75‘000‘000

Pour le sport suisse, pas d’envol sans bénévoles

Sans enga­ge­ment béné­vole, le sport suisse n’existerait pas. Selon certai­nes enquêtes, 35% des 2,1 milli­ons de membres qui s’investissent dans un club spor­tif effec­tu­ent un travail béné­vole et hono­ri­fi­que. Ensem­ble, ils tota­li­sent 75 milli­ons d’heures de travail par an.

Ils entraî­nent les juni­ors, gèrent les coti­sa­ti­ons des membres et tendent des bouteil­les d’eau aux athlè­tes ayant soif, le tout gratui­te­ment. Aucun club spor­tif en Suisse ne saurait se passer de béné­vo­les. «Le travail béné­vole et hono­ri­fi­que consti­tue le fonde­ment du sport asso­cia­tif suisse», confirme Marc Müller, respons­able de la gestion de la fédé­ra­tion Swiss Olym­pic. «Sans travail non rému­n­éré, le système ne fonc­tion­ne­rait pas.» Les chif­fres à eux seuls mont­rent l’importance des béné­vo­les pour le sport popu­laire: selon les enquêtes de Swiss Olym­pic, 2,1 milli­ons d’enfants, de jeunes et d’adultes s’impliquent dans un club de sport dans notre pays. Parmi eux, 35%, soit 735’000 person­nes, s’engagent dans une fonc­tion béné­vole – en tant que membre du comité direc­teur, arbitre ou coach – ou aident lors de mani­fe­sta­ti­ons. En atten­dant que les nouvel­les données soient collec­tées à l’automne prochain, l’étude «Clubs spor­tifs en Suisse» publiée par Swiss Olym­pic en 2017 constate: «Lorsque l’on tente d’estimer le volume global de l’engagement béné­vole dans le sport asso­cia­tif suisse, les calculs mènent à 44 milli­ons d’heures pour les béné­vo­les et à envi­ron 31 milli­ons d’heures pour les auxi­li­ai­res. Au total, quel­que 75 milli­ons d’heures de travail béné­vole sont ainsi accom­plies chaque année au sein des clubs spor­tifs suis­ses.» L’organisation faîtière du sport suisse estime ce travail non rému­n­éré finan­ciè­re­ment équi­va­lent à envi­ron deux milli­ards de francs. 

Le béné­vo­lat, source de satisfaction

Les clubs spor­tifs sont, parmi toutes les asso­cia­ti­ons en Suisse, celles qui compt­ent à la fois le plus de membres et le plus de béné­vo­les. Elles ont toute­fois enre­gi­s­tré une légère baisse du travail béné­vole ces derniè­res années, qui touche surtout les volon­taires exer­çant des fonc­tions hono­ri­fi­ques: beau­coup recu­lent devant la charge tempo­relle. Les sonda­ges mont­rent toute­fois que la plupart des béné­vo­les tirent une grande satis­fac­tion de leur acti­vité. Mais pour­quoi cons­ac­rer des dizai­nes d’heures à son hobby, en plus de son travail et de sa famille? Le plai­sir et la convi­via­lité sont ici cités en premier. L’aspect social est égale­ment important: les béné­vo­les souhai­tent faire quel­que chose d’utile et appor­ter une contri­bu­tion au club. Par ailleurs, la possi­bi­lité d’élargir leur réseau et leurs connais­san­ces est souvent déter­mi­nante, à la diffé­rence d’une éven­tu­elle compen­sa­tion finan­cière, qui n’entre pas en ligne de compte. C’est plutôt l’estime et la recon­nais­sance acqui­ses à travers l’association qui renfor­cent la moti­va­tion des béné­vo­les et des volon­taires. Les clubs et les orga­ni­sa­ti­ons, mais aussi la Confé­dé­ra­tion et les cantons, y répon­dent par plusieurs mesu­res: ils encou­ra­gent l’engagement béné­vole de manière ciblée, le rende public et visi­ble, propo­sent des forma­ti­ons initia­les et conti­nues et déli­v­rent des atte­sta­ti­ons prou­vant l’activité exer­cée ainsi que les compé­ten­ces qui y sont liées. En 2020, Swiss Olym­pic a en outre signé, avec 27 autres orga­ni­sa­ti­ons du monde du sport ou exté­ri­eu­res, le Mani­fe­ste en faveur de la promo­tion natio­nale de l’engagement béné­vole. Depuis long­temps déjà, l’organisation faîtière le recon­naît: sans béné­vo­les, le sport suisse n’aurait jamais pris son envol. 

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !