225

Entreprises et philanthropie

Les fonda­ti­ons d’entreprise sont à l’interface entre l’entrepreneuriat et l’engagement cari­ta­tif. Il existe actu­el­lement en Suisse envi­ron 225 fonda­ti­ons étroi­te­ment liées à une entreprise.

On entend par fonda­ti­ons d’entreprise des fonda­ti­ons dotées de leur propre person­nalité juri­di­que et fondées par une entre­prise pour l’exercice d’activités phil­an­thro­pi­ques. Elles opèrent donc dans une véri­ta­ble zone de tension. En effet, les entre­pri­ses sont centrées sur le profit tandis que les fonda­ti­ons pour­suiv­ent un objec­tif cari­ta­tif. Créer une fonda­tion équiv­aut pour les socié­tés commer­cia­les à jeter un pont en direc­tion de la société civile: elles souhai­tent ainsi instau­rer un climat de confi­ance et assu­mer leur «responsa­bi­lité socié­tale d’entreprise» (Corpo­rate Social Respon­si­bi­lity). En exter­na­li­sant une partie de leurs béné­fices dans une fonda­tion, les entre­pri­ses font état de leur volonté de s’engager à long terme envers la société. Il est en outre géné­ra­le­ment plus facile pour les fonda­ti­ons d’entreprise d’entrer en contact avec d’autres OSBL.

Diffé­ren­ces de taille et d’objectifs

Il existe actu­el­lement en Suisse envi­ron 225 fonda­ti­ons d’entreprise. «Toutes les formes de fonda­ti­ons étroi­te­ment liées à des entre­pri­ses en font partie», expli­que le profes­seur Georg von Schnur­bein, direc­teur du Center für Phil­an­thropy Studies (CEPS) de l’Université de Bâle. «La fonda­tion peut être créée par l’entreprise ou être proprié­taire de l’entreprise.» Il est diffi­cile d’en évaluer le nombre. D’une part, le secteur suisse des fonda­ti­ons est important et dyna­mi­que; chaque année, de nouvel­les fonda­ti­ons sont consti­tuées et d’autres liqui­dées. D’autre part, les fonda­ti­ons d’entreprise se distin­guent les unes des autres, parfois de manière considé­ra­ble, quant à leur taille, leur objec­tif et leurs rela­ti­ons envers la société mère: l’orientation théma­tique peut être proche de celle de l’entreprise ou en être sciem­ment très éloignée.

Répu­ta­tion et marketing

Les raisons qui condui­sent une entre­prise à créer une fonda­tion cari­ta­tive peuvent être multi­ples. «Dans le cas de figure le plus simple, la créa­tion de la fonda­tion est moti­vée par des considé­ra­ti­ons de répu­ta­tion et de marke­tings», précise G. von Schnur­bein. Dans certains cas, la fonda­tion est instru­men­ta­li­sée par l’entreprise lorsque ses acti­vi­tés sont proches du cœur de métier de cette dernière et que des effets de syner­gie existent pour les deux parties. C’est par exemple le cas de la Fonda­tion Syngenta pour l’agriculture dura­ble du fabri­cant de produits phyto­sa­ni­taires Syngenta ou de la Hear the World Foun­da­tion, créée par le groupe Sonova, fabri­cant d’appareils audi­tifs, qui souti­ent des enfants du monde entier atteints de pertes audi­tives. Mais il existe égale­ment des fonda­ti­ons acti­ves dans un tout autre domaine que l’entreprise. C’est souvent le cas dans le secteur finan­cier: les banques telles que Credit Suisse ou UBS promeu­vent via leurs fonda­ti­ons des projets cultu­rels, soci­aux et scien­ti­fi­ques. Dans l’industrie phar­maceu­tique, les fonda­ti­ons de recher­che peuvent garan­tir leur indé­pen­dance scien­ti­fi­que grâce à leur forme juridique.

Les fonda­ti­ons d’entreprise existent dans tous les secteurs, mais sont plutôt créées par de gran­des entre­pri­ses. Certai­nes, comme Novar­tis ou Nestlé, ont créé plusieurs fonda­ti­ons. Depuis les années 1980, le nombre de fonda­ti­ons créées par des entre­pri­ses est en augmen­ta­tion constante. «La réces­sion qui s’annonce pour­rait mettre un terme à cette tendance», ajoute G. von Schnurbein.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !