Fotos: Lucia Hunziker

Chan­ge­ment de para­digme dans la philanthropie

La transparence devient une compétence clé

Peter Buss, fonda­teur de la plate­forme stiftungschweiz.ch., éditeur et direc­teur de publi­ca­tion de The Philanthropist, décide de remettre cette année la direc­tion de Phil­an­thropy Services AG entre de nouvel­les mains. Il est l’heure de se pencher avec lui sur le secteur philanthropique.

Depuis envi­ron 40 ans, vous œuvrez en tant que conseil­ler et presta­taire dans le secteur de l’utilité publi­que suisse. Vous faites partie des «doyens». Lorsque vous y repen­sez, quels sont les chan­ge­ments signi­fi­ca­tifs que vous avez pu observer?

Cela commence à faire un bon moment, vous avez raison (il sourit). Pour les person­nes exter­nes, il semble­rait que rien n’a changé. Mais lorsque l’on y regarde de plus près, le secteur a connu une évolu­tion spec­ta­cu­laire. Les trois termes suiv­ants suffi­sent à mettre cela en évidence. Marke­ting: il y a 40 ans, c’était encore un gros mot dans le secteur; aujourd’hui, tous les orga­ni­gram­mes compt­ent des dépar­te­ments de marke­ting. Profes­si­onnali­sa­tion: aujourd’hui, nous dispo­sons d’une offre complète de forma­ti­ons initia­les et conti­nues et pouvons donc comp­ter sur du person­nel compé­tent. En tant que conseil­lers, nous devons travail­ler bien plus qu’avant pour rester à la page. De nos jours, la phil­an­thro­pie est trai­tée de manière scien­ti­fi­que par les univer­si­tés et les hautes écoles, aussi dispo­sons-nous d’informations précieu­ses. Il y a 40 ans, je m’estimais déjà heureux lorsque je trou­vais un mémoire univer­si­taire sur la gestion de projets à but non lucra­tif – la gestion des fonda­ti­ons n’était pas encore enseig­née. Et le troi­sième mot est la numé­ri­sa­tion: l’ordinateur et Inter­net n’existaient pas encore. Nous savons tous où nous en sommes aujourd’hui et ce qui nous attend à court terme. Cela ne concerne bien entendu pas unique­ment la philanthropie.

Peter Buss

Quel­les sont vos obser­va­tions dans le secteur des dons?

Les dona­tri­ces et dona­teurs sont aujourd’hui plus forte­ment sensi­bi­li­sés que par le passé. Ils veulent connaître l’impact de leur don et savoir comment leur argent est employé. Cela a d’énormes consé­quen­ces. Chaque orga­ni­sa­tion doit aujourd’hui savoir avec préci­sion pour­quoi et dans quel but elle fait tout ce qu’elle fait. Ensuite, elle doit dire clai­re­ment ce qu’elle fait et aussi faire ce qu’elle dit pour de bon. Si ce n’est pas le cas, elle perd de la crédi­bi­lité et, par consé­quent, des souti­ens. On ne peut plus passer entre les mail­les du filet. Une chose n’a hélas toujours pas changé: la fidé­lité inébran­lable de nos dona­tri­ces et dona­teurs pour les appels aux dons par voie postale. Quel gaspil­lage anti-écolo­gi­que… Mais ce bastion va finir par tomber, et très bientôt.

Comment le travail a‑t-il évolué dans la pratique?

Il y a 40 ans, j’avais pris un équi­pe­ment dernier cri pour mon bureau: une machine à écrire élec­tro­ni­que dotée d’un petit écran qui pouvait affi­cher dix mots. Cela permet­t­ait déjà de corri­ger plus faci­le­ment les textes. J’étais ravi et ma femme et moi, nous nous senti­ons à la pointe de la tech­no­lo­gie. Aujourd’hui, même la correc­tion ortho­gra­phi­que est en partie numé­ri­sée. Les proces­sus de travail et la commu­ni­ca­tion ont été entiè­re­ment méta­mor­phosés par la numé­ri­sa­tion. Une révo­lu­tion simi­laire à l’invention de l’imprimerie. La numé­ri­sa­tion est une grande tendance qui concerne tous les domai­nes et qui est irré­ver­si­ble. Ce qui, par chance, n’a pas changé, c’est l’engagement indé­fec­ti­ble, éclec­tique et formi­da­ble de l’être humain. À elle seule, la Croix rouge suisse compte plus de 50 000 béné­vo­les aujourd’hui.

«La trans­pa­rence et le dialo­gue sont des systè­mes essen­tiels pour les orga­ni­sa­ti­ons opéra­ti­on­nel­les.»


Peter Buss

Le secteur des fonda­ti­ons est lui aussi devenu plus numérique.

Et il le doit quel­que peu à l’écosystème numé­ri­que de stiftungschweiz.ch…

Certes, mais où la numé­ri­sa­tion du secteur va-t-elle nous mener?

Vers une phil­an­thro­pie complè­te­ment inédite. Vers une phil­an­thro­pie plus effi­cace, plus trans­pa­rente et surtout plus apte au dialo­gue. Cela s’observe déjà distinc­te­ment aujourd’hui. Au cours des derniè­res années, la popu­la­tion s’est montrée de plus en plus encline à utili­ser des outils et moyens de commu­ni­ca­tion numé­ri­ques. Nous ne sommes toujours qu’au début de cette grande évolu­tion. Avec notre plate­forme aussi.

Où en sont les fonda­ti­ons dona­tri­ces à cet égard? 

Beau­coup de fonda­ti­ons dona­tri­ces sont très timo­rées, c’est vrai. Elles partent du principe que davan­tage de publi­cité nuirait à leur liberté de choix et que cela condu­i­rait à un plus grand nombre de deman­des inad­ap­tées. Elles crai­g­n­ent aussi une charge de travail plus importante ainsi que des coûts plus élevés. La tendance est claire et va dans la direc­tion oppo­sée. Je pense que le secteur va s’ouvrir. La pres­sion sociale et la numé­ri­sa­tion vont accé­lé­rer ce proces­sus. Qui plus est, la numé­ri­sa­tion four­nit aujourd’hui déjà des instru­ments qui rendent cette ouver­ture très facile pour tout le monde, sans coûts import­ants et en garan­tis­sant la discré­tion néces­saire là où elle est justi­fiée. StiftungSchweiz en est le meil­leur exemple. Ce n’est qu’une question de temps avant que nos services numé­ri­ques devi­en­nent la norme. Ce faisant, nous devons toute­fois enta­mer un dialo­gue continu et montrer sans relâche que la trans­pa­rence offre une valeur ajou­tée. La numé­ri­sa­tion n’est pas une fin en soi. Elle devrait rendre le travail des fonda­ti­ons plus effi­cace et perti­nent, plus compré­hen­si­ble et plus acces­si­ble pour tous, et ce, par le biais d’un dialo­gue respec­tueux, et je crois qu’elle va y parvenir.

Et qu’en est-il des porteurs de projet?

Pour les orga­ni­sa­ti­ons opéra­ti­on­nel­les, la trans­pa­rence et le dialo­gue sont pour ainsi dire néces­saires au système. Personne ne veut finan­cer un orga­nisme cari­ta­tif obscur, du moins pas volon­taire­ment. La numé­ri­sa­tion offre aux orga­ni­sa­ti­ons la possi­bi­lité d’assurer la trans­pa­rence néces­saire de manière effi­cace. Ce n’est plus une question de coût. C’est tout au plus une question de motivation.

La moti­va­tion est le mot-clé: où en est le secteur des OSBL en matière de numé­ri­sa­tion par rapport au privé?

Compa­rés au secteur privé, les OSBL sont en retard. Les fonda­ti­ons dona­tri­ces n’exploitent pas encore tout le poten­tiel qu’offre le numé­ri­que en matière de deman­des de soutien, par exemple. Cela pour­rait gran­de­ment allé­ger leur travail. La collecte de fonds numé­ri­que pour­rait elle aussi être amélio­rée; mettre unique­ment un formu­laire de don sur son site Inter­net est certes un bon début, mais ne suffit pas. Il en faut plus. Le secteur manque encore de connais­san­ces prati­ques en lien avec la mise en œuvre et n’a pas encore suffi­sam­ment confi­ance dans le fait que cela fonc­tionne. Car, comme nous l’avons dit, les dona­tri­ces et dona­teurs préfè­rent encore forte­ment les appels aux dons au format papier. Les alter­na­ti­ves numé­ri­ques existent déjà – elles devi­en­nent de plus en plus intel­li­gen­tes et attra­yan­tes –, mais aucune orga­ni­sa­tion ne souhaite et n’ose mettre en danger son flux de reve­nus issu des envois postaux. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour trou­ver une solu­tion à ce dilemme. Et par chance, la foi en ces appels aux dons au format papier commence à s’effriter. 

Dans un même temps, les modè­les de finan­ce­ment recou­rant à l’investissement à impact social ou au crowd­fun­ding (finan­ce­ment parti­ci­pa­tif) se diver­si­fient. Est-ce une menace ou une rich­esse pour les donations?

Une rich­esse, cela ne fait aucun doute. Le modèle des dona­ti­ons va chan­ger. Et ce, pour une raison très simple: d’un côté, nous avons la grande tendance sociale qui aspire à plus de responsa­bi­li­tés indi­vi­du­el­les dans la réso­lu­tion des problè­mes de société et d’un autre, celle de la numé­ri­sa­tion. Elles ne concer­nent pas unique­ment les dona­ti­ons d’ailleurs. Aujourd’hui déjà, certai­nes orga­ni­sa­ti­ons propo­sent des outils tota­le­ment nouveaux que les dona­teurs peuvent utili­ser et explo­i­ter eux-mêmes. Réunies, ces deux gran­des tendan­ces signi­fient que le compor­te­ment tradi­ti­on­nel des dona­tri­ces et dona­teurs va néces­saire­ment se trans­for­mer dans les années à venir en pren­ant une direc­tion entiè­re­ment numé­ri­que. Ils vont inver­ser la vapeur au niveau des proces­sus de commu­ni­ca­tion et échan­ger de place avec les orga­ni­sa­ti­ons qui récol­tent les dons.

C’est-à-dire?

Les dona­tri­ces et les dona­teurs vont deve­nir de véri­ta­bles forces motri­ces pour ce qui est des dona­ti­ons. Ils ne vont plus attendre qu’une orga­ni­sa­tion leur demande de soutenir l’un de leurs projets. Ils vont s’engager de leur propre chef en faveur d’un projet ou d’une orga­ni­sa­tion, et ce, quand ils en ont envie. Ils vont vouloir déci­der et faire quel­que chose d’eux-mêmes. La numé­ri­sa­tion rend cela possi­ble. Les services Peer-to-Peer dispo­ni­bles en ligne four­nis­sent aux dona­teurs de puis­sants leviers. Ils peuvent eux-mêmes choi­sir des orga­ni­sa­ti­ons ainsi que des projets et faire des dons avec d’autres person­nes. Les porteurs de projet vont devoir s’y adap­ter. Les initia­ti­ves de commu­n­au­tés, mais aussi celles des entre­pri­ses avec leurs colla­bo­ra­teurs et clients, vont deve­nir une véri­ta­ble concur­rence pour les porteurs de projet et leurs tradi­ti­on­nels appels aux dons – nous sommes en train de vivre un chan­ge­ment de paradigme.

Est-ce que cela concerne aussi les grands dona­teurs, les fonda­ti­ons dona­tri­ces, voire les entreprises?

Bien sûr. Je considère cela comme une évolu­tion réali­ste. Tous seront plus enclins à cher­cher eux-mêmes des projets au lieu d’attendre des deman­des de soutien. Et les entre­pri­ses impli­que­r­ont davan­tage leurs colla­bo­ra­teurs et clients dans les donations. 

Des entre­pri­ses étran­gè­res de nombreux secteurs se ruent vers la Suisse en raison du pouvoir d’achat qui y est fort. Cela est-il égale­ment percep­ti­ble sur le marché des dons?

C’est une évolu­tion que nous obser­vons depuis long­temps déjà. La Suisse dispose d’un marché des dons très attra­yant. Une étude de StiftungSchweiz a récem­ment fourni un bon aperçu de ce marché au niveau européen.

Les grands enjeux comme le chan­ge­ment clima­tique ont une ampleur mondiale. Cela stimule-t-il les initia­ti­ves inter­na­tio­na­les dans le secteur du Nonprofit?

Les instru­ments de commu­ni­ca­tion moder­nes donnent rapi­de­ment nais­sance à des initia­ti­ves inter­na­tio­na­les. Notam­ment lorsque le besoin d’agir est fort ou pres­sant. Afin qu’une telle initia­tive trans­fron­ta­lière puisse avoir un effet dura­ble, il faut aussi un certain degré d’organisation. Et c’est là qu’échouent de nombreu­ses actions inter­na­tio­na­les qui finis­sent par disparaître. 

Dans les médias, l’on entend souvent parler de l’engagement phil­an­thro­pi­que des person­nali­tés aux fortu­nes immenses comme Bill Gates ou Scott MacKen­zie. Cela joue-t-il un rôle déter­mi­nant? Quelle direc­tion la scène de la phil­an­thro­pie inter­na­tio­nale prend-elle?

Ces person­nes ne sont pas néces­saire­ment déter­mi­nan­tes, mais sont une force inci­tatrice. D’autres indi­vi­dus dont la fortune est consé­quente se disent: C’est super ce qu’ils font. Moi aussi je peux y contri­buer. Ils se rendent ainsi compte qu’ils ont une responsa­bi­lité importante vis-à-vis de la société. Et qu’ils peuvent avoir un véri­ta­ble impact. Je pense qu’il y aura à l’avenir davan­tage de person­nes fortu­n­ées du monde entier qui join­dront leurs forces afin de créer un effet de levier encore plus important. Le monde des conseil­lers en phil­an­thro­pie aura beau­coup plus à faire que par le passé.

Peter Buss

Où se situe la Suisse sur la scène internationale?

La Suisse est très présente. Néan­moins, les entre­pri­ses y sont un peu plus timo­rées dans leurs acti­vi­tés que celle d’Allemagne, par exemple. En revan­che, en Suisse, les fonda­ti­ons dona­tri­ces sont beau­coup plus présen­tes que dans la plupart des autres pays. Une autre étude inter­na­tio­nale a montré que la Suisse offre, après le Liech­ten­stein, les meilleu­res condi­ti­ons-cadres pour créer ou diri­ger des fonda­ti­ons. Notre pays est très attra­yant. Il consti­tue égale­ment le premier marché pour les dons privés. D’autres pays sont toute­fois plus en avance pour ce qui est de l’utilisation d’options numé­ri­ques pour les dons. En revan­che, un registre comme stiftungschweiz.ch, qui liste toutes les fonda­ti­ons de manière trans­pa­rente, n’est rien d’autre d’un doux rêve pour de nombreux pays. 

Tous les secteurs ont besoin de condi­ti­ons-cadres adap­tées. Le droit des fonda­ti­ons devrait être moder­nisé. Dans un même temps, certai­nes inter­ven­ti­ons poli­ti­ques, comme la motion Noser, remet­tent en cause le rôle de la phil­an­thro­pie. Ses bien­faits sont-ils trop peu considé­rés en Suisse?

Il faut faire une distinc­tion ici. Chaque personne peut four­nir un enga­ge­ment béné­vole, qui est aussi large­ment considéré. Lorsqu’une personne cons­acre son temps libre à une fédé­ra­tion spor­tive, à un home ou à de l’aide au voisi­nage, c’est du béné­vo­lat qui est ressenti et vécu. Nous en avons consci­ence et en sommes recon­nais­sants. Cela n’est prati­que­ment pas remis en question. Des orga­ni­sa­ti­ons comme Benevol sont d’importants cata­ly­se­urs dans ce domaine. La phil­an­thro­pie insti­tu­ti­on­nelle est quant à elle long­temps restée cachée. Cela ne fait que quel­ques années qu’elle offre davan­tage de trans­pa­rence. Mais cela a soulevé des questi­ons. Des questi­ons légiti­mes. La motion Noser en a été le résul­tat. Les fonda­ti­ons dona­tri­ces de Suisse font de gran­des choses et beau­coup de bien. Elles méri­tent plus d’attention et de soutien posi­tif. Mais pour ce faire, il faut apprendre à mieux les connaître. Je suis heureux que stiftungschweiz.ch puisse y contribuer.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !