centi­mes par repas, et ce, par leurs prop­res moyens. Afin de travail­ler effi­cace­ment même avec un budget mode­ste, la Fonda­tion s’est fixé un objec­tif clair: mener des projets autour de l’éducation en Afri­que australe. Cela permet égale­ment de main­tenir les coûts admi­ni­stra­tifs en dessous de dix pour cent. Une struc­ture profes­si­on­nelle est venue renforcer le niveau opéra­ti­on­nel. «Bien sûr, c’est plus agré­a­ble lorsque le conseil de la fonda­tion et la direc­tion s’accordent parfai­te­ment», nuance-t-elle. «Mais une parfaite harmo­nie n’est pas non plus toujours souhai­ta­ble, car la confron­ta­tion de points de vue permet de gagner en force d’analyse et en clairvoyance.» 

Un vent de chan­ge­ment autour de la charité

Les discus­sions au niveau de la société sont tout aussi utiles. «La percep­tion de la charité est en train de chan­ger», expli­que la direc­trice. Elle n’est plus forcé­ment liée à la seule défi­ni­tion de l’exonération fiscale. Un débat public sur le sujet pour­rait favo­ri­ser la compré­hen­sion des actions menées par les fonda­ti­ons. Car malgré les 13 000 fonda­ti­ons présen­tes en Suisse, la majo­rité de la popu­la­tion n’a pas vrai­ment consci­ence de leur existence. En dehors de quel­ques gran­des fonda­ti­ons, un grand nombre d’entre elles travail­lent dans l’ombre et souvent, on ne trouve que peu d’informations à leur sujet. Janine Handel concède que les fonda­ti­ons ont leur part de responsa­bi­lité. «Nous pour­r­i­ons commu­ni­quer de façon plus trans­pa­rente sur notre travail, en mettant en avant non seule­ment nos missi­ons et nos objec­tifs mais aussi nos résul­tats.» Cette démar­che permet­trait de gagner la confi­ance et l’estime des citoy­ens. La société pour­rait alors mieux comprendre le travail et l’impact des fondations.


Pour en savoir plus sur la Fonda­tion Roger Fede­rer, consul­tez le site stiftungschweiz.ch

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !