Des oppor­tu­ni­tés d’investissement en péri­ode de pandé­mie

Le coro­na­vi­rus est un choc exogène. De tels événe­ments sont impré­vi­si­bles mais ils offrent toujours égale­ment des oppor­tu­ni­tés. Le défi consi­ste à iden­ti­fier ces oppor­tu­ni­tés d’investissement à temps et à en tirer profit pour le porte­feuille. 

L’année 2020 a débuté sous les meilleurs auspi­ces sur les marchés finan­ciers. Les cours de prati­que­ment toutes les clas­ses de place­ments étai­ent en hausse, avant que le coro­na­vi­rus ne mette bruta­le­ment fin à cette évolu­tion fin février. Les actions mondia­les ont perdu plus d’un tiers de leur valeur en un temps record (24 jours de bourse). Une perte de cours aussi fulgu­rante est sans précé­dent dans l’histoire des marchés des actions. Même à l’époque de la bulle Inter­net en janvier 2000 ou de la crise finan­cière d’août 2007, il a fallu plus d’un an pour que les cours enre­gistrent une perte d’une telle ampleur.

Si l’effondrement des cours a été rapide, les prix se sont égale­ment redres­sés très rapi­de­ment. Grâce à la coura­geuse inter­ven­tion de diffé­ren­tes banques centra­les, combi­née à des paquets de mesu­res conjonc­tu­rel­les stimu­lan­tes de divers États, les marchés finan­ciers ont surmonté la pandé­mie. Compa­ra­ti­ve­ment à leur niveau le plus bas, les actions mondia­les ont pu compen­ser leurs pertes de cours pres­que complè­te­ment.

Toute­fois, la poli­tique moné­taire et fiscale expan­sive prati­quée depuis plusieurs années ne devrait pas rester sans consé­quen­ces. La masse moné­taire créée par les banques centra­les a jusqu’à présent été princi­pa­le­ment injec­tée dans les marchés finan­ciers et a fait augmen­ter les cours de prati­que­ment toutes les clas­ses de place­ments. Si elle devait un jour reprendre la voie de l’économie réelle, cela entraî­ne­rait une déva­lua­tion de la monnaie (appe­lée «infla­tion» dans le jargon). Une hausse de l’inflation peut être contrée à l’aide d’une augmen­ta­tion des taux direc­teurs. Cepen­dant, compte tenu de la hausse des dettes publi­ques dans le cadre de la crise du coro­na­vi­rus et par consé­quent, de la charge d’intérêt crois­sante, cela semble plutôt diffi­cile.

Comment gérer le porte­feuille d’une fonda­tion en péri­ode de pandé­mie?

Le coro­na­vi­rus devrait encore nous accom­pa­gner pour un certain temps. Tant que l’on n’entrevoit pas la dispo­ni­bi­lité d’un vaccin, les incer­ti­tu­des persi­ste­ront sur les marchés finan­ciers. Pour éviter de devoir vendre à de faibles cours, les fonda­ti­ons ont la possi­bi­lité de consti­tuer une certaine réserve de liqui­di­tés pour les divi­den­des. Cepen­dant, d’autant plus que les fonda­ti­ons visent un but à long terme, la majo­rité de leur fortune devrait être inve­stie.

Nous vous présen­tons ci-après quel­ques idées qui offrent des oppor­tu­ni­tés d’investissement en péri­ode de pandé­mie:

La poli­tique fiscale et moné­taire stimule le cours des actions

Dans un contexte de taux direc­teurs histo­ri­que­ment bas – qui devrai­ent rester inch­an­gés dans une perspec­tive de moyen à long terme – et de la volonté annon­cée des banques centra­les et des États de pour­suivre une poli­tique fiscale et moné­taire expan­sive, notre préfé­rence va aux actions. Étant donné les gran­des incer­ti­tu­des concer­nant le coro­na­vi­rus mais aussi la menace d’une esca­lade du conflit commer­cial entre les États-Unis et la Chine, nous nous atten­dons à d’importantes fluc­tua­tions de cours à l’avenir. C’est pour­quoi nous préco­ni­sons les titres à faible vola­ti­lité, complé­tés par des actions de haute qualité (cf. numéro 1/20, p. 32–33). De plus, le franc suisse a toujours été une valeur sûre. Nous privi­lé­gi­ons dès lors les actions suis­ses par rapport aux titres étran­gers. En parti­cu­lier, les socié­tés loca­les telles que Nestlé, Givau­dan et Lonza compt­ent actu­el­lement parmi nos favo­ri­tes.

Miser sur le cours de l’or

Tout comme le franc suisse, l’or consti­tue égale­ment une valeur sûre en péri­ode tumul­tu­euse. À la diffé­rence d’autres métaux précieux comme le platine et l’argent, l’or est exonéré de TVA. Il faut toute­fois savoir que, contr­ai­re­ment à d’autres clas­ses de place­ments, l’or ne procure pas de rende­m­ents géné­ri­ques, c’est-à-dire des divi­den­des (comme pour les actions) ou des coupons (comme pour les obli­ga­ti­ons). Seules les prévi­si­ons quant à son prix sont déter­mi­nan­tes pour le succès du place­ment. Le prix de l’or augmente par exemple lorsque les taux d’intérêts réels atten­dus (c.-à‑d. la diffé­rence entre le taux d’intérêts nomi­nal attendu et le taux d’inflation prévu) bais­sent ou se situ­ent à un faible niveau. Notre indi­ca­teur proprié­taire rela­tif à l’or combine ces prévi­si­ons concer­nant les taux d’intérêts réels et des indi­ca­teurs de risques ainsi que des signaux de tendance spéci­fi­ques à l’or. En mai 2016, il a généré un signal d’achat lorsque le cours était de 1212 USD par once troy. Par consé­quent, nous avons augmenté notre inve­stis­se­ment en or jusqu’à une propor­tion maxi­male. Le prix de l’or est actu­el­lement de 1948 USD, ce qui repré­sente une prise de valeur de plus de 55% ou de 11% p. a. (en USD). Depuis le début de l’année, l’or est la classe d’actifs qui évolue le mieux. À l’heure actu­elle, notre indi­ca­teur appa­raît toujours comme posi­tif et promet un bril­lant avenir à ce métal précieux.

Des oppor­tu­ni­tés en temps de crise

Pour résu­mer, on constate que des oppor­tu­ni­tés s’offrent toujours à nous même en péri­ode de crise. Il convi­ent de les iden­ti­fier le plus tôt possi­ble et d’adapter le porte­feuille de la fonda­tion de façon tactique. Outre les oppor­tu­ni­tés, vous devez égale­ment toujours surveil­ler les risques liés aux inve­stis­se­ments. En appli­quant votre stra­té­gie d’investissement de façon profes­si­on­nelle et disci­pli­née et en saisis­sant les oppor­tu­ni­tés d’investissement tacti­ques, plus rien ne s’opposera à la réus­site finan­cière de votre fonda­tion.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !