20 milli­ons

Lutter contre le changement climatique

De nouveaux modè­les de finan­ce­ment et des solu­ti­ons inno­van­tes suivant des critè­res entre­pre­neu­ri­aux: Brain­fo­rest mise sur des métho­des inha­bi­tu­el­les pour atteindre les objec­tifs carbone planétaires.

Scien­ti­fi­que­ment, c’est établi depuis long­temps: les forêts sont capa­bles de fixer le carbone atmo­s­phé­ri­que. Pour explo­i­ter ce poten­tiel, il est néan­moins néces­saire de mener des efforts concer­tés et d’avoir des idées nouvel­les. Pour la science, c’est réali­sable. Et c’est ce que Brain­fo­rest, une asso­cia­tion d’utilité publi­que, s’attache à montrer. En tant que Impact Venture Studio pour la forêt et le climat, Brain­fo­rest déve­lo­ppe des solu­ti­ons dura­bles pour davan­tage de forêts et un meil­leur climat. Deux de ces solu­ti­ons pren­nent actu­el­lement forme. Tout d’abord Xilva SA, en train de déve­lo­p­per un marché en ligne inter­na­tio­nal «qui offre aux inve­stis­seu­ses et inve­stis­seurs poten­tiels une solu­tion trans­pa­rente, simple et inno­vante pour inve­stir dans des projets fore­stiers, simpli­fi­ant de ce fait considé­ra­ble­ment l’acquisition de certi­fi­cats carbone», expli­que Susanne Wittig, cofon­da­trice de Brain­fo­rest. L’accent mis sur les gaz à effet de serre n’est toute­fois qu’un début. «En effet, le cœur du projet sont la forêt et tous ses services écosy­sté­mi­ques», dit-elle. C’est ainsi qu’a été fondée en un second temps l’Ecosystem Value Asso­cia­tion (EVA) dont le but est de créer une norme clima­tique fore­stière numé­ri­que. Susanne Wittig ajoute: «L’objectif de l’EVA consi­ste à déve­lo­p­per des normes d’évaluation des services écosy­sté­mi­ques, à donner de la visi­bi­lité à ces services et à permettre leur valo­ri­sa­tion, c’est-à-dire à mettre en place des inci­ta­ti­ons écono­mi­ques pour lutter contre le chan­ge­ment clima­tique.» La première étape vise à créer une norme clima­tique pour la refo­re­sta­tion de surfaces débo­i­sées en Allema­gne. D’ici à la fin de l’année, la norme doit permettre aux proprié­taires fore­stiers alle­mands de renta­bi­li­ser leur contri­bu­tion à l’atténuation du chan­ge­ment clima­tique sous forme de certi­fi­cats carbone.

Brain­fo­rest empr­unte égale­ment de nouvel­les voies sur le plan du finan­ce­ment. Celui-ci est réalisé aussi bien à l’aide de fonds phil­an­thro­pi­ques que d’investissements à impact, les deux se complé­tant. «Le capi­tal phil­an­thro­pi­que nous sert de capi­tal risque», affirme Susanne Wittig. Il faut en effet avoir le courage d’expérimenter de nouvel­les pistes pour lutter de manière inno­vante contre le chan­ge­ment clima­tique: or, les modè­les commer­ci­aux renou­ve­l­ab­les exigent par exemple souvent une grande inten­sité de recher­che et sont donc peu attra­yants pour les inve­stis­seurs clas­si­ques. Les dons peuvent aider à réali­ser des inve­stis­se­ments dans des ventures «Impact first». «Le projet attire ainsi davan­tage d’investissements, ce qui permet au venture d’avoir des effets expo­nen­tiels», ajoute Susanne Wittig. Il est essen­tiel de clari­fier au préal­able s’il s’agit de dons ou d’investissements. «Cette distinc­tion inter­vi­ent lors de la consti­tu­tion du venture», précise Susanne Wittig.

De la géné­ra­tion de l’idée jusqu’au déve­lo­p­pe­ment et à l’essaimage du modèle commer­cial, tout se déroule au sein du Brain­fo­rest Venture Studio. Les dons et les rembour­se­ments issus des ventures finan­cent cette asso­cia­tion exoné­rée d’impôts. La fonda­tion de ventures indé­pen­dants fait circu­ler le capi­tal d’investissements à impact. Ce finan­ce­ment élargi rend les projets pion­niers attra­yants pour les inve­stis­seurs et les dona­teurs les plus divers. Ainsi, le premier dona­teur a été le Fonds pion­nier Migros. Le Studio a depuis attiré des fonds provenant de fonda­ti­ons, d’investisseurs privés, de bureaux de gestion de patri­moine (family offices) et d’une banque dura­ble. 20 milli­ons supplé­men­taires d’hectares de forêts absorbant plus de 3 Gt de CO2 d’ici 2050 – voilà ce que Brain­fo­rest peut escomp­ter atteindre avec son approche.

StiftungSchweiz encourage une philanthropie qui atteint plus avec moins de moyens, qui est visible et perceptible par tous, et qui apporte de la joie.

Suivez StiftungSchweiz sur

The Philanthropist par abonnement
Profitez-en maintenant !