300’000

Compatir au sens étymologique

La fonda­tion Insti­tut Kinder­seele Schweiz (Insti­tut Âme d’Enfant Suisse) œuvre en faveur des enfants et adole­scents dont les parents souf­frent d’une mala­die mentale. Cela concerne 300 000 mineurs en Suisse.

«Tout a commencé quand ma mère s’est mise à chan­ger», raconte Emily dans une vidéo. «Elle était de plus en plus triste.» Dans cet exemple de cas de l’Institut Kinder­seele Schweiz IKS, Emily raconte à des enfants de son âge ce que l’on vit quand l’un de nos parents est atteint de trou­bles psychi­ques. La mère d’Emily souffre de dépression.

17% des patients

Dépres­sion, dépen­dance, ango­isse: l’IKS expli­que les mala­dies menta­les les plus fréquen­tes de manière simple dans de petits films. Créée en 2014, cette fonda­tion vise à renforcer la santé mentale des enfants et adole­scents en Suisse et s’engage de manière concrète au sein des famil­les. En Suisse, plus de 300 000 enfants ont une mère ou un père qui souffre d’une mala­die mentale. Il s’agit d’une simple esti­ma­tion, car il n’existe pas de stati­sti­ques natio­na­les. Ce chif­fre se base notam­ment sur les données du centre de compé­ten­ces en psych­ia­trie inté­grée de Wintert­hour: en 2018, 17% des pati­en­tes et pati­ents avai­ent un enfant mineur. Et puis­que les données de tous les pati­ents n’étaient pas dispo­ni­bles au moment de l’enquête, on peut suppo­ser que ce pour­cen­tage est encore plus élevé. Les études sur ce sujet esti­ment que le chif­fre se situe entre 18 et 25%. Le centre de compé­ten­ces en psych­ia­trie inté­grée de Wintert­hour et le centre de socio-pédia­trie du service de méde­cine pour enfants et adole­scents de l’hôpital canto­nal de Wintert­hour sont à l’origine de l’IKS. En 2003, ils ont créé ensem­ble le groupe de travail Psych­ia­trie fami­liale. Dans le cadre d’une étude réali­sée en 2006, celui-ci a, pour la première fois, recensé le nombre d’enfants dont la mère ou le père souffre d’une mala­die mentale.

Anonyme ou en personne

Par le biais de son travail, l’IKS veut aussi s’adresser direc­te­ment aux enfants et aux adole­scents. Deux soirs par semaine, les adole­scents peuvent par exemple échan­ger avec des conseil­lè­res et conseil­lers de leur âge dans le cadre d’une discus­sion en ligne entre pairs. Des cours leur permet­tent égale­ment de rencon­trer en personne des jeunes de leur âge qui vivent les mêmes situa­tions qu’eux afin de pouvoir échan­ger mutu­el­lement. L’IKS propose aussi des conseils, de la docu­men­ta­tion et des forma­ti­ons conti­nues aux parents et à leur entou­rage, ainsi qu’aux profes­si­on­nels de santé et du secteur social. Elle offre à tous la possi­bi­lité de poser des questi­ons de manière anonyme à travers l’e‑conseil. Pour amélio­rer constam­ment son offre et faire avan­cer son travail de préven­tion, l’IKS s’appuie sur un réseau de parten­aires locaux, nation­aux et inter­na­tion­aux. Ensem­ble, ils déve­lo­p­pent des projets et souti­en­nent la recher­che. Toutes les offres ont pour but de faci­li­ter l’accès des person­nes touchées aux struc­tures de soutien et de les aider à comprendre leur propre situa­tion. Les échan­ges d’expériences commu­nes avec d’autres person­nes touchées permet­tent d’apprendre les uns des autres. Le nombre de person­nes touchées en Suisse, à savoir 300 000, démontre l’importance du sujet.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !